Faut-il être nécessairement motivé par une tête d’affiche pour se rendre à un concert ? L’artiste suisse Flèche Love nous a donné un début de réponse, vendredi dernier au Montreux Jazz Lab. Généreuse dans ses textes comme à la scène, l’artiste genevoise s’est illustrée avec brio, avant de céder sa place à Angèle et Lomepal. Dernier coup de projecteur de cette 52e édition, sous de très bons auspices pour la scène romande.

On avait ouï-dire la légende. Tel saint Thomas, on voulait la voir : on l’a touchée. Figure christique en costume trois pièces, Nick Cave accompagné de ses mauvaises graines ont transcendé le Stravinski, ce jeudi soir. Le rapport viscéral qu’entretient le sexagénaire avec son public n’a rien subtilisé à la décharge émotionnelle, délivrée pendant plus de deux heures, par un live au zénith de l’imaginable. Sauvagerie envoûtante, dégâts magnifiques, voluptuosité saturnienne… une intensité sans précédent pour le plus beau show de cette édition, si ce n’est d’une vie.

Point d’orgue de cette soirée dominicale, Josh Homme et ses compagnons ont fait mordre la poussière au Stravinski. Les Queens of the Stone Age ont rempli les attentes d’une des plus grosses soirées du festival : show généreusement rodé, jeux de lumières époustouflants et maestria à la hauteur du groupe californien. Seule ombre au tableau : une acoustique qui semble s’être calquée sur les open airs estivaux, oubliant les qualités inhérentes de l’Auditorium.

Attendue comme le reliquat d’une époque révolue, la formation étiquetée « grunge » a livré aux fans venus en nombre un « special evening ». Dans la même veine que son mémorable « Unplugged » deux décennies plus tôt, Alice in Chains proposait, pour sa première venue sous les palmiers montreusiens, une version acoustique de ses plus grands tubes sans oublier quelques titres récents. Sous la ferveur et l’émotion d’une salle comblée par la présence de ses idoles qui contraste quelque peu avec un set plutôt minimaliste, Cantrell et sa bande livrent une belle prestation intimiste.

En première partie des intouchables Alice in Chains, le Kentucky était à l’honneur. On ne peut plus sobre, Emma Ruth Rundle est venue broyer du noir avec sa Dark folk. Malgré un public impatient et acquis à la cause des rois du grunge, la jeune chanteuse a su monopoliser l’attention du Montreux Jazz Lab. Entame de soirée lynchéenne en perspective.

Du 27 au 29 octobre prochain, Vevey accueillera pour sa troisième édition le Vevey International Funny Film Festival (VIFFF). Crée en 2015 par Loïs de Goumoëns et Maryke Oosterhoff, la manifestation promulgue sur les terres de Chaplin trois jours de projections, de rencontres et de débats autour de la notion d’humour au cinéma. Rencontre avec ses deux créateurs à une semaine des festivités.