Au centre sportif des Vergers de Meyrin, les Wildcats ont poursuit leur bonne marche en championnat face aux filles de l’Albaladejo. Dernières au classement de la LNF-A, les Lausannoises ont eu beau résister toute une première demi-heure face aux championnes en titre cernoises mais elles n’ont jamais réussi à concrétiser leurs meilleures opportunités devant la ligne d’en-but, encaissant 24 points sur l’ensemble des deux mi-temps. Pour les capitaines des Wildcats Laurijn Draaisma et sa remplaçante Juliette Pera, ce nouveau succès est la preuve de la très bonne santé du club franco-suisse.

En LNF-B, les projets évoluent à leur rythme. À Avusy, ce week-end, avait lieu le tout premier derby genevois entre deux équipes féminines de rugby. Une première pourtant quelque peu gâchée par un forfait technique imposé aux Switzers pour un oubli de demande de surclassement pour la jeune joueuse Talya De Cleene (16 ans), auteure par ailleurs de trois essais au stade communal d’Athénaz samedi après-midi. Avusy qui avait alors concédé le match sur un lourd score de 0-63, prend alors les quatre points de la victoire, plus un bonus (30-0). Une décision qui, si elle paraît juste, manque quelque peu de subtilité selon le Président de l’ACGR et entraîneur des Geneva Switzers Gianni Di Martino. Cela n’empêche – pourtant – que les deux clubs poursuivent leur objectif (commun): faire évoluer le rugby féminin tout autant que le niveau de la LNF-B. Et ils y parviennent non sans un certain brio.

Le rugby féminin ce dimanche 8 avril se développait à deux endroits bien distincts. Pour les Alémaniques, un programme entier était réservé à Würenlos, dans le canton d’Argovie. Pour les Romandes, le rendez-vous était à Avusy (Genève). Un endroit pas choisi au hasard, aussi parce que le club au bulldog a lancé, dès septembre 2017, sa propre formation féminine. Celle-ci devrait rejoindre la LNB féminine dès la saison prochaine. Une nouvelle équipe qui vient ainsi grossir les rangs des équipes genevoises à avoir développé une section pour les filles, après les Wildcats et les Switzers. Focus.

Du Stade des Serves, Saint-Genis-Pouilly (France)

Plus qu’un bilan départagé, c’est une rencontre unilatéralement dominée par les Wildcats de CERN qui a vu le jour au stade des Serves de Saint-Genis-Pouilly, à quelques kilomètres du CERN. Les filles de l’Entente Mermigans (Nyon-Monthey-Haute Broye) ont simplement succombé à la qualité technique des Genevoises ne parvenant nullement à s’approcher de l’en-but adverse dans le courant des 80 minutes de jeu (17-0). Battues sèchement, les Valdo-Vaudoises ont avant tout manqué de tranchant et d’application sur des phases de jeu pourtant acquises à leur cause, en touches et surtout en mêlées – tout le contraire de leurs homologues masculins allés s’imposer à Dorigny face au LUC (7-41). L’occasion de faire un nouveau point sur le développement du rugby féminin en Suisse.

Elles étaient 103 à Monthey, venues de toute la Suisse et réunies par le rugby. Samedi dernier, la sixième et dernière journée de la saison de développement du rugby féminin avait lieu pour que toutes se retrouvent et jouent au rugby à sept. « Le premier des objectifs, c’est de jouer » souligne Christa Hermann, Présidente de la Commission du Rugby féminin. Voir les galeries photos de la journée: à l’entraînement (1/2) et en tournoi (2/2).

Parmi les 300 licenciées féminines de rugby en Suisse, comptent les 25 engagées avec la nouvelle équipe de l’Albaladejo Rugby Club. Après avoir disputé leur premier match officiel à 15s le 13 novembre dernier à Chavannes-près-Renens face à Winterthur, les filles du club lausannois à l’histoire riche ont pu goûter à la compétition en cette fin d’année dans un tournoi les ayant notamment opposé face à trois des meilleures équipes du pays. Une jauge particulièrement bénéfique pour un groupe qui souhaite atteindre la ligue nationale féminine (LNF) dès le mois de juillet prochain. Reportage.