Catégorie : Cinéma

Lire la Suite

Adama Bathily, ce grand passionné de rugby qui perce le petit (et le grand) écran

Ancien rugbyman et boxeur amateur, Adama Bathily a su rendre visible son sport et sa religion dans le jeu d’un personnage musulman au sein du film “Ramdam” réalisé par Zangro. L’opus, diffusé fin mai à 21 heures sur la chaîne franco-allemande Arte, parle certes de rugby, mais surtout d’autre chose…

Mei Fa Tan lorgne les méandres de la démence dans son nouveau court-métrage

“Time Machinery” est un court-métrage entièrement pensé et écrit par Mei Fa Tan; le propos est pourtant bien ténébreux. La jeune réalisatrice nyonnaise a déconfiné dernièrement ce projet de belle intelligence, deux ans après sa finalisation. Jouant entre différents codes – ceux de la science-fiction et du film dramatique –, elle a mis en abîme un sujet des plus insondables pour l’être humain tel que constitué: la démence, la folie, la maladie d’Alzheimer. Et la réussite est, une nouvelle fois, intacte. Le film est disponible sur la toile depuis le 23 avril dernier.

Lire la Suite

Grand Corps Malade: « Il y a une nuance entre le film de banlieue et le film d’école. Et le film d’école en banlieue »

INÉDIT — Le 28 août dernier, sortait dans les salles le nouvel opus de Mehdi Idir et Fabien Marsaud (GCM) “La Vie Scolaire”. leMultimedia.info les avait rencontré en amont de l’avant-première – la dernière de leur tournée dans la Francophonie – à Lausanne le 20 août 2019. Une interview exclusive que la rédaction déconfine dans une période propice à la découverte des principaux films ayant marqué l’histoire du cinéma français ces dernières années. La profondeur de cet échange n’égale que la qualité tangible dudit long-métrage. Autrement dit, elle vaut le détour.

Mohamed Hamidi furète la banlieue francilienne dans “Jusqu’ici tout va bien”

Jusqu’ici tout va bien, la nouvelle comédie de Mohamed Hamidi, après Né quelque part (2012) et La Vache (2016), sort ce mercredi en salles. Véritable ode à la réconciliation entre notables des villes et résidents des cités, le long-métrage (90′) figure la détresse d’un chef d’entreprise (Fred Bartel) qui, pour se remettre en conformité auprès du fisc français, est contraint de se délocaliser dans un zone franche, région défiscalisée à condition d’y baser une activité économique. Plus qu’un film tourné en banlieue – en l’occurrence à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) – la comédie milite pour la cohabitation entre citadins et zonards. Contacté par téléphone, le réalisateur franco-algérien a répondu à nos questions quelques heures avant la sortie officielle au cinéma.

Lire la Suite

Vincent Perez : « Les rencontres sont le sens même de ce que l’on propose »

Les Rencontres du 7e Art officialisent leur statut d’événement phare dans la capitale olympique avec une seconde édition, du 7 au 10 mars. Vincent Perez, son président, dévoilait ce mercredi matin au Beau-Rivage les projections (Apocalypse Now, Belle de jour, Freaks, Le Mans) ainsi que les invités (Jeremy Thomas, Andreï Zviaguintsev, Joel Coen). En harmonie avec l’esprit de la manifestation, nous avons conversé avec lui, sur le cinéma d’hier et de demain.

Une intime conviction: Le coupable fantasmé

Antoine Raimbault se lance dans son premier long métrage avec l’affaire “Jacques Viguiez”. Bien loin d’une banale reconstitution, ce fait divers du début de siècle est réinvesti par le cinéaste grâce à Nora (Marina Foïs), personnage fictif et double du spectateur. Un film d’une extrême intelligence où l’appareil judiciaire, faisant parade au désir insatiable de savoir, fait office de garde-fous.

“All Inclusive”, le retour (trop) attendu du duo Dubosc-Onteniente

Après Jet Set, Camping, Disco et Turf, Fabien Onteniente ravive l’ensemble des symboles caractéristiques qui font ses films depuis le début des années 2000 dans sa nouvelle comédie de premier plan: All Inclusive. Parallèle alléchant, à première vue: la participation de deux grands noms des Bronzés, Thierry Lhermitte et Josiane Balasko qui donnent la réplique, 92 minutes durant, au duo nouvellement composé entre Franck Dubosc (Jean-Paul Cisse) et François-Xavier Demaison (Bruno). L’histoire reste cocasse et intelligente, mais le gentil “beauf” du cinéma d’Onteniente semble avoir fait son chemin…