Il n’aura pas fallu plus de cinq minutes après le début du match, ou du moins, d’une intention de jouer, pour que le jeu cesse. Cinq minutes durant lesquelles un des onze joueurs de l’Entente St-Amour-Coligny s’est blessé si l’on se fie à la douleur qu’il exprimait, renvoyant tout le monde au vestiaire. Plus qu’un forfait, une perte de temps, d’énergie, d’humilité. Une vraie mascarade qui dessert beaucoup Servette, spécialement venu pour jouer à Hermance dans le cadre de son partenariat avec l’Association Cantonale Genevoise de Rugby. Retour sur cette journée brumeuse pour le rugby genevois. Voir la galerie photo de la journée.

« Je vous remercie tous d’être venus. Certains [de ses collègues professionnels] pensent que c’est une corvée que je vienne vous entraîner mais lorsque je vois des gens motivés pour travailler jusqu’à neuf heures du soir, je sais pourquoi je joue au rugby ». Voilà les mots exacts et poignants qu’a tenus Bismarck du Plessis aux équipes amateurs lausannoises, ses camarades d’un soir. De par l’expérience de leur Coupe du Monde gagnée en 2007 et de leur régularité en équipe nationale sud-africaine avec plus de 70 sélections chacun, les deux stars sont venues transmettre leur savoir lors d’un entraînement spécial destiné aux clubs lausannois.  Voir les photos de la soirée.

Afin de connaître aussi bien l’équipe que l’administration du Servette Rugby Club, le Président Marc Bouchet a accepté de s’entretenir avec leMultimedia.info pour évoquer le projet du club, né en septembre 2014. Dans cette interview au Stade de Genève, une belle enceinte ayant une capacité de 30’000 places, nous avons discuté avec Marc Bouchet de l’histoire, du fonctionnement, du jeu du club et de ses projets pour le rugby genevois. Ses réponses d’une grande précision éclairent sur l’état d’avancement des projets et réaffirment les grandes ambitions du club pour servir le sport genevois.

Sous l’œil de la syndique genevoise Esther Alder qui a donné le coup d’envoi de la reprise de championnat, le Servette RC a marqué les esprits en inscrivant 20 essais, dont cinq uniquement de son ailier gauche Fischer (voir les photos). Un score digne des All Blacks en Coupe du Monde, bien loin du 62 à 7 pour Servette au match aller qui impressionnait déjà. « On s’y attendait un petit peu » a admis Matthieu Garcia, le capitaine et demi d’ouverture rhodanien. Retour sur un spectacle d’essais aboutissant de belles actions collectives en dépit d’une pluie intense qui n’a pas arrêté les Genat pour mettre la main sur le ballon.

Solidaire et passionné, le 3e club lausannois qui évolue en ligue C derrière ses camarades de ligue A connaît bien l’histoire du rugby lausannois et français. Il promeut celle de son parrain Pierre Albaladejo (ex-international français légendaire) et continue la sienne grâce la fidélité de ses sponsors qui constituent des supports financiers indispensables. D’ailleurs, l’Albaladejo n’a pas été étranger au développement du rugby vaudois puisqu’il a participé à la création de l’École de Rugby de la Région Lausannoise. Frank Souyris, le président de « l’Alba » a accepté de nous parler de la vie du club et du rugby suisse.

Lors de la dernière journée de Ligue Nationale A avant la trêve hivernale, Nyon a pris l’ascendant contre un Stade Lausanne très combatif à Chavannes-près-Renens (24-32). Si la qualité du jeu lausannois a rassuré, c‘est néanmoins une mauvaise opération sur le plan comptable puisque que le LUC a aujourd’hui l’opportunité de reprendre la 3e place qu’occupe le Stade. De son côté, Nyon conforte sa seconde position au classement. Retour sur un match « de haut niveau qui se joue sur des détails« , selon Bruno Pompilio, entraîneur des Lausannois.

Rassemblés ce samedi après-midi pour le derby à Chavannes-près-Renens, le Stade Lausanne et le LUC Rugby (Lausanne Université Club) se sont disputés bravement la 3e place de Ligue Nationale A avec un froid hivernal tombé au cours du match. Invitée surprise, la neige a ralenti le jeu mais n’a pas annihilé la persévérance des joueurs du Stade Lausanne qui ont fait le match tout seuls, face à une équipe du LUC en « manque de confiance » selon son entraîneur Jérôme Gaydou. Focus.