Neeraj Chopra est devenu, le 7 août dernier, le premier Indien de l’histoire à être sacré champion olympique en athlétisme. Blessé durement en mai 2019, année où il avait été contraint de renoncer aux championnats du monde de Doha (Qatar), il n’avait, depuis et par cause de pandémie, plus eu l’occasion de retrouver un rythme de compétition habituel. Son titre surprise à Tokyo a ainsi rendu un hommage certain à l’une des nations les plus meurtries au monde du nouveau coronavirus.

La forme héronnée d’un javelot a tout d’une symbolique. Léger comme un oiseau, au bec pointant avec force et conviction à ras du sol, le javelot que se partagent les plus grandes spécialistes au monde représente bien plus qu’une simple sagaie. Pour la championne du monde australienne Kelsey-Lee Barber, il matérialise la puissance derrière l’élégance.

Passée par la HES-SO où elle a suivi un bachelor en travail social, la rapeuse KT Gorique a nivelé sa passion pour la musique hip-hop à son goût prononcé pour l’étude des civilisations et des traditions indigènes africaines. Ses origines ivoiriennes et italiennes viennent par ailleurs contrebalancer une vie passée entre les trois coins du monde les plus significatifs à ses yeux. Née à Abidjan en 1991, puis arrivée à Martigny (VS) en 2003 avant de remporter plusieurs prix dans le rap (en 2012) et dans le cinéma (en 2019) à New-York, la jeune musicienne vaut parfaitement son surnom de couteau suisse mais aussi celui d’enfant du monde. Ses expériences les plus abouties, elle les raconte dans son dernier album Akwaba sorti en plein confinement, fin 2020. L’occasion d’en savoir un peu plus sur elle.

Autre moment d’histoire le 4 juillet dernier lorsque la demi-finale des Swiss Super Seven’s à Lugano impose une rencontre inédite entre Stade Lausanne et les Switzers de Genève, deux clubs devenus historiques dans le microcosme du rugby en Suisse. La précédente et unique rencontre entre ces deux équipes n’avait eu lieu que le 28 novembre 1931, sur la plaine de Vidy à Lausanne, avant une longue traversée du désert. Voici les raisons…

Après trois ans d’absence, les revoici. Après “Fiston” au Cervin en 2017, puis “Don Simon” dans les Dolomites en 2018, le groupe Estelle Zamme a sorti, le 14 avril dernier, “Claude”. Ce nouveau titre a été filmé dans les montagnes alpines suisses après avoir dû renoncer à voyager plus loin pour cause de pandémie. Etienne Bel et Julien Ledermann ont alors posé leur matériel de tournage dans certaines des plus belles régions du pays; le Saxer Lücke, le col du Susten, le Bachalpsee sur les hauts de Grindelwald ou encore le col du Grimsel figurent parmi les lieux emblématiques du tournage. Et le résultat vaut le détour.

  • Vladimir Petkovic officiellement nommé entraîneur des Girondins de Bordeaux. En hommage à ses sept belles années à la tête de la Nati, relisez notre webrevue “Good Luck Vladimir”.

Ce recueil est celui d’un travail de longue durée, passé au travers d’expériences diverses, au cœur du jeu et des émotions vécues au travers de l’Europe. Une petite équipe engagée au soutien de l’Équipe de Suisse de pied en cap des qualifications pour la Coupe du Monde 2018 en Russie. Au plus près des joueurs et des cadres de l’équipe nationale helvétique, nous avons tenu à écrire à notre manière l’histoire qui est celle d’une entière nation.

Yellowstraps a toujours ses lanières jaunes sur ses guitares. Après le le départ de son frère Alban en janvier dernier, Yvan Murenzi a conservé l’esprit du duo dans des chansons et musiques plus personnelles et toujours plus recherchées. Il se produisait cet été au Petit Théâtre du Montreux Palace à l’occasion de la 55e édition du Montreux Jazz Festival. Le premier pour le jeune artiste de 29 ans.

Une facilitation de paix n’est pas un chemin de velours, c’est une voie semée d’embûches et de chausse-trappes. Mais de quelle paix parle-t-on réellement ? Celle du royaume de Logres menée de façon autoritaire par Lancelot du Lac, ou celle du roi Arthur qui semble toujours traîner son trouble dépressif récurrent ? Seule certitude: entre ses vacances amoureuses, le souvenir de sa formation à Rome et la guerre fratricide qu’il livre à Sire Lancelot, Arthur Pendragon délaisse toujours la quête du Graal.