À 19 ans, Breel Embolo a réussi sa rentrée internationale avec la nationale helvétique, participant à la victoire 2-0 sur les champions d’Europe portugais au Parc Saint-Jacques de Bâle. Transféré du FC Bâle au Schalke 04 en juin dernier, l’attaquant suisse semble avoir déjà pris ses marques à Gelsenkirchen et cela s’en ressent sur sa prestation en équipe nationale. Interview au terme du premier match qualificatif pour la Coupe du Monde 2018 en Russie mardi soir (lire le compte-rendu).

En sold-out, hôte de ses 36’000 spectateurs, le Parc Saint-Jacques de Bâle a savouré cette première nuit de succès pour une nationale helvétique de prestige. Le scalp des frais champions d’Europe offert, c’est avec rudesse et persévérance que les hommes de Vladimir Petkovic se donnent rendez-vous à Budapest dans un mois.

Embolo-Rodriguez-Behrami-Fernandes en petit comité avant le dernier entraînement au Parc Saint-Jacques de Bâle. Quatre individualités qui pourraient figurer dans le onze de base de l’équipe de Suisse face au Portugal mardi soir. Qu’en sera-t-il réellement ? Décryptage à 24 heures du lancement de la campagne pour “Russie 2018”.

Les jours de match, William Grand-Pierre longe encore les terrains des Cherpines ou du Stade de Genève. À bientôt 80 ans ans, l’ex-éducateur livre ses mémoires de plus de trente ans à l’école de rugby de Genève. Ses aventures au ballon ovale ont directement touché sa vie de famille, puisque son fils Laurent a joué pour la sélection suisse. Si le rugby suisse fait partie de son cœur, il regrette son intimité et la fébrilité des médias pour raconter son histoire. Comme lors de notre rencontre avec Vincent Ducros en octobre dernier, voici la parole d’un éducateur qui a contribué à transmettre le rugby à ceux, qui, une fois fidélisés, en feront sa publicité d’eux-mêmes toute leur vie : les enfants.

La Suisse a effacé ses deux contre-performances du mois de mars. Face à la Belgique, elle séduit mais ce n’est pas assez pour s’imposer (1-2, lire l’article). Johan Djourou appelle au maintien de la concentration et au travail assidu pour espérer passer un été fructueux en France pour l’Euro 2016. Interview avec le pilier de la défense centrale suisse au terme de la rencontre du Stade de Genève.

La Suisse perd son troisième match amical mais rien ne converge avec la léthargie du mois de mars. Malgré les buts de Romelu Lukaku (34e) et Kevin De Bruyne (83e), en réponse à l’ouverture du score de Blerim Dzemaili (31e), les hommes de Vladimir Petkovic ont séduit par leur volontarisme et leurs envolées percutantes. La Nati a toutefois été réduite à dix suite à l’expulsion de Haris Seferovic à la 81e pour protestations injurieuses envers l’arbitre italien Mazzoleni.

Grâce à sa victoire 29 à 3 avec bonus offensif contre Malte, la Suisse s’offre « une finale » samedi prochain en Croatie. Durant 80 minutes, les Helvètes ont mené à la baguette les Maltais et ont été solides en défense grâce à de très bons plaquages. De quoi donner un grand bol d’air et de confiance avant de jouer contre la Croatie et la qualification attendue en division 1B, à un pas des meilleurs pays européens amateurs en division 1A.

De l'Aviva Stadium, Dublin (Irlande)

À quelques semaines de l’échéance continentale en France, l’équipe de Suisse a fait pâle figure à Dublin face à l’Irlande en s’inclinant sur le plus petit des scores (1-0). Cependant, outre le résultat, c’est la faible qualité de jeu et le petit esprit démontré sur le terrain qui frustre. Retour sur un match à oublier pour les hommes de Vladimir Petkovic.