L’Équipe de Suisse a assuré une première victoire d’importance face à la République Tchèque samedi après-midi à Yverdon-les-Bains, à l’occasion de son premier match de deuxième division européenne, l’Europe Trophy. Défaits il y a six mois 17-13 face à cette même équipe, le XV de l’Edelweiss a su jouer sur ses nombreux atouts pour venir à bout à l’usure des hommes de Daniel Beneš. Un match tout en maîtrise qui aura su parfaitement compter sur ses jeunes pousses et ses joueurs évoluant en LNA suisse, en l’absence de plusieurs cadres retenu par leurs championnats français respectifs qui n’ont opéré à aucune halte ce week-end. Costaud.

Au gré de leur victoire sur le vert du stade municipal d’Yverdon-les-Bains, l’équipe féminine de la République Tchèque est ainsi repartie en possession de la Konektor Cup, ce trophée long de 160 centimètres qui perpétue la rivalité entre les équipes féminines de rugby de Suisse et leurs homologues tchèques. Pour leur retour au jeu en Suisse dans une compétition européenne, les filles de Manu Revert ont concédé la mise sur le fil face à leurs adversaires (5-10), subissant un essai dans les ultimes secondes de la rencontre.

Malgré une longue liste de 17 joueurs blessés, le Servette Rugby Club est venu aisément à bout du Rugby Club Haute-Bresse, deuxièmes de Pré-Fédérale, à la fois lors de la rencontre des équipes réserves (66-17) que chez les premières (71-12). Avec cinq victoires lors de leurs six dernières sorties, les Bressans figuraient comme la nouvelle équipe de référence du championnat derrière les Grenat. Une nouvelle preuve de l’incontestable supériorité de Servette à cet échelon-ci qui a pu compter sur son très large effectif pour l’emporter. À noter également, le retour de Cédric Curdy avec la réserve servettienne. De retour d’un an en Argentine, le flanker a à nouveau marqué avec les Grenat.

Les filles de Nyon, Monthey et de la Haute-Broye ont gagné en puissance ces dernières années en LNF-A. Depuis le début des années 2010 que l’Entente existe, la situation sportive de celle-ci s’est considérablement améliorée. Aujourd’hui, les Mermigans sont fièrement pensionnaires de la première division nationale et savent pleinement concurrencer face aux meilleures équipes de Suisse. Elles sont, pour l’heure, en bonne position pour se qualifier en playoff parmi les quatre meilleures équipes du championnat, même si le niveau actuel des Cern Wildcats et des Luzern Dangels leur paraît encore supérieur. Mais l’on saura compter sur les Mermaids ces prochaines saisons…

Au centre sportif des Vergers de Meyrin, les Wildcats ont poursuit leur bonne marche en championnat face aux filles de l’Albaladejo. Dernières au classement de la LNF-A, les Lausannoises ont eu beau résister toute une première demi-heure face aux championnes en titre cernoises mais elles n’ont jamais réussi à concrétiser leurs meilleures opportunités devant la ligne d’en-but, encaissant 24 points sur l’ensemble des deux mi-temps. Pour les capitaines des Wildcats Laurijn Draaisma et sa remplaçante Juliette Pera, ce nouveau succès est la preuve de la très bonne santé du club franco-suisse.

Le XV atomique a été contraint de courber l’échine à deux reprises face à Stade Lausanne. En Excellence A, les Stadistes – qui ont pu bénéficié d’un réel coup de poker avec les quatre essais d’Henry Pharaony – l’ont emporté 10-40 face à CERN avant de dominer sur le fil la première équipe en LNA 15-19. Pas de meilleur augure pour les hommes de Yann Mauvoisin. En revanche, Mario Bucciarelli respire à une semaine de recevoir Hermance sur le terrain de Chavannes-près-Renens.

C’est une histoire d’amitié. Entre John Etheridge et Mario Bucciarelli, lesquels préparent un camp de formation à Macolin comme chaque année (l’année passée, il était dispensé également par Patrice Philippe, ancien responsable de la formation à Colovray), le courant passe. Mais si les deux sont d’excellents tacticiens, leur équipe diverge encore de beaucoup. À Colovray, ce dimanche, ce fut l’expérience contre la jeunesse, la discipline face à l’empressement, la rigueur face à la fébrilité. Le RC Nyon s’est imposé 37-10 face à Stade Lausanne mais les Lausannois (pour la plupart de moins de 21 ans) prouvent de semaine en semaine mériter leur place dans l’effectif. Et la rivalité fut de poids; en mêlée, les Stadistes n’eurent pas manqué de contester leurs adversaires.

Trois victoires en trois rencontres, Servette et le Canton de Montrevel-en-Bresse avaient encore, il y a quelques heures, cela en commun. Aussi bien qu’à la quatrième journée du championnat de Pré-Fédérale, le calendrier réservait déjà une rencontre entre les deux premiers du classement; un match à deux vitesses – Servette a manqué de rigueur dans les premières 40 minutes – avant que les Grenat ne prennent (amplement) la mesure de leurs adversaires 71-7. N’en reste que les joueurs de Montrevel ont été les premiers à inscrire un essai à ce Servette-ci au Stade de Genève depuis le début de la nouvelle saison. Une satisfaction, dira-t-on dans le camp français.