Un jour, au printemps 1890, le jeune Émile Fiala, étudiant à l’école professionnelle de Genève, reçoit de son père en cadeau un ballon ovale. Le garçon fait le malin auprès des siens, ce présent venait droit d’Angleterre où le rugby trouvait un bel essor. Et qui allait penser, qu’un jour, ce ballon un peu spécial serait le point de départ de la folle histoire du rugby en Suisse et d’un tel club (le F.C. de la Servette) à Genève. Et que 130 ans plus tard, l’on en parle encore! C’est peut-être pour ces belles histoires qu’on en vient à creuser dans les archives. Retour en arrière, épisode 2.

Après avoir connu six promotions de rang dans le courant de ces six dernières années, le club Grenat vient d’en valider une septième dans la foulée, sur décision étudiée de la Fédération Française de Rugby. Leader de Fédérale 3 depuis le début du renouveau, Servette apprêtait sa résistance à l’approche des phases finales de cet été. La crise sanitaire aura balayé toute éventualité. Stabilité dans le jeu, discipline dans les affrontements lourds et soutien continu à la relève Grenat, les chantiers sont encore nombreux mais laissent entrevoir les rayons d’une lumineuse réussite. La Fédérale 2, de ce point de vue-ci, n’en sera qu’un défi plus haletant pour l’entière communauté servettienne.

Genève a toujours été un lieu propice à la formation de jeunes talents dans le football. Les derniers exemples en date sont Kevin Mbabu et Denis Zakaria, tous deux issus du centre de formation de Servette, et aujourd’hui titulaires avec l’équipe de Suisse et dans leur club respectif (Young Boys et le Borussia Mönchengladbach). Cependant, le coach Alain Geiger estime que la Challenge League n’est pas idéale pour lancer des jeunes dans le grand bain. S’il admet que leur apport est conséquent, il préfère construire son équipe autour de joueurs plus expérimentés.

Du Stade du Loup Pendu, Rillieux-la-Pape (France)

Fièrement promu en Fédérale 3, au terme d’un quart de finale remporté souverainement face au RC Haute Bresse (35-0) dans la banlieue lyonnaise de Rillieux-la-Pape, le Servette Rugby Club débarque à l’étage des grands. Là où figurent plusieurs parmi les plus anciennes formations du rugby français, à l’aune des US Annecy et Bellegarde, « des clubs qui ont pour certains plus de 100 ans d’histoire. » Aussi, avec la promotion récente de l’AS Monaco Rugby (dont le renouveau a eu lieu en 2010 seulement), parallèle à celle des Genevois, c’est la préfiguration d’un nouveau rugby français qui voit le jour.

Malgré une longue liste de 17 joueurs blessés, le Servette Rugby Club est venu aisément à bout du Rugby Club Haute-Bresse, deuxièmes de Pré-Fédérale, à la fois lors de la rencontre des équipes réserves (66-17) que chez les premières (71-12). Avec cinq victoires lors de leurs six dernières sorties, les Bressans figuraient comme la nouvelle équipe de référence du championnat derrière les Grenat. Une nouvelle preuve de l’incontestable supériorité de Servette à cet échelon-ci qui a pu compter sur son très large effectif pour l’emporter. À noter également, le retour de Cédric Curdy avec la réserve servettienne. De retour d’un an en Argentine, le flanker a à nouveau marqué avec les Grenat.

Trois victoires en trois rencontres, Servette et le Canton de Montrevel-en-Bresse avaient encore, il y a quelques heures, cela en commun. Aussi bien qu’à la quatrième journée du championnat de Pré-Fédérale, le calendrier réservait déjà une rencontre entre les deux premiers du classement; un match à deux vitesses – Servette a manqué de rigueur dans les premières 40 minutes – avant que les Grenat ne prennent (amplement) la mesure de leurs adversaires 71-7. N’en reste que les joueurs de Montrevel ont été les premiers à inscrire un essai à ce Servette-ci au Stade de Genève depuis le début de la nouvelle saison. Une satisfaction, dira-t-on dans le camp français.

C’est une métamorphose. Le Servette Rugby Club (2.0), l’équipe même qui sera à la révélation de la prochaine division pré-fédérale française, a étrenné nombre de ses nouvelles recrues au Stade de Genève samedi soir à l’occasion du Trophée des Champions. Face au champion de LNA suisse, Genève Plan-les-Ouates, le XV Grenat n’a daigné laisser aucun espoir à ses adversaires, le renversant durement 101-0 à l’aide notoire de leur nouvelles figures, transférées pour beaucoup des Fédérale 1 et 2 et même de Pro D2! « Sportivement, le Servette Rugby Club a passé un cap, c’est indéniable. » C’est avant tout étourdissant.

Dans le hall de leurs bureaux flambant neufs, Gabriel Lignières, entraîneur du Servette Rugby Club nous reçoit à un peu plus d’une semaine du premier match de la saison face à Genève Plan-les-Ouates lors du Trophée des Champions Naxoo, samedi 1er septembre au Stade de Genève. Il faut le dire, le club Grenat accoste dans une nouvelle dimension, se faufile dans une nouvelle division qui s’érige en principale sélection purgatoriale des Fédérales. L’échelon reste régional, mais le niveau bascule inéluctablement dans une réalité supérieure. « On passe un palier », assure alors le manager sportif principal du club.