Le chef-d’œuvre du Floridien est sorti dans les salles suisses romandes mercredi 15 mars. Une création qui tient toutes ses promesses en ce qu’elle témoigne d’un récit poignant à l’heure où les droits les plus élémentaires sont questionnés, bafoués et stigmatisés. Après 8 nominations aux Oscars 2017, “Moonlight” a finalement reçu la plus prestigieuse de ses huit potentielles récompenses : le prix du meilleur film de l’année. Aussi mérité que juste tel que Barry Jenkins nous livre à une exploration riche en tendresse et émotions.

Stand-up, késako ? Tous les humoristes ne le définissent pas de la même manière, mais peu importe car ils ont tous envie de rire avec le public du Montreux Comedy Festival. Vendredi en français et dimanche en anglais, les stand-up comedians du monde entier étaient réunis à Montreux. Récit d’un genre humoristique renouvelable après la clôture du festival hier soir.

Donald Trump a été désigné 45e Président des États-Unis mercredi matin. Il a devancé son adversaire démocrate Hillary Clinton. Une réalité surprise à laquelle l’Europe ne s’attendait pas. Alors, l’homme-candidat sera-t-il l’homme-président ? Pas sûr. Décryptage de la situation avec Claude Béglé, conseiller national PDC pour le canton de Vaud.

Soirée rap au Lab. Rap historique, américain, rude, mais porteur de sens. Enfants des Etats-Unis, A$AP Ferg, Ty Dolla $ign et Young Thug ont distillé leur pluralisme musical tout au long de la soirée du 4 juillet dans cette salle, autrement perçue laboratoire. Lab car ces trois talents appartiennent à la relève talentueuse des prédécesseurs du genre tels Tupac Shakur, André 3000 ou encore The Notorious B.I.G. Retour sur une soirée riche au Lab.

Au Lido Comedy & Club, Nissa Kashani a présenté son nouveau one woman show « Going to Hollywood », une véritable pièce de sa vie, des tréfonds de la dépression jusqu’à la gloire de sa nomination à la 87e cérémonie des Oscars avec le film « Parvaneh », réalisé par Talkhon Hamzavi en 2015. Rencontre avec la Suissesse d’origine iranienne.

Molly Gene One Whoaman Band, voilà un nom qui a déchaîné les foules samedi soir aux abords du Château de Crissier. Seule en scène, la blueswoman, originaire de Warrensburg dans le Missouri au centre des États-Unis, a littéralement secoué son assistance, mêlant adeptes d’un métal ensauvagé que tenants de l’école plus traditionnelle du blues. Rencontre.

Stephen Ritz est un maître d’école quelque peu atypique (et ce même sans son côté théâtral et son grand chapeau jaune), plus du genre à pousser un coup de gueule contre le système gouvernemental, éducatif et alimentaire que contre le cancre du fond de la classe. Et pourtant les jeunes en difficulté, il en connaît. Car l’enseignant travaille dans un établissement publique de l’aile sud du Bronx, NY, dans ces pattés de maison connus pour être particulièrement hostiles et dangereux, pourtant à quelques minutes du scintillant Manhattan. Ce qu’il a accompli avec ses élèves peut être difficile à croire, car en quelques années le côté sud du quartier s’est transformé en un véritable jardin botanique comestible. Désemparé devant les conditions de vie et l’alimentation de ses élèves, le prof a tout simplement planté des vitamines naturelles dans les salles de classes, puis dans les jardins abandonnés, puis dans les entrepôts glauques et les usines désaffectées. Les salades, courgettes, pommes et carottes sauvent le paysage austère du Bronx, ainsi que l’avenir de ses écoliers. Interview.