La forme héronnée d’un javelot a tout d’une symbolique. Léger comme un oiseau, au bec pointant avec force et conviction à ras du sol, le javelot que se partagent les plus grandes spécialistes au monde représente bien plus qu’une simple sagaie. Pour la championne du monde australienne Kelsey-Lee Barber, il matérialise la puissance derrière l’élégance.

Les athlètes suisses ont marqué d’un sceau le meeting CITIUS, revisité avec la collaboration de Swiss Athletics. Sur la ligne droite, Ajla del Ponte s’est distinguée en 11”15, quelques jours seulement après avoir établi la meilleure marque européenne de l’année à Bulle (11”08). Une saison de remise en confiance à un an des Jeux Olympiques de Tokyo.

L’étape de Formule E dispensée dans le Berne fédérale le week-end dernier a identifié certaines des failles persistantes au sein de la discipline, créée en 2014. Loin des polémiques exogènes à la recherche pour l’innovation d’une mobilité dictée par l’électrique, l’amélioration des dispositifs de course pour les saisons à venir promet à cette nouvelle formule un avenir prometteur. Et en cela, le Swiss e-Prix en aura contribué à la définition. Voici comment.

Halo de sécurité, batterie améliorée, freins de type by-wire, système de transmission simplifié et châssis redessiné par Spark, la monoplace GEN2 (deuxième génération) a frappé un grand coup dans le monde automobile cette année, pour la cinquième saison de Formule E. Peu silencieuse (80 décibels, 60 de moins qu’une F1) contrairement à la croyance populaire, la série répond toujours plus à d’énormes défis techniques et écologiques, ne serait-ce qu’en termes de récupération d’énergie. À un mois de l’E-Prix de Berne, l’occasion d’en discuter avec le pilote suisse Sébastien Buemi (Nissan e.Dams).

À quelques jours de la 43e édition d’Athletissima, Julien Wanders se sent prêt à chasser ses démons sur la piste du stade de la Pontaise. Contraint à l’abandon, il y a un an, le fondeur du Stade Genève a une revanche à prendre sur lui-même sur le cendré des Plaines-du-Loup. Son année d’entraînement et de mise en route aura été riche et probante sur les parcours entre Iten, au Kenya, Saint-Moritz et sa ville Genève. Ses résultats en compétition, pourtant, à Oordegem, Oslo ou encore au meeting CITIUS de Berne, ne lui procurent pas autant de satisfaction.

La première édition du meeting CITIUS de Berne aura été un grand succès populaire, sur les pistes et en dehors. Ravivant les vieilles sensations d’ARENA, disparu depuis quelque 29 ans, le nouveau plateau international de la capitale aura fait le plein d’émotions tout au long de la journée. Sur les pistes, notamment, le relai 4×400 mètres de Lea Spunger, Sarah Atcho, Robine Schürmann et Cornelia Halbheer a terminé troisième d’une course rapide remportée par le quatuor britannique, alors que les Belges ont établi leur nouveau record national. Les Suisses sont en bonne position pour valider une participation aux Européens de Berlin du 7 au 12 août prochain. Plus tard, Alex Wilson a battu le record de Suisse sur les 200 mètres (20”26) et la reine de la soirée, Mujinga Kambundji a remporté ses 100 mètres en fin de soirée (11”23).

En ce week-end de la mi-juin, le calendrier de l’athlétisme suisse connaîtra une nouvelle étape, au sein même de sa capitale fédérale. Le meeting CITIUS de Berne a vu le jour ce jeudi après-midi à l’occasion de sa conférence de presse d’ouverture en compagnie de quatre des meilleurs athlètes du pays, Julien Wanders, Alex Wilson, Lea Sprunger et surtout la locale de l’étape, la Bernoise Mujinga Kambundji. Cette première édition marquera aussi le retour de l’athlétisme international à Berne, après plus de 29 ans d’attente. Un événement d’importance pour la ville, tout autant que pour bon nombre d’athlètes prêts à se mesurer à la concurrence de la piste de Wankdorf. Pour les Romands Lea Sprunger et le fondeur Julien Wanders, leur participation leur constitueront de test sur des disciplines de mesure (le relai 4x400m pour la Nyonnaise et les 1500m pour le Genevois, spécialiste des 5000, 10’000 mètres et du semi-marathon). Quant aux Alémaniques Mujinga Kambundji et Alex Wilson, ils auront l’occasion de se confronter à une concurrence certaine sur leurs disciplines de prédilection (les 100m pour la Bernoise et les 200m pour le Bâlois).

Un constat est certain; les Suisses entrent de plus en plus tôt dans leur saison, au début du mois de mai. Si cela a été le cas notamment pour Mujinga Kambundji, cela s’est aussi révélé pour de nombreux autres athlètes helvétiques, alignés chacun dans un des six premiers meetings de Diamond League, à Doha, Shanghai, Eugene, Rome, Oslo et Stockholm. Deux athlètes de la Team Meuwly ont par ailleurs connu un début de saison à destins croisés; Kariem Hussein a connu un début tourmenté en Qatar (8e), alors que Lea Sprunger a manqué ses débuts en capitale italienne (8e) avant de se reprendre en Norvège (4e). Tous négocient des enjeux importants en ce début de saison déjà bien entamé; nous en avons parlé avec Laurent Meuwly à 48 heures de la première édition du meeting CITIUS à Berne (samedi 20h30).