De l'Estádio da Luz, Lisbonne (Portugal)

Après une campagne de qualification irréprochable, il était temps de braquer les projecteurs sur la « finalísima » annoncée entre le Portugal et la Suisse. Neufs victoires, aucune défaite, tel était le bagage fièrement emmené par la Nati à l’Estádio da Luz de Lisbonne. Dans une ambiance hostile, la Nati a tenté de réaliser l’impensable, éclipser le Portugal et sa star Cristiano Ronaldo. Mais si les hommes de Vladimir Petković sont parvenus à sécher le Portugais, elle n’aura malheureusement pas réussi à remplir son objectif. En effet, l’autogoal du défenseur Johan Djourou, aura définitivement enterré les élans suisses. Même si la Suisse se voit reléguée à une deuxième place malchanceuse, elle aura néanmoins le droit de se rattraper lors des barrages au mois de novembre prochain.

L’UEFA Champions League était de retour au stade Saint-Jacques où le FC Bâle affrontait l’équipe lisboète, le SL Benfica. Les hommes de Raphaël Wicky, détrônés de leur place de leader, devaient se ressaisir après un début de saison compliqué. Bousculés en championnat et étouffés par Manchester United lors de la première journée de Champions League, le faux pas n’était donc pas permis pour les Bâlois. Mais la coupe aux grandes oreilles, célèbre pour ses nuits européennes riches en émotion, n’aura pas manqué de faire vibrer les supporters venus en nombre (34’111 spectateurs). Après onze matchs sans victoire pour le FC Bâle en UEFA Champions League, le 12e en aura valu la peine. Match en main, le FC Bâle aura réussi à faire vivre un véritable calvaire aux Portugais en infligeant une véritable « manita » sévère, mais amplement méritée (5-0).

C’est dans une Tissot Arena à guichets fermés que Benfica et Young Boys ont offert aux 5’200 spectateurs présents un match riche en rebondissements. Avant le coup d’envoi, seul Benfica pouvait priver Stoke City de remporter, pour sa première participation, le traditionnel trophée de la Coupe horlogère. Au final, le résultat en aura décidé autrement et ce malgré la ferveur des fans de Benfica venus en nombre offrir une ambiance digne des grands soirs. Dans un match grandement disputé, Young Boys aura su faire valoir ses efforts en battant l’équipe portugaise sur un score large et non immérité (1-5). Suite à la défaite de las “Águias”, c’est donc Stoke City qui remporte cette édition de la Uhrencup après avoir battu Neuchâtel Xamax (1-0) et Young Boys aux tirs aux buts (2-2, 3-4 tab).

Pour son retour à Grenchen, ville qui l’a vue naître, la Uhrencup aura fini par attirer la curiosité des spectateurs venus en nombre (4’117) voir Neuchâtel Xamax FCS défier le champion en titre du Portugal, le SL Benfica. Cette rencontre de prestige, clairement dominée par Benfica, aura nettement permis aux supporters d’apprécier les débuts d’Haris Seferovic avec son nouveau club. L’attaquant suisse n’aurait pas pu rêver mieux comme début puisque pour son premier match il est parvenu à inscrire le but décisif de la rencontre (2-0). Score qui par la même occasion aura permis aux Portugais de l’emporter facilement face à un Neuchâtel Xamax prêt pour initier le championnat vendredi 21 juillet prochain face au FC Aarau.

À la Tissot Arena de Bienne, c’est un Neuchâtel Xamax FCS de gala qui s’est présenté face à Stoke City lors du match d’ouverture de la 53e édition de la traditionnelle Uhrencup. Pour son troisième match de préparation avant sa reprise en Challenge League, Neuchâtel Xamax aura su se montrer convainquant malgré la défaite concédée suite à un autogoal malchanceux d’Igor Djuric dans les dernières minutes de jeu, suite à un centre raz-terre de Thibaud Verlinden (0-1).

La 34e journée de Super League n’aura pas attiré beaucoup de monde à la Pontaise, mais elle n’aura pas masqué le caractère décisif de la rencontre. Le FC Lausanne Sport, opposé au FC Thoune, se devait de faire mieux que Vaduz, son rival direct pour la relégation, afin d’assurer un maintien qui s’est montré bien plus compliqué que prévu tout au long de la saison pour les hommes de Fabio Celestini. C’est finalement chose faite grâce au point du match nul obtenu (0-0) et à la défaite de Vaduz face à Lugano plus tard dans la soirée (2-1).

Après un trêve hivernale bien méritée pour les équipes de Super League, la reprise était également l’occasion de se relancer pour le Lausanne-Sport qui, on le rappelle, restait sur une longue série de sept matchs sans victoires. Pour cette reprise de championnat, la Pontaise accueillait le FC Lucerne, troisième au classement et rival coriace pour une équipe lausannoise contrainte de se ressaisir afin d’éviter la zone de relégation.

De la Groupama Aréna, Budapest (Hongrie)

Après une semaine d’incertitude quant au onze titulaire face à la Hongrie, Vladimir Petkovic en aura bluffé plus d’un en titularisant Nico Elvedi au centre de la défense aux côtés de Fabien Schär. Le jeune joueur du Borussia Möchengladbach, s’est révélé être un remplaçant de taille en parvenant avec brio à faire oublier Johan Djourou blessé.