Avusy, le petit poucet qui domine le favori lausannois ? Cette lecture est celle du commentateur non observateur. Quelques jours après la finale de Coupe de Suisse remportée par les Genevois (9-13) au stade Juan Antonio Samaranch de Vidy, l’invincibilité d’Avusy laisse le monde du rugby sous le charme tout autant qu’elle questionne l’issue d’une finale qui (logiquement peut-être) est revenue à l’équipe la plus expérimentée, celle qui avait le plus de métier. Au travers de ce match, l’on y voit sans doute le reflet d’un long travail mental et psychologique mené – et à mener encore – auprès de ces jeunes lausannois encore cruellement en manque de cran dans les instants décisifs. Bilan.

Stade Lausanne a sans doute cueilli ce week-end sa plus belle victoire de la saison en demi-finale de Coupe de Suisse face au lauréat 2017, Genève Plan-les-Ouates (19-27). Les hommes de Mario Bucciarelli, forts d’un groupe qui n’a jamais abandonné le moindre espoir de créer ce qui s’apparente à un exploit, ont réussi l’un de leurs grands objectifs de la saison: se qualifier pour la finale de Coupe à Lausanne. En effet, les festivités de l’ultime rencontre auront lieu le 29 juin prochain au stade Juan Antonio Samaranch dans le quartier de Vidy. UN complexe lausannois qui pourrait bien voir triompher une équipe… lausannoise. La deuxième équipe qualifiée sera déterminée le 14 avril entre l’actuelle formation de LNB Avusy et Hermance. Quant à PLO, l’heure est déjà à la reprise du championnat face à Grasshopper, une rencontre de première importance dans l’optique d’une qualification pour les play-offs.

Les hommes de Fabio Celestini ont encore une fois perdu face à une équipe de Super League au stade des huitièmes de finale de la Coupe de Suisse au Stade de la Pontaise. Forts d’une première période stable, équilibrée et, à quelques égards, dominée, les Lausannois ont sombré par la suite sur un contre bien mené par Numa Lavanchy sur le flanc droit. Bien servi par l’ancien Lausannois, c’est l’international autrichien Marco Djuricin qui a inscrit l’unique réalisation d’une rencontre faible en opportunités de but (66e). Le FC Lausanne-Sport n’a désormais plus que le championnat de Super League à son agenda. Une aubaine ?

Ce 1/16e de finale de Coupe de Suisse, à la réception d’un FC Lucerne en confiance, a passablement fait respirer aux hommes de Meho Kodro le parfum d’une Super League que les Grenat ne connaissaient plus depuis quelques années au Stade de Genève. Douchés sur une réussite de Shkelqim Demhasaj à l’heure de jeu (61e), Servette aurait pu espérer mieux d’une rencontre qu’il a dominée presque dans son intégralité. Seule une baisse d’intensité dans le courant de la deuxième fraction de jeu a cloîtré les espoirs fondés des Genevois de renverser Lucerne. Un pénalty nié à la 93e sur Willie aurait même pu déclencher les prolongations.

Le Président du FC Bâle, Bernhard Heusler a vécu un dernier moment d’euphorie avec son équipe avant de quitter ses fonctions au terme de la saison. Gagner la 12e Coupe de Suisse de l’histoire du club rhénan était son souhait le plus précieux après l’officialisation du 20e titre de champion suisse cette année. Heusler heureux, les joueurs bâlois « se sont aussi battus pour lui ». Rencontre.

Le FC Bâle a remporté jeudi après-midi la 12e Coupe de Suisse de son histoire, complétant un nouveau doublé historique pour le club rhénan. Solide en première mi-temps, le FC Sion a craqué d’entrée de seconde période sur une glissade malencontreuse de Jagne Pa Modou à la 46e minute. Delgado ouvrit le score, suivi 20 minutes plus tard, par Adama Traoré (62e). L’international suisse Michael Lang a clôturé les débats à la 89e (3-0). Les Valaisans en sont à leur premier échec en finale de Coupe Suisse après treize victoires en autant de finales. Focus.

Le FC Sion a mis fin à la série de 18 matches sans défaite de Neuchâtel Xamax FCS au Stade de la Maladière. Néanmoins, face aux 7219 spectateurs que comptait ce match de relief dans la saison, les rouges et noirs n’ont de loin pas déplu. Mieux, ils ont prouvé, par séquences, tout l’équilibre qui puisse exister entre deux pensionnaires de l’élite et du championnat cadet. Neutralisés sur un mirobolant 3-3 jusqu’à la 84e minute, c’est finalement Léo Itaperuna qui a décidé du sort de ce seizième de finale de la Coupe de Suisse. Les impressions des deux entraîneurs.

Le Rugby Club de Nyon se qualifie par 44 à 7 contre le Stade Lausanne pour les demi-finales de la Coupe Suisse au terme d’un match dont la physionomie ne se reflète pas entièrement dans le score. Sans contestation, les Pirates méritent la victoire et font forte impression pour les demi-finales puisqu’ils battent avec netteté la quatrième équipe au classement de LNA. Néanmoins, la mêlée a été leur talon d’Achille et le faible taux de réussite au pied (2/6) n’est pas rassurant. Autant dire que c’est une déception pour le Stade Lausanne qui a dominé en mêlée pendant tout le match mais n’a pas pu concrétiser ses temps forts. Parcourir la galerie photo.