La première fut une immense interprète américaine des années 1950, proche de l’Europe et de sa culture. La seconde est une toute jeune artiste unique et authentique. Et pourtant d’une Donna à une autre, il se trouve quelques similitudes. Si Donna Hightower, décédée en 2013, fut l’une des premières mixeuses de styles, du R&B au soul-jazz, Donna Zed (21 ans) s’assure, quant à elle, de dynamiter les plus simples codes de la musique traditionnelle. Après deux ans de carrière, la jeune femme révèle un projet musical plus puissant, plus tranchant. Son deuxième EP “Surrounding Me” sera verni lors d’un concert aux Docks agendé au 23 mai dans le cadre du Projet Proxima. Entre-temps, l’artiste d’origine suisse, grecque et thaïlandaise – conseillère communale (indépendante) de Belmont-sur-Lausanne – a déjà présenté, depuis janvier, son single “Enough Years”. Le second “Bold” sortira le 17 mai prochain.

Maxence Léonard présente ce 12 avril son premier album “Cirque”, un dix titres mêlant songes et rêves divers, dans lequel l’artiste a laissé cours à une créativité aussi débordante que nourrie. Bien que jamais loin de son violoncelle sur lequel il compose, Maxence a surtout fait étalage d’une grande aisance avec l’électronique ; lui qui a pris le pas de produire et d’enregistrer seul ses musiques, sans même l’aide d’un ingé son. Le résultat mêle dès lors sons fracassés avec l’harmonie – souvent maîtrisée – de son guitare-voix (ou violoncelle-voix).

C’est l’une des programmations les plus attendues du grand public. Précédant les files de festivaliers à la recherche du précieux sésame mercredi prochain, Daniel Rossellat et son équipe de programmateurs annonçaient, ce mardi, les têtes d’affiches qui feront vibrer la plaine de l’Asse en juillet. Damso, Lomepal, Angèle ou encore Shaka Ponk: si l’inédit vient à manquer au sein d’un panel qui fait une fois de plus la part belle à la scène rap et hip-pop, les organisateurs ont le mérite de s’inscrire dans l’air du temps et de séduire la jeune génération.

Le chanteur et acteur napolitain Nino D’Angelo était de retour en Suisse romande après de nombreuses années. Un moyen de réunir toute la communauté italienne dans le théâtre de Beaulieu le premier mars dernier et de raviver les souvenirs des étés ensoleillés des années 80. Nino D’Angelo s’est ensuite arrêté à Zürich et se présentera à Bâle le 30 mars.

La candidature sur dossier à laquelle s’est prêtée en 2018 l’artiste auprès de la production Picture My Music de Mei Fa Tan – laquelle projette depuis six ans d’illustrer une musique choisie, parmi 140 projets, par la réalisation d’un clip vidéo – ne reflète en réalité que le versant actuel de la progression artistique de Yael Miller. Mais celui-ci n’a pas été le plus anodin non plus. Pour s’en rendre compte, en revanche, il convient de repartir un peu plus loin dans la vie – et la carrière – musicale de cette artiste aux racines israéliennes.

Lors de sa prestation au Montreux Jazz Festival, elle nous avait ébloui par son univers incomparable. Flèche Love révèle, en ce 1er mars, la première partie de son tout premier album Naga. Une œuvre protéiforme dans laquelle la Genevoise conjugue, comme elle l’a toujours fait, son art et ses convictions. Entretien avec l’artiste qui puise, dans le jazz tout comme la déconstruction des identités de genre, une respiration nécessaire et salvatrice.

Plusieurs fois champion suisse et athlète lors des Jeux Olympiques de Pyeongchang en début d’année, Pat Burgener est également musicien entre deux compétitions. Avant le début de la nouvelle saison, nous avons pu rencontrer cet homme à tout faire, figure montante du snowboard international. À seulement 24 ans, le parrain des Jeux de la Jeunesse 2020 de Lausanne nous explique comment il arrive à concilier ses deux passions, le sport et la musique, sans se sentir surchargé, en tentant même de nouveau projets.

Se produire sur la scène du Stravinski au MJF sans album et sans site internet, une utopie ? Eux l’ont fait! Le duo formé par Imelda Gabs et Clyde Philipp’s est revenu de cette expérience plus mature que jamais avec un EP en poche et projette également un album studio. Le tandem piano acoustique et batterie a concrétisé des années d’efforts et de joies, bravant les difficultés qui se sont imposées à eux après avoir été propulsés sous les projecteurs de la ville aux palmiers. Nous les avons rencontrés dans la salle Paderewski du casino de Montbenon où ils ont lancé leur première galette Not Alone il y a quelques mois.