Nouveauté

Greg Romano: « Dieu m’a mis à l’épreuve »

Greg Romano, auteur, humoriste et chroniqueur à temps perdu, est venu présenter son "premier" one-man show au Lido Comedy & Club de Lausanne. « Lève-toi et tombe » est une création qui donne la larme à l'œil, tant celle de l'émotion que du rire. Artiste chevronné, Gregory, de son vrai nom, est revenu, pour leMultimedia.info sur les fondements moraux de son stand-up comedy. Rencontre.

Greg Romano, « il faut tomber pour pouvoir se relever » dans la vie…

Voilà, c’est ce que j’essaye d’expliquer avec beaucoup d’auto-dérision dans ce spectacle et je pars du principe que, quand Dieu a écrit ma destinée, il a voulu faire des blagues et il m’a fait tomber… Je me suis relevé. Il m’a donc mis un peu à l’épreuve et, ici, je raconte un peu toutes mes péripéties.

Tu parles beaucoup de Dieu, est-ce que tu es croyant jusqu’au bout ?

Oui, je suis croyant. Mais le postulat de départ est que l’histoire de tous a déjà été écrite à l’avance. Après, c’est vrai qu’elle change en fonction de ce que l’on peut faire mais je sais que j’ai eu beaucoup de péripéties et j’ai à chaque fois essayé de m’adapter par rapport à ça.

Tout ce que tu racontes dans ton spectacle est véridique. Ton show est une réponse concrète à ta vie qui est, semble-t-il, très riche…

Exact, j’ai toujours voulu monter sur scène mais en 2008, il m’est arrivé de subir une opération du cœur que je raconte dans le spectacle. Et c’est ce qui m’a vraiment poussé à monter sur les planches parce que j’ai vraiment, pour le coup, failli y passer. Et je me suis dit qu’il fallait que je raconte mon histoire. J’avais un bon fil rouge pour en faire un spectacle entier. Rigoler de moi, avec moi avec les gens, c’est super malgré les sujets un peu durs mais, justement, le but est de les rendre drôles sans tomber dans le pathétique. J’ai cherché à mêler émotions et humour et quand les gens ressortent et me disent que je les ai fait beaucoup rire et aussi que je les ai émus, c’est quelque chose qui fait plaisir parce que c’est vraiment le message que je voulais faire passer.

Le piano à la fin c’est aussi une forme d’émouvoir le public…

Oui, j’ai essayé de trouver une mise en scène intéressante pour la chanson finale. J’aime bien le piano et je trouve que ça change aussi de rythme pour la fin du show. On est dans le plus posé et plus émotion. J’ai toujours voulu mettre un morceau de piano à la fin mais j’ai toujours voulu éviter de le rendre hors-thème. Il fallait que la chanson soit justifiée et je pense qu’elle l’est car elle conclut vraiment bien tout le spectacle.

Tu as écrit pour beaucoup d’humoristes dans ta carrière: pour Vérino dans l’émission « On n’demande qu’à en rire » sur France 2, Alban Ivanov dans la « Before du Grand Journal » sur Canal+, etc… Quand est finalement venue la volonté d’écrire pour toi ?

En fait, j’avais commencé à écrire pour moi bien avant d’écrire pour les autres et beaucoup de gens ont fait appel à moi et j’ai accepté parce que j’aime beaucoup l’univers des personnes et ça me permettait aussi d’écrire des choses un peu différentes que pour moi. Et c’est vrai, qu’au bout d’un moment, à force d’écrire pour pas mal de personnes, j’étais plus assimilé à un auteur qu’à un humoriste. Beaucoup de gens ne savaient même pas que j’avais un spectacle. Donc c’est pour ça que je me suis un peu retiré de cette activité même si je continue à écrire et je me suis consacré vraiment à l’écriture de mon spectacle. Mais c’est vrai que mon one-man show a été écrit bien avant de travailler pour les autres mais c’est justement les scènes ouvertes que je faisais qui m’ont permis de rencontrer ces autres personnes qui voulaient bosser avec moi. J’étais plutôt ravi mais là, j’ai tendance à me concentrer sur moi.

Tu étais déjà venu en Suisse pour tes spectacles ?

Oui, je suis déjà venu deux fois au Lido de Lausanne pour jouer mon ancien spectacle. « Lève-toi et tombe » est, en fait, la nouvelle version de mon ancien spectacle que j’ai écrit avec Bruno Muschio qui l’un des deux créateurs de la série « Bref ». On a réécrit, tous les deux, tout le premier spectacle, on a changé le 90% de base. Donc c’est comme si c’était un nouveau. Mais comme peu de gens sont venus voir le premier, on va considérer ce spectacle comme étant un neuf, vu que très peu de personnes sont au courant qu’il y avait un premier spectacle avant celui-ci. Donc je suis très content de la direction que tout cela a prise.

« La Suisse, c’est un autre public, une autre ambiance, et les gens sont vraiment souriants donc c’est un bonheur », Greg Romano

Sinon, j’ai aussi joué au Festival de Montreux, j’ai fait un gala « adopteunfrançais.com » et j’ai fait le Comedy Club, il y a deux ans et aussi cette année. Donc c’est toujours un plaisir de venir en Suisse, surtout que j’ai travaillé pendant cinq ans à Lausanne pour la radio Rouge FM. Et la Suisse, c’est un autre public, une autre ambiance, et je trouve que les gens sont vraiment gentils, vraiment avenants, polis et vraiment souriants donc c’est un bonheur.

Publicités
About Yves Di Cristino (354 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Sociales et Politiques à l'Université de Lausanne.

1 Trackback / Pingback

  1. Montreux Comedy Festival: Ces artistes que leMultimedia.info a rencontrés (2/2) | leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s