Après trois ans d’absence, les revoici. Après “Fiston” au Cervin en 2017, puis “Don Simon” dans les Dolomites en 2018, le groupe Estelle Zamme a sorti, le 14 avril dernier, “Claude”. Ce nouveau titre a été filmé dans les montagnes alpines suisses après avoir dû renoncer à voyager plus loin pour cause de pandémie. Etienne Bel et Julien Ledermann ont alors posé leur matériel de tournage dans certaines des plus belles régions du pays; le Saxer Lücke, le col du Susten, le Bachalpsee sur les hauts de Grindelwald ou encore le col du Grimsel figurent parmi les lieux emblématiques du tournage. Et le résultat vaut le détour.

  • Vladimir Petkovic officiellement nommé entraîneur des Girondins de Bordeaux. En hommage à ses sept belles années à la tête de la Nati, relisez notre webrevue “Good Luck Vladimir”.

Ce recueil est celui d’un travail de longue durée, passé au travers d’expériences diverses, au cœur du jeu et des émotions vécues au travers de l’Europe. Une petite équipe engagée au soutien de l’Équipe de Suisse de pied en cap des qualifications pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Au plus près des joueurs et des cadres de l’équipe nationale helvétique, nous avons tenu à écrire à notre manière l’histoire qui est celle d’une entière nation.

Ils sont deux: un jeune homme, une jeune femme et chantent en français. En toute simplicité, cela ferait une belle composition d’accroche pour présenter Baron.e. Faustine Pochon et Arnaud Rolle (tous deux 24 ans) ont beau faire feu contre tout spécifique et déterminisme, comme le style de leur musique – un condensé d’électro et de pop taillé jeunesse qui empoigne les tracasseries de leur génération –, que l’on vient finalement à manquer de qualificatif pour les introduire simplement et sans redondance. Une chose est sûre néanmoins: leur notoriété toute fraîche le dispute à leur humble fraîcheur.

Lors des championnats du monde de Finn, tenus du 3 au 12 mai derniers à Porto, Nils Theuninck a manqué de peu la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo. Toutefois, malgré la déconvenue, les résultats actuels du navigateur pulliéran au niveau international, récent médaillé de bronze aux Européens de Vilamoura, demeurent encourageants. Le jeune homme de 24 ans nous a accueillis chez lui, au Port du Pully, quelques jours seulement après son retour du Portugal. Rencontre.

Avec son nouveau titre “Mourons de plaisir”, le journaliste et auteur-compositeur-interprète valaisan Jonas Follonier souhaite faire l’éloge du plaisir, du partage et de la convivialité mais aussi dézinguer sous le mode de l’humour toutes les espèces possibles de rabat-joie. Doué au sens de la formule, le jeune homme de 24 ans établi aujourd’hui à Neuchâtel partage, sur papier, comme sur partition, l’ensemble des messages – de liberté et de joie, sur la vie comme sur la mort – qu’il souhaite faire passer à un monde qui parfois se barricade.

“Play for Life initiatives Uganda” est un projet à valeur humanitaire et éducative créé par Julius Kazungu, un jeune entrepreneur de Kampala, capitale de l’Ouganda. Sa mission première est de mettre sur pied plusieurs programmes sportifs (en football, rugby, tennis, boxe, crosse de champ…) destinés à convaincre la jeunesse ougandaise de dépenser positivement son énergie dévorante et à révéler les talents cachés qui se dissimulent en eux. Visant à les écarter du giron de la délinquance et de la criminalité, ces programmes rencontrent un succès prometteur. Mais ce n’est pas encore assez. Depuis des années, Julius parcourt le monde entier pour présenter sa vision d’une Ouganda plus moderne, réactive et terre d’opportunités. Ce qu’elle n’est en rien pour l’instant, selon Julius.

Imelda Gabs, auteure-compositrice-interprète révélée par la Montreux Jazz Academy en 2017, a sorti son premier single « Fallen Angel » en novembre 2020. Illustré par le jeune réalisateur lausannois Dariy Mambetov, le clip vidéo marque un tournant dans la carrière de l’artiste, reconnue également, les années passées, au sein du duo Imelda & Clyde. En attendant le prochain single qui précèdera son futur EP, Imelda assure ne mettre aucun marque-page entre les différents chapitres de sa carrière, et de sa vie.

« Première compétition avec l’ensemble de mes amis au moment où je commence à retrouver mes sensations, dans le rythme et dans l’élan, que j’avais lors de la saison indoor. » En interprétant ces mots de Mondo Duplantis, l’on se rend bien compte qu’il venait de réunir les meilleures conditions pour sauter haut à Lausanne. Il aura rendu hommage aux promesses jetées sans ménagement sur ses épaules; le Suédois s’est imposé sur la Place de l’Europe grâce à son envolée solitaire à 6,07 mètres, un nouveau record national de Suède, autant que celui de la Diamond League. Seule la pénombre de la nuit tombante lui aura entravé la voie vers le record du monde en plein air (toujours pointé aux 6,14 mètres de Sergey Bubka en 1994). Mais rien ne saurait tarder tant la progression du prodige de 20 ans se révèle fulgurante…