C’est une histoire d’amitié. Entre John Etheridge et Mario Bucciarelli, lesquels préparent un camp de formation à Macolin comme chaque année (l’année passée, il était dispensé également par Patrice Philippe, ancien responsable de la formation à Colovray), le courant passe. Mais si les deux sont d’excellents tacticiens, leur équipe diverge encore de beaucoup. À Colovray, ce dimanche, ce fut l’expérience contre la jeunesse, la discipline face à l’empressement, la rigueur face à la fébrilité. Le RC Nyon s’est imposé 37-10 face à Stade Lausanne mais les Lausannois (pour la plupart de moins de 21 ans) prouvent de semaine en semaine mériter leur place dans l’effectif. Et la rivalité fut de poids; en mêlée, les Stadistes n’eurent pas manqué de contester leurs adversaires.

À Nyon, les Chevaliers genevois sont sortis nets vainqueurs de la demi-finale (23-37) de Coupe Suisse. Le score, lourd contre Nyon, souligne les lacunes défensives puisqu’ils ont encaissé six essais dont trois fautes de plaquages ratés. Irréguliers, les Pirates ont déjoué (0-17) puis joué (23-24) avant de craquer tandis que les Genevois ont été plus constants (trois essais par mi-temps). « Un manque d’envie, sur l’agressivité ou dans les plaquages », lâche avec déception John Etheridge, l’un des coachs nyonnais très autoritaire. Voir également la galerie photo du match.

Malgré un début et une fin de match prometteurs, les Pirates de Nyon n’ont pas su aplatir plus de deux fois le ballon. Leur domination stérile est aussi le reflet de l’efficacité défensive des Chevaliers de Plan-les-Ouates, qui ont su prendre le match à leur avantage. Leurs contres et le jeu rapide sur les pénalités ont été un atout. Au classement de LNA, Nyon descend à la troisième place tandis que le LUC rejoint GePLO en tête grâce à sa victoire bonifiée 43 à 10 contre Hermance.