Nouveauté

Neuchâtel Xamax renverse le FC Winterthur à domicile

« Nous avons déjà totalisé un nombre de points plus haut qu'espéré », Raphaël Nuzzolo

Devant 2'304 spectateurs à la Maladière, Neuchâtel Xamax FCS a fourni une des plus belles prestations de sa saison face au FC Winterthur (4-1), surtout dans le courant d'une seconde période dans laquelle les Rouges et Noirs ont trouvé quatre fois la voie des filets, notamment grâce au premiers buts de Raphaël Nuzzolo en championnat.

Raphaël Nuzzolo, entouré de Mustafa Sejmenovic (à gauche) et Kiliann Witschi (à droite) célèbre son doublé au Stade de la Maladière. © Oreste Di Cristino

À vrai dire, il n’est même plus question de s’étonner avec ce Neuchâtel Xamax FCS. Le cœur à l’ouvrage, il n’est manqué qu’une once de précision pour que les hommes de Michel Decastel ne fassent la différence en première période face au FC Winterthur. C’est bien là le constat dessiné par Raphaël Nuzzolo en fin de match. Et cela est justifié: seulement en première mi-temps, les Xamaxiens ont tiré six fois au but par Witschi (10e), Karlen (12e), Corbaz (39e) – qui ont tous trois manqué le cadre – et par Ramizi (18e, 25e et 43e) qui, par de bonnes positions, n’est pas parvenu à tromper le jeune portier suisse David von Ballmoos, sous l’ire de son entraîneur. Mais dans l’absolu, il n’est point de raison de s’inquiéter ; avec quatre buts inscrits dans le second acte de la rencontre, Neuchâtel Xamax distille toute sa dévotion et son courage dans un projet que le club veut prospère. C’est ainsi, qu’après avoir concédé la défaite à domicile face au FC Sion (4-3) puis, plus récemment face au FC Le Mont sur Lausanne à Baulmes (1-0), parachevant une rude semaine anglaise, Xamax a repris le rythme de ses opérations en se permettant – encore et toujours – de talonner un FC Zürich qui peine à creuser l’écart en championnat. Mais le parcours reste encore long et sinueux pour les Rouges et Noirs quand seul le premier tour de la Challenge League a été disputé. Il en reste bien trois : « Selon moi, nous avons déjà totalisé un nombre de points plus haut qu’espéré mais il faut se prémunir car les déplacements à Schaffhouse, Genève ou encore à Aarau sont programmés et ce ne seront pas des points faciles à aller chercher. Le classement à Noël va beaucoup dépendre de ces matches à l’extérieur car, mis à part à Zürich, nous ne nous sommes pas encore déplacés chez les grands du championnats », témoigne Raphaël Nuzzolo de retour aux vestiaires.

Un système de jeu qui convainc et fait ses preuves

Michel Decastel a un système de jeu bien rôdé. Et des choix tout aussi bien définis. Du moins, c’est ce qu’il en apparaît sur le terrain. Il dispose la jeunesse à des postes stratégiques – Dilan Qela en premier lieu, titularisé en soutien de la pointe Gaëtan Karlen – et usufruit de ressources suffisantes pour pallier à certains manques et absences latents. On pense notamment aux départs de Cédric Zesiger pour Grasshopper et de Mickaël Facchinetti pour le FC Thoune qui semblent (encore) laisser un vide sur l’aile gauche de l’équipe ; l’une des quelques incertitudes à laquelle l’entraîneur xamaxien n’a semble-t-il pas encore trouvé de solution stable. Mais la prestation de Michael Gonçalves (qui a substitué Matheus Leoni, blessé) a vraisemblablement plu. Solide et dévoué, il a notamment été préféré à Azad Odabasi, qui n’a plus trouvé de temps de jeu depuis sa contre-performance face au FC Sion. Et ce dans une seule optique, favoriser la cohérence d’un modèle de jeu, pratiqué et durci par l’alignement presque perpétuel de ce seyant 4-1-4-1: « Nous ne sommes pas seulement quelques joueurs à être dangereux. Chez nous, le danger peut venir de n’importe où; des défenseurs, de milieux de terrain qui plongent avec Thibault [Corbaz] ou Dilan [Qela], des joueurs de couloir ou bien sûr des attaquants. Donc c’est une grande force que nous ayons car, en plus d’avoir pu tester différentes formations depuis le début du championnat, nous savons que nous pouvons gagner quelque soit l’équipe mobilisée sur le terrain », avoue le numéro 14 xamaxien.

« Mon objectif est avant tout d’aider l’équipe à gagner des matches »,
Raphaël Nuzzolo

Et même quand Neuchâtel concède beaucoup d’espaces comme il en était avéré surtout en fin de première période, l’entraîneur des Rouges et Noirs sait que les meilleures solutions ne sont nulles autres que la persistance et la fermeté. C’est pourquoi, Decastel demande instamment à Samir Ramizi de maintenir le pressing haut, quand bien même la stature et la rapidité de Michel Avanzini sur l’aile droite est apte à créer le danger. C’est par ailleurs sur les développements d’un corner du capitaine du FC Winterthur qu’un autre ancien Lausannois, Silvio, parvient à tromper l’entière défense neuchâteloise d’une talonnade précise pour valider l’ouverture du score provisoire pour son équipe (34e). Ce même qui avait déjà été le premier à se rendre dangereux du côté de Laurent Walthert avec un tir à l’entrée des seize mètres (29e). Mais au-delà de ces épisodes de creux pour les Neuchâtelois, sont à noter les bons mouvements de Dilan Qela qui effectue un pressing des plus efficaces sur l’arrière-garde zürichoise. En véritable meneur du jeu xamaxien, le jeune attaquant de classe 1998 occupe une fonction des plus centrales dans le dispositif de Michel Decastel qui, par ailleurs, ne manque pas de lui rappeler de servir davantage dans la profondeur que latéralement. Aussi car Neuchâtel Xamax travaille beaucoup dans la verticalité. À la recherche – le plus souvent – de Raphaël Nuzzolo sur qui il peut être attendu d’inscrire plus de buts: « Mon objectif est avant tout d’aider l’équipe à gagner des matches. Certes, marquer ses premiers buts, fait néanmoins toujours plaisir mais ce n’est plus vraiment l’objectif premier à mon âge. Je sais que je suis encore en forme et je peux donner encore plus lors des matches », explique ce dernier. D’autre part, nouvel et dernier espoir de la soirée: les premières minutes en Challenge League de Liridon Mulaj (17 ans), également issu de la Fondation Gilbert Facchinetti. Un signe fort et avant-coureur des succès futurs de Neuchâtel Xamax FCS matérialisée autant par la pilée au FC Winterthur que par la longue visée d’une précieuse jeunesse: « Nous démontrons des signaux très forts, d’autant plus que nous avons des jeunes qui disputent brillamment leur première saison en Challenge League. Nous avons un très bon équilibre entre expérience et jeunesse et c’est parfait ainsi », conclut Nuzzolo.

Un match “équilibré”, à peu de choses près

Il ne suffit pas de s’arrêter au score, parfois. Aussi bien que le sens unique n’a jamais été tracé dans la rencontre, également dominée épisodiquement par un FC Winterthur aux allures d’un FC Lausanne-Sport d’un temps qui n’est sans doute pas encore si révolu. Avec une défense composée par Guillaume Katz et Michel Avanzini (capitaine) et une animation offensive enjouée par Romain Dessarzin et Silvio, le club banlieusard de la métropole zürichoise s’est imprégné en long et en large – et au travers d’époques bien diverses – d’une identité passablement lausannoise. Artisan de la promotion en Super League en 2011 sous l’ère de Martin Rueda, Silvio a notamment secondé un second vainqueur de Challenge League – plus récent celui-ci (2016) – Romain Dessarzin, il y a encore peu, dirigé sous le sceptre de Fabio Celestini. Autant de références qui ont stimulé l’animation du jeu des hommes de Christ Sven, aussi bien par les capacités d’anticipation remarquables de Guillaume Katz, la vivacité de Michel Avanzini et l’efficacité technique et structurée des deux piliers offensifs. Il s’agit bien là d’une formation à la fois solide et passablement déliée qui réussit à semer le trouble au sein de la défense neuchâteloise, en fin de première période notamment lors de laquelle les écarts se maintenaient volontiers en équilibre. Mais Xamax a (logiquement aussi) pris le dessus – mentalement surtout – dans le second acte. Sur un service hasardeux de Thibault Corbaz, c’est d’abord Kiliann Witschi qui se charge, par un lob somptueux et imparable de la tête, à remettre les deux équipes à égalités (53e). S’ensuit, dans la foulée, un festival qui voit Neuchâtel quadrupler la marque en moins de huit minutes par Raphaël Nuzzolo (64e, sur pénalty et 72e) et Mustafa Sejmenovic, qui bénéficie d’un mauvais blocage du gardien remplaçant des “Rougets”, David von Ballmoos (71e). Rapidement, Xamax a alors trouvé la parade aux nombreux et dangereux coups de pieds arrêtés d’un FC Winterthur qui a sombré, presque sans s’en rendre pleinement compte.

 

LES FAITS DE MATCH

Composition de Neuchâtel Xamax FCS:
Laurent Walthert, Pietro Di Nardo, Kiliann Witschi, Thibault Corbaz, Samir Ramizi (84' Liridon Mulaj), Gaëtan Karlen (57' Dante Senger), Raphaël Nuzzolo, Michael Gonçalves, Mustafa Sejmenovic, Dilan Qela (67' Max Veloso) et Mike Gomes.

Composition du FC Winterthur:
David von Ballmoos, Guillaume Katz, Michel Avanzini, Manuel Sutter (80' Jordi Nsiala), Robin Kamber, Silvio Carlos De Oliveira, Luca Radice (67' Gianluca D'Angelo), Marco Mangold, Romain Dessarzin (67' Lukas Sliskovic), Daniele Russo, Leandro Di Gregorio.

Buts: 34' Silvio (0-1); 53' Witschi (1-1); 64' Nuzzolo (P) (2-1); 71' Sejmenovic (3-1); 72' Nuzzolo (4-1).
Publicités
About Yves Di Cristino (310 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en sciences sociales et politiques à l'Université de Lausanne.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s