Jean Laville, Président de NiceFuture et expert en stratégies d’investissements durables affirme qu’il faut travailler sur la transition souhaitée. Beaucoup de riches activités se mettent en place à NiceFuture et un soutien manifeste de la part des entreprises est requis. La vision 2030 – qui n’est pas lointaine – est une communication importante. Le monde en transition est déjà en marche. Face à des nouvelles toujours plus alarmantes, la bonne marche des initiatives en faveur de la transition écologique est fondamentale. Entre économie et spiritualité, la seconde journée du Leadership Forum sera ainsi dédiée aux visions partagées d’un avenir incertain. Focus.

Quels sont les vecteurs du changement social ? Une séance du Forum du G21 propose une solution pour favoriser cette transition : soutenir le Business vert made in Switzerland. Face à une mauvaise lecture des indicateurs économiques actuels, Hervé Naillon, Adèle Thorens, Claude Béglé et Sofia De Meyer ont longuement débattu sur l’avenir des produits bio dans la vie des consommateurs actuels. Focus.

Financer la durabilité en entreprise, un risque. Un risque mais également un facteur décisif vers l’accomplissement de la troisième révolution industrielle, un défi de taille mais nécessaire. Les questions qui ont animé ce débat ont donc cherché à définir le rôle de la finance dans cette transition écologique et la manière donc le capital risque peut être appréhendé. Un débat modéré par Jean Laville, président de Nice Future.

Ce jeudi 16 avril s’est tenu à Genève le – maintenant annuel – Talk-show TEDx Geneva, qui peut avoir lieu grâce à une licence obtenue de TED, organisation à but non-lucratif qui donne régulièrement la parole à toute une palette de personnalités aussi diversifiées qu’intéressantes. Cette fois le topique général était un « Make It Work » voulu très vaste.

D’un côté, la souveraineté nationale et la voix du peuple législateur. De l’autre, les accords internationaux et l’expression des droits fondamentaux. Droit interne et droit international ne font pas souvent bon ménage. Cela est particulièrement vrai de la Suisse. Afin de cerner la problématique, une conférence-débat s’est tenue le 4 mars dernier à l’Université de Lausanne, organisée par l’association Mosaïque. Compte rendu.