Nouveauté

Christophe Lemaître contraint de renoncer aux Championnats d’Europe de Berlin

Le starter tricolore s'était blessé à une cuisse lors des 100m B du Meeting de Paris au stade Charléty

De Rive Gauche, Paris (France)

Le communiqué de la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) communique une information pressentie depuis samedi soir à Charléty: le sprinteur Christophe Lemaître est forfait pour les Championnats d'Europe de Berlin (du 7 au 12 août prochains). Le starter tricolore a été victime d'une déchirure musculaire à la cuisse droite lors de son 100 mètres B au Meeting de Paris. De mauvaise augure pour l'athlète de 28 ans, dont la blessure intervient à moins d'une semaine des Championnats de France à Albi (du 6 au 8 juillet).

Christophe Lemaître perd ses espoirs de médailles tant pour les Championnats de France d'Albi (6-8 juillet) que pour les Championnats d'Europe de Berlin (7-12 août). © leMultimedia.info / Oreste Di Cristino

Paris était son occasion de briller après un début de saison compliqué. Il devait s’illustrer, se délivrer et prendre du plaisir. Malheureusement, le sort lui en a interdit les joies. Peu avant les 20 derniers mètres de ses 100 mètres B, Christophe Lemaître s’arrête et tient sa cuisse droite de sa paume droite. Il lève les yeux en signe de désespoir et comprend que les déboires d’une saison fort mitigée continuent. 2018 ne sera pas son année puisque le Français, dont plusieurs examens par IRM (imagerie par résonance magnétique) réalisés ce lundi après-midi révèlent une déchirure musculaire importante sur l’ischio-jambier, est contraint de renoncer aux Championnats d’Europe de Berlin du 7 au 12 août. « Le médecin de l’équipe de France, qui l’a examiné après sa course, a diagnostiqué une lésion musculaire de type déchirure de son ischio-jambier droit. Un diagnostic qui a été confirmé par l’IRM passée ce lundi », écrit un communiqué de presse de la Fédération Française d’Athlétisme (FFA).

« J’ai vu sa course et on voyait déjà de sa jambe droite qu’il n’était pas à son aise. Il devait avoir un souci très honnêtement et sa course l’a achevé »

Kevin Mayer, décathlonien, après le Meeting de Paris

Le sort du sprinteur, natif de Culoz dans le département de l’Ain, a été discuté samedi soir en zone mixte. En fin de soirée, au stade Sébastien Charléty, le décathlonien Kevin Mayer avait tenu un mot pour son compatriote; un message de soutien et de déception partagé par celui qui reste son coéquipier en Équipe de France. « Je suis déçu pour lui parce que c’est justement une période où les problèmes physiques coûtent cher. Il souhaitait faire une performance devant son public et malheureusement il n’a pas eu son moment », expliquait-il alors. Et en fin connaisseur de la discipline, la blessure de Christophe Lemaître lui semblait, sinon prévisible, présumable. « J’ai vu sa course et on voyait déjà de sa jambe droite qu’il n’était pas à son aise. Il devait avoir un souci très honnêtement et sa course l’a achevé. C’est un mec que j’apprécie énormément même si c’est un garçon introverti », aiguillonnait-il alors. « Quand on doit courir et qu’on doit commencer à faire de grandes foulées, l’on voit rapidement qu’une jambe produit beaucoup plus que l’autre. Et ce déséquilibre est tout bonnement impossible à ce niveau. »

Lire également: Deux champions du monde des épreuves combinées à la révélation du public de Charléty

Un début de saison déjà retardé

Christophe Lemaître disputait à Paris son cinquième meeting de la saison. Après avoir ménagé son autre ischio-jambier (le gauche) au terme de saison en salle, le starter tricolore n’aura pas fait long avant de renouer avec l’infirmerie. Le coup du sort, dirons-nous, d’autant plus qu’il se sentait d’attaque à reprendre les entraînements très sérieusement. Il avait pourtant repris les pistes assez tôt, le 6 mai à Vénissieux sur les 200 mètres, puis s’est arrêté un mois. « Je manquais de vitesse et je n’avais pas pu travailler toutes les disciplines. J’avais beaucoup laissé de côté les 100 mètres en salle et je n’ai pas pu les travailler correctement », expliquait-il alors la veille au Marriott Hotel de Rive Gauche à Paris. Sa rentrée officielle, il la fit alors en Suisse à AtletiCAGenève, où il a terminé premier de sa série sur les 200 mètres (20”35), puis à Ostrava (République Tchèque) où il a couru les 100 mètres en 10”32. Pas assez au point sur le sprint afin de débloquer les minimas pour Berlin (20”35 sur les 200m et 10”15 sur les 100m fixés par la FFA). Il a essayé de combler ses lacunes à Paris mais le sort s’en est fâcheusement mêlé. « Mon objectif [était] de monter en puissance jusqu’à Berlin, au prix d’un travail régulier », affirmait-il alors. Après Genève, Ostrava et Montreuil, le stade Charléty devait lui envier un nouvel élan dans sa progression, il n’en fut rien.

« En 2010, je m’étais pris un courant d’air d’Usain Bolt »

Christophe Lemaître, sprinteur français blessé des 100 et 200 mètres

Rappelons-le. La dernière participation de Christophe Lemaître à la Diamond League de Paris remonte à… 2010, lors duquel il s’était battu contre Usain Bolt. « Je m’étais d’ailleurs pris un sacré courant d’air », plaisantait-il vendredi après-midi à Rive Gauche. « Une belle expérience », rappelait-il tout de même également. Cette année, en revanche, il n’accusait pas pareille concurrence; il était aligné sur les 200 mètres, bien sûr, mais aussi sur la série secondaire des 100 mètres, remportée par le Saoudien Abdullah Abkar Mohammed en 10”03 (son nouveau record d’Arabie Saoudite). Une course rapide, technique et par conséquent relevée qu’il n’omettait pas de remporter, même si les résultats au chronomètres lui valaient meilleure satisfaction. En somme, le Français aura perdu sa forme; il devra repartir (presque) de zéro, reprendre les entraînements après avoir accusé un temps long mais nécessaire de rétablissement. Par ailleurs, son coach Thierry Tribondeau précise au journal Le Progès qu’il ne prendra aucune vacances, sa réhabilitation nécessitant aucune précipitation. Il ne serait donc pas surprenant que le Français renonce à sa saison hivernale en salle, quitte à viser plus loin: les Mondiaux 2019 de Doha, au Qatar.

Il s’agit bien évidemment d’une chance de médaille supplémentaire pour le Suisse Alex Wilson, sur les 100 et 200 mètres, puisque le Français tenait sur lui l’espoir grandissant de l’ensemble de la communauté tricolore. La France pourra toutefois encore compter, entre autres, sur Jimmy Vicaut, auteur d’une belle course à Charléty samedi soir (deuxième en 9”91 derrière le champion universitaire américain Ronnie Baker) sur les 100 mètres A. En outre, le relai français 4x100m regrette également la blessure d’un de ses membres à Charléty, en ce qu’il comptait plus que jamais sur lui pour tenir haut le rang de la nation française à Berlin. Enfin, c’est le deuxième forfait communiqué par la FFA, après celui du champion d’Europe  et du monde en titre du 50 kilomètres marche Yohann Diniz, victime d’une fracture de fatigue au bassin.

Lire également: Alex Wilson: « Maintenant, c'est la médaille que je vais chercher »
About Yves Di Cristino (440 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Titulaire de la carte AIPS. Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.