Devant 4’332 spectateurs, le FC Lausanne-Sport et les Grasshopper de Zurich se sont neutralisés à vide (0-0) dans une rencontre capitale pour le maintien en Raiffeisen Super League. Cela fait 180 minutes que la Pontaise n’a plus été spectateur d’un but. Mieux, cela fait trois matches (270 minutes) que le LS n’a plus concédé la moindre réussite à ses adversaires. Une amélioration dans l’ensemble d’un second tour mal engagé pour les hommes de Fabio Celestini.

Encore une désillusion pour Fabio Celestini au Stade de la Pontaise. Le FC Lausanne-Sport a plongé face au FC Sion, sur une réussite de Chadrac Akolo (43e). Il s’agit de la troisième défaite consécutive pour les Lausannois qui n’ont plus gagné depuis le 2 octobre dernier face à Lugano (4-1). Les prochaines rencontres face aux concurrents directs seront déterminantes.

Après un trêve hivernale bien méritée pour les équipes de Super League, la reprise était également l’occasion de se relancer pour le Lausanne-Sport qui, on le rappelle, restait sur une longue série de sept matchs sans victoires. Pour cette reprise de championnat, la Pontaise accueillait le FC Lucerne, troisième au classement et rival coriace pour une équipe lausannoise contrainte de se ressaisir afin d’éviter la zone de relégation.

Le FC Lausanne-Sport, domine, subit, égalise, puis perd son match face à Young Boys (1-2). Une situation qui pourrait même servir de canevas désormais pour Fabio Celestini, englué dans une série noire de six défaites d’affilée. Des défaites qui tombent encore et toujours en fin de rencontre ; une fatalité à laquelle Celestini ne peut sans doute « rien faire de plus ». Focus.

Les hommes de Fabio Celestini ont largement battu leurs adversaires directs au classement de la Super League. Le FC Lugano s’est contenté de réduire la marque en fin de rencontre par Mario Piccinocchi (90e). Un but d’honneur alors que Lausanne dominait déjà par 4-0. Pour les Tessinois, il s’agit d’un coup d’arrêt sur leur série de quatre matches sans défaite.

Battu lors du week-end de Coupe à Köniz (3-1), Lausanne contemple la fortune de sa malchanceuse semaine anglaise. Défaits par le leader bâlois à domicile dans le cadre de la huitième journée de Super League (1-2), les hommes de Fabio Celestini peuvent nourrir le regret de laisser filer la seconde place de la hiérarchie. Ce n’est pourtant que partie remise.