Étiquette : Kénya

Lire la Suite

L’athlétisme de demain compte-t-il toujours avec les épreuves de fond ?

Le dopage est parfois vecteur d’un simple mais arrachant cri du cœur, la dépression touchant sévèrement plusieurs athlètes kényans, souvent les mêmes qui se révèlent spécialistes des épreuves aujourd’hui attaquées par les nouvelles régulations de World Athletics en Diamond League. Parfois ces déprimes profondes résultent d’une sévère mise au ban, parfois par pur dépit. Et si l’on admet que la course d’endurance est vie pour bon nombre de ces athlètes concernés, l’on peut aisément admettre que la diminution de la considération portée à leur(s) discipline(s) impacte lourdement sur leur moral et leurs performances. Voilà pourquoi les épreuves de fond (sur piste) doivent continuer à être valorisées dans les plus grands meetings internationaux.

Lire la Suite

Julien Wanders se révèle enfin stratège sur les 5000 mètres à Athletissima

S’il fallait pointer un élément embarrassant et perturbant dans la préparation de Julien Wanders pour les Mondiaux de Doha, cela serait très certainement la difficile mainmise sur les minimas mondiaux des 10’000 mètres. Nécessitant un temps de qualification inférieur à 27’40 minutes, la mesure est pleinement atteignable pour le prodige suisse mais c’est toujours sans compter sur les petits imprévus de la vie d’athlète: une course à Stockholm “décevante” fin mai (où il a tout de même établi le nouveau record de Suisse dans des conditions gâtées) et une qualification à repasser pour un cheveu (27’44”36). En résulte alors un agenda quelque peu bouleversé, car recourir de force un 10’000m s’apparente à un véritable goulet d’étranglement dans le programme estival préfixé par le jeune talent de 23 ans. Mais l’étape lausannoise ce vendredi soir semble lui avoir ouvert la voie à une deuxième partie de saison totalement relâchée. Tant mieux!

Lire la Suite

Sur le plus court, Julien Wanders a encore de l’expérience à prendre

À quelques jours de la 43e édition d’Athletissima, Julien Wanders se sent prêt à chasser ses démons sur la piste du stade de la Pontaise. Contraint à l’abandon, il y a un an, le fondeur du Stade Genève a une revanche à prendre sur lui-même sur le cendré des Plaines-du-Loup. Son année d’entraînement et de mise en route aura été riche et probante sur les parcours entre Iten, au Kenya, Saint-Moritz et sa ville Genève. Ses résultats en compétition, pourtant, à Oordegem, Oslo ou encore au meeting CITIUS de Berne, ne lui procurent pas autant de satisfaction.