Nouveauté

Le FC Lausanne-Sport épuise Lugano et se porte seul dauphin de Bâle

« Nous avons fait une première demi-heure très intense, lors de laquelle nous avons bien interprété le jeu », Fabio Celestini

Les hommes de Fabio Celestini ont largement battu leurs adversaires directs au classement de la Super League. Le FC Lugano s'est contenté de réduire la marque en fin de rencontre par Mario Piccinocchi (90e). Un but d'honneur alors que Lausanne dominait déjà par 4-0. Pour les Tessinois, il s'agit d'un coup d'arrêt sur leur série de quatre matches sans défaite.

Francesco Margiotta a inscrit son sixième but en championnat avec le FC Lausanne-Sport. © Oreste Di Cristino

Le plus inquiétant à Lausanne, ce n’est certes plus le jeu sur la pelouse mais bien l’animation dans les tribunes. Seuls 3’670 spectateurs ont fait le déplacement au Stade de la Pontaise dimanche après-midi, alors même que Lausanne jouait sa deuxième place au classement de la Super League face au FC Lugano. Aussi curieux quand l’on connaît les très bons résultats des hommes de Fabio Celestini obtenus lors des dernières rencontres en championnat, face au FC Bâle à domicile (1-2) et lors du dernier déplacement à la Swisspor Arena de Lucerne, où les Vaudois s’y étaient imposés par 3-1. Mais l’entraîneur lausannois, explique-t-il, n’y peut plus rien changer: « J’essaie d’améliorer ce qui se doit d’être amélioré sur le terrain. Nous sommes actuellement deuxième de Super League et plus que cela, je ne peux pas faire. Je ne peux pas aller chercher les Lausannois un par un chez eux. Nous ne devons, de plus, pas nous concentrer sur cet aspect. Nous devons rester attractifs et dans le domaine, il me semble que les supporters aient à nouveau retrouvé leur fierté envers leur équipe ». Et c’est bien le cas. Combattif, ferme et dévoué, le onze lausannois – avec Jordan Lotomba aligné tout le match en l’absence de Benjamin Kololli, blessé – a, une nouvelle fois, démontré un jeu musclé dès les premières minutes de la rencontre. Un état d’esprit qui s’est même étendu sur l’ensemble de la première période face à des Tessinois qui n’ont fait que lambiner tout au long du premier acte. La seule véritable occasion déployée par les hommes d’Andrea Manzo n’est arrivée qu’à la 34e minute avec un tir insidieux d’Ezgjan Alioski sur la barre transversale, alors que le Lausanne-Sport menait déjà par un but de Marcus Diniz (25e). Un épisode qui, à défaut de relever les ambitions de Luganais trop peu redoutables, a ravivé l’appétence des Lausannois qui n’ont plus manqué de s’illustrer du côté de Mirko Salvi, validant deux nouveaux buts par Musa Araz (35e) et Olivier Custodio sur pénalty (37e). « Nous avons fait une première demi-heure très intense, lors de laquelle nous avons bien interprété le jeu », affirme Fabio Celestini en conférence de presse d’après-match. Mais, ajoute-t-il, l’équipe doit encore améliorer ses capacités d’adaptation et d’interprétation du jeu, surtout en seconde période: « Nous devons encore apprendre à interpréter les situations de jeu. Mais cela n’empêche qu’aujourd’hui, nous avons fait un très grand pas en avant avec quarante-cinq premières minutes fantastiques. Seulement, à 3-0, nous avons commencé à baisser en intensité, à l’aune de ce que nous avions déjà démontré face à Vaduz ».

 « Un résultat sévère mais juste »

Le milieu de terrain Antoine Rey et son entraîneur Andrea Manzo reconnaissent volontiers en fin de match toute l’autorité d’un Lausanne-Sport, décidément supérieur psychologiquement et techniquement: « Le résultat peut bien sûr paraître sévère, mais pour moi il est juste – avance le premier avant de continuer – Nous devions réagir en deuxième mi-temps, mais nous n’en étions pas capables ». Face aux nombreuses opportunités de Margiotta (6e, 53e, 78e), Manière (8e), Campo (11e), Diniz (12e), Gétaz (30e) et Gabriel Torres (66e), les Tessinois n’ont de loin pas trouvé leur place sur la pelouse de la Pontaise ce dimanche après-midi. Pis, Lugano ne s’est que très rarement proposé du côté de Dany Da Silva et ce, malgré les montants touchés par Alioski (34e) et Sabbatini (73e). « Nous avons joué un match lors duquel nous ne sommes pas parvenus rivaliser avec l’adversaire. Nous avons été inexistants face à une équipe qui, sur ce genre de terrain, se défend vraiment très bien », ponctue quant à lui Andrea Manzo en conférence de presse d’après-match. Car même lorsque Lausanne baisse la garde peu après l’heure de jeu, Lugano ne parvient pas à se rendre dangereux, pas même par Alioski, meilleur buteur des Blancs et Noirs avec sept réalisations en neuf rencontres. Joueur incontournable de l’effectif tessinois, c’est par le Macédonien que passe habituellement l’activité offensive de l’équipe. Or, souvent lancé en profondeur, l’attaquant de couloir n’est pas parvenu à s’illustrer à son aise, grâce avant tout à un travail soigné d’un trio défensif plus compact que jamais. « Nous avons réalisé qu’ils jouaient souvent en contre mais nous avons tout mis en œuvre pour qu’ils ne puissent pleinement s’exprimer », avance Musa Araz. « Nous essayons de récupérer le ballon très haut – confirme pour sa part Jérémy Manière – Nous nous devions d’investir le plus possible les trente derniers mètres adverses ».

« Maintenant, c’est à nous de jouer »,
Musa Araz

Rien de bien surprenant pour l’équipe de Fabio Celestini, laquelle se veut constamment être tournée vers l’offensive, mettant l’arrière-garde luganaise à très lourde épreuve. Mais l’emprise lausannoise passe avant tout par un travail minutieux de récupération au milieu de terrain lors duquel aussi bien Samuele Campo que Kwang-Ryong Pak exaltent leurs capacités techniques. Une emprise totale à laquelle contribue tout autant Marcus Diniz, actif aussi bien défensivement qu’offensivement. Aussi, la liste des buteurs lausannois s’élargit considérablement avec l’entrée nouvelle ce week-end – dans ce cercle évasé – de Musa Araz. Un signe manifeste du joug offensif que les Lausannois opposent à leurs adversaires cette saison. « Toute l’équipe marque et c’est très bien. C’est un très bon signal que tout le monde ait sa chance au sein de cette équipe. Mais l’on ne s’enflamme pas pour autant. Il y a un réel lien qui se crée autour de nous et nous jouons tous les matches vraiment sans complexe », lance Jérémy Manière. Une domination, de plus, matérialisée par une jeunesse toujours plus décisive: « Cela fait plaisir de marquer mais ce n’est pas le plus important pour moi – avance Musa Araz avant de poursuivre – Le but est que l’équipe avance et c’est déjà fou de penser que nous sommes logés à la seconde place du classement. Personne ne l’aurait cru en début de saison. Mais maintenant, c’est à nous de jouer. Nous avons une équipe jeune et l’on sait que l’on a encore beaucoup à apprendre et à démontrer. Pour la plupart d’entre nous, ce ne sont que nos premiers matches en Super League ». Des premières que cette jeunesse dispute sans pression et non sans un certain brio. Des potentialités que beaucoup pourront développer tout autant lors de la trêve internationale, autant pour la Nati que pour les “Rougets”.

Musa Araz et Olivier Custodio (en arrière-plan) seront de service pour le match décisif de l'Équipe de Suisse espoirs à Drammen (Norvège) pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2017 en Pologne. © Oreste Di Cristino

Musa Araz et Olivier Custodio (en arrière-plan) seront de service pour le match décisif de l’Équipe de Suisse espoirs à Drammen (Norvège) pour le compte des éliminatoires de l’Euro 2017 en Pologne. © Oreste Di Cristino

Une trêve internationale aux enjeux manifestes

Des matches à l’importance extrême; cette première semaine d’octobre validera les divers destins des deux nationales suisses dans les campagnes de qualification dans lesquelles elles sont engagées. Tout autant pour les hommes de Vladimir Petkovic que pour les “Rougets” qui tenteront de valider leur place pour le championnat d’Europe des moins de 21 ans en Pologne. Musa Araz et Olivier Custodio, les deux piliers du milieu lausannois, connaissent parfaitement le poids qui pèsera sur leurs épaules, tout autant que sur celles de leurs équipiers, lors du prochain voyage le 7 octobre prochain en Norvège. Et autant dire que la situation est périlleuse; avec 12 points au compteur, une deuxième place vacillante au classement du groupe 9 et un match d’avance sur ses concurrents directs – Angleterre (16 points) et Norvège (10 points) – l’équipe de Suisse espoirs n’a plus qu’un match à disputer pour tenter de valider son billet pour l’Euro 2017, ou du moins de se qualifier parmi les quatre meilleurs deuxièmes qui participeront au barrage décisif. C’est pourquoi, en marge de la Super League, pour beaucoup de jeunes nationaux, c’est tout un pan de carrière qui se décidera dès jeudi à Drammen. « C’est une véritable finale que nous attendons sur un terrain très difficile. C’est le match le plus important que nous disputerons ensemble avec l’équipe. Il faudra absolument ramener les trois points de la victoire », lance Musa Araz en marge de la rencontre face au FC Lugano. Ensemble, les “Rougets” – qui pourront bénéficier autant de Denis Zakaria et Shani Tarashaj (meilleur buteur de la compétition avec quatre réalisations), tous deux libérés par Petkovic – devront impérativement rattraper leur faux pas opéré en Bosnie-Herzégovine (0-0), dernier du classement, le 6 septembre dernier. « Nous avons évacué toute notre frustration de Sarajevo et nous la réutiliserons pour accomplir notre mission face à la Norvège », conclut le numéro 8 lausannois. Autant d’expériences complémentaires à l’élite du football suisse prête à faire valoir pour favoriser le confort mais aussi la sérénité d’un club comme le FC Lausanne-Sport, lesquels objectifs semblent être passablement revus à la hausse depuis le début de saison.

LES FAITS DE MATCH

Composition du FC Lausanne-Sport:
Dany Da Silva, Jérémy Manière, Elton Monteiro, Musa Araz, Kwang-Ryong Pak (61' Gabriel Torres), Samuele Campo (65' Alexandre Pasche), Marcus Diniz, Nicolas Gétaz, Olivier Custodio, Francesco Margiotta (80' Juan Esnaider), Jordan Lotomba.

Composition du FC Lugano:
Mirko Salvi, Goran Jozinovic, Vladimir Golemic, Ezgjan Alioski, Jonathan Sabbatini (75' Ofir Mizrachi), Mario Piccinocchi, Davide Mariani (75' Antoine Rey), Rodrigo Aguirre, Lorenzo Rossetti (56' Assan Ceesay), Fulvio Sulmoni, Dragan Mihajlovic.

Buts: 25' Diniz (1-0); 35' Araz (2-0); 37' Custodio (P) (3-0); 70' Margiotta (4-0); 90' Piccinocchi (4-1).
Publicités
About Yves Di Cristino (354 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Sociales et Politiques à l'Université de Lausanne.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. FC Lausanne-Sport – FC Lugano en images – leMultimedia.info
  2. Musa Araz : « On a retrouvé le goût de la victoire à une période où nous avions touché le plancher » – leMultimedia.info
  3. Toujours pas de victoire à domicile pour Lausanne en 2017 – leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s