Nouveautés


  DÉCOUVERTES HISTORIQUES

 


 

Entre Neuchâtel et Lausanne, le rugby moderne en Suisse se révèle (bientôt) centenaire

ÉPISODE 3

 
À Lausanne, le 9 mars 1894, l’on découvrait qu’un match de rugby avait déjà eu lieu entre deux formations du coin; Lausanne-Nord (quartier que l’on pourrait imaginer des actuelles Plaines-du-Loup et alentours) affrontait une formation de Lausanne-Sud (actuellement Vidy), couplée par des gaillards d’Yverdon. De ce match, l’on en avait succinctement rappelé la faiblesse des avants de la formation du nord qui s’était inclinée 4-16. Soit. Mais c’est bien pour rappeler que dans le canton de Vaud, l’on eut promu très tôt la vivacité d’un sport nouveau et juste ce qu’il faut de physique pour en tirer la pleine nature athlétique. Cela se révèlera d’autant plus marqué quelque 30 années plus tard, à l’époque où un certain Cécilien Marais, promoteur de la région du Havre, urgea la création du Stade Lausanne Rugby Club, puis celle du premier championnat suisse et enfin celle de la Fédération Suisse de Rugby (FSR). Au vrai, tout est vraiment parti de Lausanne. Mieux tout est vraiment parti de Stade Lausanne. […]
 
 
 

  •  

    Un jour, au printemps 1890, le jeune Émile Fiala, étudiant à l’école professionnelle de Genève, reçoit de son père en cadeau un ballon ovale. Le garçon fait le malin auprès des siens, ce présent venait droit d’Angleterre où le rugby trouvait un bel essor. Et qui allait penser, qu’un jour, ce ballon un peu spécial serait le point de départ de la folle histoire du rugby en Suisse et d’un tel club (le F.C. de la Servette) à Genève. Et que 130 ans plus tard, l’on en parle encore! […]

 
 

  •  

    En collaboration avec l’Association Cantonale Genevoise de Rugby (ACGR), leMultimedia.info a retrouvé dans les archives des plus grands titres sportifs romands et lyonnais l’once d’une des faces (copieusement) cachées du rugby suisse. Contrairement à plusieurs croyances, il s’en trouverait que plusieurs clubs de l’arc (a)lémanique des villes de Lausanne, Genève et Zürich se retrouvent – à la lumière de certaines découvertes – centenaires. De plus, si […]

     
     

     

 
 


 

L’athlétisme de demain compte-t-il toujours avec les épreuves de fond ?

ATHLÉTISME MONDIAL

 
Le dopage est parfois vecteur d’un simple mais arrachant cri du cœur, la dépression touchant sévèrement plusieurs athlètes kényans, souvent les mêmes qui se révèlent spécialistes des épreuves aujourd’hui attaquées par les nouvelles régulations de World Athletics en Diamond League. Parfois ces déprimes profondes résultent d’une sévère mise au ban, parfois par pur dépit. Et si l’on admet que la course d’endurance est vie pour bon nombre de ces athlètes concernés, l’on peut aisément admettre que la diminution de la considération portée à leur(s) discipline(s) impacte lourdement sur leur moral et leurs performances. Voilà pourquoi les épreuves de fond (sur piste) doivent continuer à être valorisées dans les plus grands meetings internationaux.
 
Jamais, sans doute, les épreuves de moyenne et longue distances n’ont été autant sur le devant de la scène que lors des derniers championnats du monde de Doha en octobre 2019. C’en devient à la fois si réjouissant pour ces disciplines souvent reléguées en fin de programme dans les meetings d’importance – parfois hors même du signal international –, mais tout aussi caustique à l’heure où les instances dirigeantes de l’athlétisme mondial prévoient d’en réduire drastiquement la visibilité dans les meetings de Diamond League. Mais depuis quelques mois – crise sanitaire oblige – les mentalités pourraient peut-être changer. Quoique timidement; dans le nouveau calendrier proposé par World Athletics mardi 12 mai, il a été donné priorité de sauver au mieux la saison 2020 fortement barrée par l’élan de la pandémie. Mais, à nouveau, on semble oublier les longues distances, victimes des difficultés d’organisation sur les routes. [Lire la suite…]
 
 


 CULTURE


 


 

À Nairobi, la prise de pouvoir féminine de Muthoni Drummer Queen

MUSIQUE — Un jour, une histoire

 
Le 5 mars dernier, la reine du rap kényan Muthoni Drummer Queen (36 ans) a sorti son dernier clip vidéo “Power”, entièrement réalisé par la Nyonnaise Mei Fa Tan. Un court-métrage poignant, riche en symbolique, qui met la femme – dans sa splendeur, sa nudité et son courage – au cœur de l’argument artistique. Sans oublier que, dans le titre chanté, la puissance des mots égale hautement celle du message socio-politique qu’ils souhaitent traduire. « Le rap est une technique qui place le texte et les mots au centre de l’attention. C’est de la poésie mouvante. Par le rap, l’on peut se permettre de créer une escalade de niveaux, jouer avec les métaphores et se sentir vraiment fort en les prononçant. » Dans le contexte, cela s’avère parfaitement adapté.
 
Le clip “Power”, enfin, est aussi un mémorial aux femmes entrepreneuses, aux athlètes sportives qui dominent la concurrence dans leur discipline sans aucune aide financière ou naturelle du gouvernement, et en totale transgression à un imaginaire de puissance autrefois réservé au sexe opposé. “Power” s’attaque ainsi également aux mythes, ancestraux et contemporains; c’est bien à l’émancipation féminine que le texte rappé et le fil graphique du clip prêtent leur force de représentation. […] Les différences culturelles opèrent et la connivence artistique n’a rien de l’inavouable; si ses textes sont portés sur une réalité très locale – le Kenya –, son style et sa puissance se ressentent à l’échelle globale. « Mon point de vue est bien sûr très africain mais je suis consciente qu’il existe plusieurs sociétés qui nous entourent. Mais je rencontre plusieurs personnes qui semblent se reconnaître dans la réalité que je décris. Je me sens représentative d’une certaine communauté, de ce que m’en retournent plusieurs personnes provenant du Kenya ou de l’est africain. » On dit souvent que le talent est in fine passe-partout; Muthoni l’établit tout naturellement. [Lire la suite…]

  • Vendredi 17 avril sortait le premier album du groupe Nalu, “Ocean Eyes”. Un opus tourné, en ces moments particuliers de la vie humaine en communauté, vers le partage d’émotions. Dans l’idée, n’en reste cette volonté de voyager et faire voyager ; Noa Zalts (24 ans), accompagnée des musiciens Wills Gey, Romain Equey, Marine Wenger et Victor Darmon, invitent également dans cet album le fantasque Mark Kelly qui n’est pas là que pour une simple figuration. Cet échange entre [...]


 

Mei Fa Tan lorgne les méandres de la démence dans son nouveau court-métrage

CINÉMA

 
“Time Machinery” est un court-métrage entièrement pensé et écrit par Mei Fa Tan; le propos est pourtant bien ténébreux. La jeune réalisatrice nyonnaise a déconfiné dernièrement ce projet de belle intelligence, deux ans après sa finalisation. Jouant entre différents codes – ceux de la science-fiction et du film dramatique –, elle a mis en abîme un sujet des plus insondables pour l’être humain tel que constitué: la démence, la folie, la maladie d’Alzheimer. Et la réussite est, une nouvelle fois, intacte. Le film est disponible sur la toile depuis le 23 avril dernier. [Lire la suite…]


 HUMOUR


 

 

Le Montreux Comedy Festival à la page d’une (nouvelle) révolution numérique

LES 30 ANS DU FESTIVAL

 
Le Montreux Comedy Festival a 30 ans et la fête fut intense durant dix jours et douze galas à l’Auditorium Stravinski; avec une centaine d’artistes de tous bords, de toutes provenances et de tous styles, le public – aussi varié que possible – a validé – par voie de billetterie qui compte une progression de 80% sur l’ensemble de la manifestation – les choix onéreux et risqués de la direction du festival. Car si la marque Montreux Comedy s’exporte depuis quelques années également sur d’autres continents, entre l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Asie et bientôt l’Amérique, « tout est fait pour que le public montreusien puisse vivre en plein l’expérience Montreux », assure le Président fondateur Grégoire Furrer. En effet, si les artistes ont plusieurs publics, le Montreux Comedy Festival en compte surtout un de prestige: « Il n’y a pas de publics plus important que d’autres. » Mais celui de Montreux est particulier car il est surtout fidèle depuis plusieurs décennies. […]

 
  • Après “Kiffe Aujourd’hui” (2019) – un film de Chakib Lahssaini versé dans l’histoire d’un jeune Français issu des quartiers populaires –, l’humoriste provençal Redouane Bougheraba est également paru dans “La Vie Scolaire”, coréalisé par Mehdi Idir et Grand Corps Malade. Sa filmographie est – ainsi énoncée – pour l’heure exhaustive mais ses deux apparitions pour des rôles aussi vrais que constitutifs d’une réalité profonde laisse entrevoir l’attache particulière que le Marseillais porte aux banlieues de grandes villes – où il est né, en tant qu’homme et en tant qu’artiste. « Mon accent vient bien de quelque part. Je suis obligé de parler de ma ville, de mes racines sur scène ou dans les personnages que j’incarne. Je traite beaucoup de choses voulues mainstream dans mes textes. Mais mon rôle, c’est de le faire et d’en décrocher des rires », nous assurait-il – en décembre dernier – dans sa loge arrangée au Montreux Comedy Festival. [...]
 

 

 

VOILE

  • Les chiffres de l’édition 2018 du Bol d’Or Mirabaud donnent le tournis; 559 inscrits, 543 départs pour… 301 abandons. Ce dernier peut sembler alarmant et pourtant c’est un chiffre que les organisateurs relativisent tant les vents furent évanescents sur toute la longueur. Les plates conditions météorologiques ont aussi eu un impact sur les résultats sportifs. Bien que deux équipages pouvaient remporter un trophée définitivement, aucun n’y est parvenu. [...]
  • C’est une édition anniversaire au Bol d’Or cette année. La manifestation fête ses 80 ans, la première édition ayant vu le jour en 1939, créée par Pierre Bonnet est devenue, au fil des années, une régate accessible à nombre de plaisanciers du Léman tout autant qu’un théâtre nautique où l’évolution technologique est constante. Les innovations furent nombreuses au Bol d’Or depuis la première victoire de Fred Firmenich sur Ylliam IV en un peu plus de 23 [...]

 

LAUSANNE 2020

  • Plusieurs fois champion suisse et athlète lors des Jeux Olympiques de Pyeongchang en début d’année, Pat Burgener est également musicien entre deux compétitions. Avant le début de la nouvelle saison, nous avons pu rencontrer cet homme à tout faire, figure montante du snowboard international. À seulement 24 ans, le parrain des Jeux de la Jeunesse 2020 de Lausanne nous explique comment il arrive à concilier ses deux passions, le sport et la musique, sans se sentir surchargé, en tentant [...]

 

NATATION

  • La Lausanne Swim Cup a déjà quatre ans ; en ce mois de décembre 2019, comme chaque année depuis 2016 à la piscine de Mon Repos, la compétition réunit – en bouquet de la saison en petit bassin – les nageurs et nageuses parmi les plus en forme du moment. Ou plutôt les athlètes ayant favorisé une fin d’année plus “festive” à quelque six mois des Jeux Olympiques à Tokyo à l’été prochain. Cette année encore, un peu moins d’une vingtaine de nations (17 au dernier [...]
  • Plus de 230 nageurs, provenant de 18 nationalités différentes, se sont affrontés en l’espace de deux jours au dernier meeting de l’année 2018 en petit bassin. La Swim Cup, pour sa troisième édition à Lausanne, a vu six de ses records du meeting battus par des spécialistes purs et durs de leur discipline. Le Norvégien Henrik Christiansen a enlevé – à deux reprises, aux séries puis en finale – le record du 400 mètres nage libre, l’Allemand Marco Koch celui du [...]
  • De nombreux grands athlètes de la natation mondiale étaient absents des Championnats du Monde en petit bassin à Hangzhou en Chine. Si la plupart se révèlent moins performants sur le bassin de 25 mètres, d’autres avouent nourrir des objectifs prioritaires sur le grand bassin. Katie Ledecky, Adam Peaty, Sarah Sjöström et avec eux, une grande partie de la natation française et britannique avaient décidé de passer leur tour. D’autres délégations, en revanche, ont répondu [...]

 

FOOTBALL

  • Genève a toujours été un lieu propice à la formation de jeunes talents dans le football. Les derniers exemples en date sont Kevin Mbabu et Denis Zakaria, tous deux issus du centre de formation de Servette, et aujourd’hui titulaires avec l’équipe de Suisse et dans leur club respectif (Young Boys et le Borussia Mönchengladbach). Cependant, le coach Alain Geiger estime que la Challenge League n’est pas idéale pour lancer des jeunes dans le grand bain. S’il admet que leur apport est [...]
  • Afimico Pululu (20 ans non révolus) est entré en jeu samedi soir face au FC Bâle (0-2) pour la troisième fois en quatre rencontres depuis son arrivée à Neuchâtel Xamax. Mais à nouveau, il n’a pu rehaussé le niveau de jeu des siens tant la situation de la rencontre semblait critique pour les Rouge et Noir qui ont accusé l’expulsion de Geoffroy Serey Dié peu après l’heure de jeu (67e). L’Ivoirien s’en était alors vertement pris à son ancien coéquipier [...]
  • Michel Decastel (63 ans) a été évincé à la tête de la première équipe de Neuchâtel Xamax FCS. Une décision surprenante alors que les Rouge et Noir venaient de boucler deux mois de préparation hivernale avec le coach neuchâtelois en fonction depuis octobre 2015. Coudoyé en masse par les médias de toute la Suisse, suite au coup de tonnerre de l’annonce, le Président Binggeli a assuré, ce mercredi midi en conférence de presse extraordinaire que les relations entre la [...]