Après les JOJ, la panacée ? Les Tessinois Noè Ponti et Leoni Richter, ainsi que leurs homologues italiens Thomas Ceccon et Federico Burdisso ont tous été du voyage à Buenos Aires avec leur délégation nationale respective. Constatant leur toute première participation aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en Argentine en octobre dernier, tous ont témoigné leur satisfaction et les apports que celle-ci ait pu procurer à l’aube d’une saison clef pour la natation mondiale. Mais il reste du travail à effectuer dans la promotion de ce nouveau raout, en vue également de la volée hivernale 2020 qui sera inaugurée à Lausanne le 9 janvier.

Du Tollcross International Swimming Centre, Glasgow (Écosse)

Ils ont entre 17 et 31 ans. La délégation italienne à la natation est très riche; de ses talents, plusieurs se démarquent au plus haut niveau continental. Il y a, bien sûr, les nageurs et nageuses plus côtés – Federica Pellegrini, Gregorio Paltrinieri, Simona Quadarella – mais il y a aussi les jeunes qui émergent – Carlotta Zofkova, Thomas Ceccon, Simone Sabbioni, Alessandro Miressi –, puis il y a les “vieux garçons” qui se révèlent (un peu) sur le tard – Luca Pizzini. Ensemble, ils ont pourtant un point commun, une passion et un talent reconnu. Nul doute, avec 11 médailles cumulées [ce lundi], autant que la Grande-Bretagne, l’Italie est l’une des très grandes nations de ces championnats d’Europe.