L’ensemble des propos retranscrits dans cet article ont été recueillis à Ittigen, Eugene (USA), Lausanne et Zürich entre mai et septembre 2022.

En 2022, nous avons observé au plus près l’évolution puis la consécration de Ditaji Kambundji sur le plan international. En confrontant, puis croisant les entretiens avec Ditaji et sa sœur Kambundji que nous avons menés depuis mai 2022, nous avons été en mesure de raconter, dans ce récit, les moments clefs qui ont marqué la toute première saison au plus haut niveau de la Bernoise de 20 ans.

Envoyé spécial à Hayward Field, Eugene (Oregon)

La Suisse manque à nouveau le podium en finale du relais 4×100 mètres féminin. Cette fois-ci, Géraldine Frey, Mujinga Kambundji, Salomé Kora et Ajla del Ponte n’ont toutefois pas réussi à faire mieux qu’une septième place en 42”81. Ce temps est moins bon que le temps établi en qualifications (42”73) mais il permet certainement aux relayeuses suisses de marquer leurs repères pour le futur proche. « Nous sommes extrêmement déçues mais il y a des points positifs que nous pourrons retirer de cette finale », expliquait Salomé Kora.

Envoyé spécial à Hayward Field, Eugene (Oregon)

Avec une cinquième place mondiale sur 100 mètres, un record de Suisse en demi-finale du 200 mètres et une huitième place finale sur le demi-tour de piste, Mujinga Kambundji est parvenue à mener sa campagne personnelle à un très haut niveau durant les championnats du monde à Eugene. En trois épisodes, on vous raconte l’histoire des sœurs Kambundji à Hayward Field.

Envoyé spécial à Hayward Field, Eugene (Oregon)

Nous avons mis les pieds dans le haut-lieu reconnu de l’athlétisme mondial, à l’endroit même où s’apprêtent à être disputés les tout premiers championnats du monde organisés sur le territoire des États-Unis. Sous la romance, voici ce qui fait la légende de la ville d’Eugene: entre le stade historique de Hayward Field et la figure emblématique de Steve Prefontaine, d’autres mythes se tapissent ici et là, sur les contours de l’Université d’Oregon.

Ajla del Ponte et Mujinga Kambundji sont presque venues à bout d’une saison qui aura vu l’équilibre dans le monde du sprint féminin, en Suisse, vaciller du côté de l’une comme de l’autre. La Tessinoise de 25 ans et la Bernoise de 29 ont ensemble, en 2021, marqué le salut au canon en l’honneur de l’athlétisme suisse en figurant toutes les deux en finale du 100 mètres des Jeux Olympiques à Tokyo. Longtemps attendue, cette rivalité sur les pistes a, en grande partie, été rendue possible grâce à l’éclosion au plus haut niveau d’Ajla del Ponte. Et ça ne fait que commencer, disent certains.

Ancien grand champion du triple-saut, Jonathan Edwards continue de dévouer sa vie à l’athlétisme. Principalement engagé à la BBC, sur les chaînes du service public britannique, cet homme de 55 ans conserve, 18 ans après sa retraite sportive, la même grâce qu’à ses jeunes débuts. Il reste à ce jour le détenteur du record du monde de sa discipline. Et le temps passe, 26 ans exactement.

    Stade Roi Baudoin, Bruxelles
    Hayward Field, Eugene (Oregon)

    46”78 a été le temps de référence mondial du 400 mètres haies pendant près de 29 ans. Et quand un record du monde est, lui-même, plus vieux que l’athlète qui le dépose, c’est sans doute qu’il a marqué les esprits de bien plus d’une génération de coureurs. Karsten Warholm (26 ans) a non seulement battu le record que détenait Kevin Young depuis 1992, il est également devenu le premier homme à parcourir la distance en moins de 46 secondes lors de la finale des Jeux Olympiques de Tokyo début août. Sa septième place en finale des championnats du monde à Eugene en a donc surpris plus d’un.

    La championne du monde du semi-marathon, Ruth Chepngetich a remporté le semi-marathon d’Istanbul le 4 avril dernier, établissant également le nouveau record du monde de la discipline. C’est la première fois qu’un semi-marathon a vu trois femmes terminer sous le seuil des 65 minutes ; l’épreuve la plus rapide de tous les temps, en pleine période de Covid-19. La veille, dans la commune de Belp près de Berne, la fondeuse du TG Hütten Fabienne Schlumpf avait, de son côté, également battu le record de Suisse du marathon pour sa première compétition officielle sur la distance. De quoi laisser penser que la pandémie n’a pas eu que des effets négatifs sur la forme et le mental des athlètes (féminines) de longues distances.