Lors des championnats du monde de Finn, tenus du 3 au 12 mai derniers à Porto, Nils Theuninck a manqué de peu la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo. Toutefois, malgré la déconvenue, les résultats actuels du navigateur pulliéran au niveau international, récent médaillé de bronze aux Européens de Vilamoura, demeurent encourageants. Le jeune homme de 24 ans nous a accueillis chez lui, au Port du Pully, quelques jours seulement après son retour du Portugal. Rencontre.

Arsène Passamani (alias Senar) est un jeune homme de 21 ans, passionné de sport et de musique et gorgé de talent, tant pour l’un que pour l’autre. Sur les hauteurs du Léman, à Riex, petit bourg en plein vignoble entre Lausanne et Épesses, il dévoile, en ce mois de mai, “L’aimant”, un dix-titres en hommage à sa région natale. Un vent de fraîcheur vient nous caresser en plein printemps.

Les chiffres de l’édition 2018 du Bol d’Or Mirabaud donnent le tournis; 559 inscrits, 543 départs pour… 301 abandons. Ce dernier peut sembler alarmant et pourtant c’est un chiffre que les organisateurs relativisent tant les vents furent évanescents sur toute la longueur. Les plates conditions météorologiques ont aussi eu un impact sur les résultats sportifs mais ont aussi provoqué de belles surprises avec le septième succès au général de Christian Wahl sur Mobimo, une victoire arrachée au prix d’une belle embardée sur le chemin du retour et sur le passage du Petit Lac.

C’est une édition anniversaire au Bol d’Or cette année. La manifestation fête ses 80 ans, la première édition ayant vu le jour en 1939, créée par Pierre Bonnet est devenue, au fil des années, une régate accessible à nombre de plaisanciers du Léman tout autant qu’un théâtre nautique où l’évolution technologique est constante. Les innovations furent nombreuses au Bol d’Or depuis la première victoire de Fred Firmenich sur Ylliam IV en un peu plus de 23 heures. Cette année, quand bien même les conditions sur le lac seront très clémentes, l’on attend une course dont la durée devrait s’établir entre les 10 et les 12 heures, départ samedi matin à 10h30 depuis la rade de Genève. L’on en discute avec le Président Rodolphe Gautier.

La 80e édition du Bol d’Or Mirabaud prendra ses quartiers sur le lac Léman ce week-end. Si la course s’annonce lente (mais non moins intéressante), elle marque aussi peut-être un tournant, tant sur le plan purement sportif que technologique. Depuis quelques temps, le monde de la voile sent un vent tourner, une petite bise caresser les joues, celle de l’évolution technologique. Si cette année, les D35 partent à nouveau favoris, malgré des conditions peu favorables aux Foilers, il est possible que ceux-ci vivent leurs derniers instants de tranquillité dans la lutte au meilleur voilier, au plus rapide et au plus affiné. Tour d’horizon sur les enjeux pluriels de cette nouvelle édition anniversaire du côté de la Société Nautique de Genève.

Dominique Wavre est un sacré personnage. Ambassadeur de Mirabaud et expérimenté des plus grandes régates mondiales avec 1,5 fois le parcours Terre-Lune à son actif, il fait à nouveau l’honneur de prendre part à l’incontournable Bol d’Or Mirabaud, la régate de sa terre natale. Mais avant qu’il ne défende son titre en temps compensé samedi après-midi, Dominique a pris part avec un certain plaisir à la désormais traditionnelle « Celebrity Race ». Interview.

Sur les rives du lac Léman, les touristes et les amateurs de voile (et pas que) se presseront pour apercevoir la désormais mythique régate du Bol d’Or Mirabaud. Marquée sous l’égide d’un nouveau dynamisme, d’une nouvelle modernisation et d’une ouverture à l’international et à la compétition, la course se présente sous une figure apprêtée pour son 78e anniversaire. Dans son esprit sportif large, cette année, leMultimedia.info vous proposera de revivre en images les moments forts de la course grâce à notre photographe embarqué. Présentation de l’incontournable Bol d’Or.