Richard Bona, présent sur la scène du Montreux Jazz Club lundi à 1h du matin, lors du concert surprise du 85e anniversaire de Quincy Jones à Montreux, l’a toujours annoncé: il faut chanter avec ses racines, au plus près de ses origines. Sinon ? il n’y a pas de musique. Disons-le, au-delà de Richard Bona, cet auteur, musicien et chanteur camerounais, il y a de parfaits exemples d’artistes engagés dans la promotion de leur identité au travers d’une musique qui leur est propre. Il n’y avait qu’à jeter un coup d’œil à la Brazil Night de samedi soir à l’Auditorium Stravinski; Margareth Menezes, Mart’Nália et Gilberto Gil ont offert un récital de presque quatre heures et demi sur la scène cardinale du Montreux Jazz Festival avec, pour seule mission, vivre leur musique. De Bahia à Rio, l’on retrace volontiers les trois artistes qui ont donné, souvent de leur temps et de leur énergie, à la promotion et au développement de la culture dans leur pays, le Brésil.

Attendue comme le reliquat d’une époque révolue, la formation étiquetée « grunge » a livré aux fans venus en nombre un « special evening ». Dans la même veine que son mémorable « Unplugged » deux décennies plus tôt, Alice in Chains proposait, pour sa première venue sous les palmiers montreusiens, une version acoustique de ses plus grands tubes sans oublier quelques titres récents. Sous la ferveur et l’émotion d’une salle comblée par la présence de ses idoles qui contraste quelque peu avec un set plutôt minimaliste, Cantrell et sa bande livrent une belle prestation intimiste.

En première partie des intouchables Alice in Chains, le Kentucky était à l’honneur. On ne peut plus sobre, Emma Ruth Rundle est venue broyer du noir avec sa Dark folk. Malgré un public impatient et acquis à la cause des rois du grunge, la jeune chanteuse a su monopoliser l’attention du Montreux Jazz Lab. Entame de soirée lynchéenne en perspective.

Sortez les sabots ! Dr Martens et accessoires cloutés devraient largement dominer le 2M2C pour la 52e édition du Montreux Jazz Festival. Retour sur l’annonce du programme en musique et rencontre avec son investigateur Mathieu Jaton ainsi que Rémi Bruggman et David Torreblanca aux commandes du Jazz LAB et du Lisztomania (dont la programmation sera servie le 31 mai).

Ce sont sous les voix suaves de Tamino et Flèche Love, que l’assistance découvre les lines-up du 52e Montreux Jazz Festival. Destinés à un avenir prometteur, à l’instar des jeunes protégés du festival Rag’n’Bone Man ou encore Jamie Cullum – ces derniers programmés à l’Auditorium Stravinski les 1er et 13 juillet –, les artistes parfont leur relation avec le MJF. Et à ce titre, « plus que des découvertes, je préfère parler de coups de cœur », affirme le CEO Mathieu Jaton.

Le président du Montreux Jazz Festival, Mathieu Jaton, a fait part, un peu en avance lors de sa conférence de presse de clôture des festivités, de son bilan émotionnel sur la 51e édition du festival qui aura duré du 30 juin au 15 juillet 2017. Sans revenir en profondeur sur les plus grands moments – bons ou moins bons – de la quinzaine, le CEO de l’organisation a défendu une année « dense et complexe » et où Montreux, en lieu de villégiature, a encore une fois invité son public dans « le salon du jazz » international. Fort de ses expériences et de ses sensations de plénitude, Mathieu Jaton est revenu pour leMultimedia.info sur ce qui fait de Montreux, sa grandeur d’âme créatrice et si innovante. Entretien.

Ils furent ensemble accompagnés de leur brass band, les Américains The Roots mardi soir au Stravinski et les Toulousains Funky Style Brass au “Music in the Park” dimanche soir avec, chacun, dans leurs cordes – ou leurs cuivres – un instrument phare: le soubassophone constitutif des plus grandes fanfares. Un instrument, à l’allure imposante, mais si accommodant qu’il s’est prêté à la variété des genres au Montreux Jazz Festival, du rap typiquement américain, passant par un hip-hop allégé version française, jusqu’à y retrouver des tonalités plus funk, zouk et jazz sous la cape décalée du collectif toulousain. Tour d’horizon.

Après Casey et Youssoupha & Crew Peligrosos, c’est au tour de Kery James de fouler, pour la toute première fois de sa carrière, les planches du Montreux Jazz Festival. Attendu avec grande impatience, le public du Lab a du prouver au rappeur aux 700’000 disques vendus qu’il était encore chaud bouillant. Attention : il va y avoir du sport.