Nouveauté

Champion d’hiver, Neuchâtel Xamax termine avec une victoire (2-1)

Battu 2-1, le FC Winterthur a eu sa chance avant de la laisser couler sous la neige

Neuchâtel Xamax FCS a réussi sa sortie. Pour la dernière de l'année 2017, les hommes de Michel Decastel ont battu le FC Winterthur 2-1 au Stade de la Maladière, tirant profit d'une première période inspirante. Puis, la neige est tombée et a voilé l'enceinte (pleine de 2'180 spectateurs) d'un épais rideau blanc qui a valu à plusieurs reprises l'interruption de la partie. Il n'en reste que Neuchâtel Xamax est sacré champion d'hiver de la Challenge League et compte (temporairement) 11 points d'avance sur le Servette FC au vendredi soir. Le récit de la rencontre.

Ensemble, dans une ambiance de Noël, les joueurs de Neuchâtel Xamax FCS ont fêté un accomplissement certain. © leMultimedia.info / Oreste Di Cristino

Voir également: La dernière de 2017 à la Maladière en 100 images

Peut-être que Neuchâtel Xamax a une nouvelle fois vaincu sans avoir pleinement convaincu. Mais l’essentiel – comme toujours en pareils cas – est là: les Rouges et Noirs clôturent l’année 2017 par un succès 2-1 sur le FC Winterthur d’un certain Kwadwo Duah, ancien de la Maladière. Une bourde défensive de Janick Kamber rapidement équilibrée par un contrôle approximatif de Denis Markaj devant son portier ont ouvert la marque de part et d’autre; généralisant l’opportunisme certain de Robin Huser (6e) et du jeune Liridon Mulaj (12e) qui en est à son premier but de la saison avec les Xamaxiens, pour sa première titularisation. Il faut dire que le jeune garçon, issu de la Fondation, a une nouvelle fois su saisir sa chance. Aligné sur la gauche, au soutien de la pointe Nuzzolo – à nouveau buteur par ailleurs (24e) – Liridon a su se faire piquer au bon endroit au très bon moment, récupérant les maladresses adverses au tournant de la 10e minute de jeu. Et détail d’importance; si Michel Decastel peut compter sur ses jeunes talents, il en ressort un groupe uni et complémentaire autant qu’opérationnel à toute épreuve. Et l’absence de Geoffrey Tréand pour la dernière de l’année en était sans doute une. Pourtant, si sa déchirure partielle (sur 12 centimètres !) à l’ischio  – pour autant sans grande conséquence étant donnée la trêve hivernale – reste passablement contrariante, il en ressort une grande capacité d’adaptation pour le contingent neuchâtelois. Et cela n’est de loin pas anodin. « Nous n’avons pas de MSN [ndlr, en référence à l’ancien trio du FC Barcelone, Messi-Neymar-Suárez] qui nous plante des buts à toute occasion et qui font la une des journaux un peu partout en Europe – plaisante le capitaine Laurent Walthert au terme de la rencontre avant de poursuivre – Nous devons faire avec nos joueurs du cru et la méthode est la bonne jusqu’à présent. »

« Neuchâtel Xamax a joué intelligemment comme ils ont l’habitude de le faire depuis le début du premier tour »

Guillaume Katz, défenseur du FC Winterthur

« Neuchâtel a joué intelligemment comme ils ont l’habitude de le faire depuis le début du premier tour. » Un peu de fatalisme dans les paroles de l’ancien défenseur lausannois. Faut-il dire, néanmoins, que la rapport de force tournait à la défaveur certaine du FC Winterthur. Sur un terrain recouvert d’un manteau de neige à quelques égards épais, la pratique fut laborieuse pour les hommes d’Umberto Romano. Rapidement devant au score, les Zürichois n’eurent réussi à maintenir l’avantage longtemps par manque d’adresse défensive. « Nous avons eu une situation difficile. Nous avons bien commencé le match avant de commettre des erreurs qui nous ont été fatales, surtout face à une équipe comme Neuchâtel Xamax. Ils ont sur faire la différence avant la tempête de neige et cela les a bien aidés. Il nous a été difficile de pratiquer un bon foot derrière et de nous procurer des occasions dangereuses », concède volontiers Guillaume Katz en zone mixte. Derrière, titularisé par qui de droit, Liridon Mulaj a pris tout le monde de cours et la victoire finale lui revient en partie. Indéniablement. « Son rôle était avant tout de bien rentrer dans la partie, sous les consignes du coach et rester également solide défensivement avant de se lâcher vers l’avant. C’est un gamin qui a des qualités de dribble, de passeur et aussi de buteur. Ce soir, il nous a bien aidés », confirme le capitaine Laurent Walthert.

Voir également: L'interview [en direct] à Laurent Walthert au Stade de la Maladière

Mérite d’un effectif appliqué, zélé, diligent. Alliage d’expériences diverses et variées, des plus aguerris, émérites aux plus jeunes bleusailles rouges et noires, le groupe xamaxien tient sa très bonne santé. « Nous sommes un effectif, un collectif complet – confirme le portier neuchâtelois – Nous comptons sur tout le monde; autant sur nos joueurs importants comme Nuzz [Raphaël Nuzzolo], Gaëtan [Karlen], [Thibault] Corbaz, Charles [Doudin] ou encore [Max] Veloso que sur nos jeunes. Avoir autant de joueurs qui se révèlent importants dans nos rangs est, pour nous, une très grande force. Depuis toujours, nous avons de jeunes joueurs qui nous résolvent des matches. Je pense autrefois à [Cédric] Zesiger ou encore [Pedro] Teixeira mais aussi à nos actuels [Dilan] Qela et à présent Liridon [Mulaj]. » Indéniable. « [Liridon] est entré; on a vu que c’était un peu plus difficile de commencer un match. Mais il a de la vivacité, il est rapide et opportuniste et c’est ce qui lui a valu de marquer son premier but. Nous avons un contingent étoffé et aussi il nous le prouve ici. Sans compter que nous pourrons également compter sur le retour de Dilan Qela en février », statue pour sa part l’entraîneur Michel Decastel.

Une avance pharamineuse au classement

Il faut dire que les Rouges et Noirs naviguent à une moyenne supérieure à la double unité par rencontre. Avec leurs 46 points inscrits lors de ce premier tour – soit seulement deux points de moins que le FC Zürich à la même période – Neuchâtel Xamax marque 2,56 points par tour, une énormité. Loin le discours de chauffe du début de saison; les Neuchâtelois ont désormais des exigences élevées dans un championnat pas encore acquis à leur cause. Le rythme imprimé lors de ce premier tour est interdit – et n’a par la même occasion pas vocation – à la baisse de régime. Quand bien même, ce vendredi soir, Neuchâtel Xamax FCS (46) domine le classement avec onze unités de plus que son dauphin, le Servette FC (35), la reprise sera cruciale. « Onze points c’est un avantage conséquent – consent Michel Decastel avant de poursuivre – Cela représente trois victoires servettiennes pour trois de nos défaites, c’est quelque chose. Mais les quatre premiers matches de la reprise seront en tous points déterminants. Un déplacement à Vaduz, les réceptions successives d’Aarau et de Servette avant de partir pour Chiasso sont autant d’épreuves qui peuvent s’avérer compliquées. »

« Gagner à Genève pour ensuite glisser sur la peau de banane face à Winterthur aurait été inconcevable »

Laurent Walthert, gardien et capitaine de Neuchâtel Xamax FCS

Pourtant, dans un bilan rapide, le capitaine et l’entraîneur xamaxiens convergent sur une réalité, implacable. Le succès obtenu lundi dernier à Genève (1-2) reste sans doute le plus important conquis à ce jour. « À la Praille, nous sommes revenus de nulle part dans les arrêts de jeu [ndlr, but de Thibault Corbaz à la 95e]. Il nous était humain de la fêter du mieux possible au terme de la rencontre à Genève », confirme Laurent Walthert avant de continuer: « Nous étions heureux pour le club et pour le Président [ndlr, Christian Binggeli] qui est reparti de tout en bas de l’échelle avec quelques uns de nos joueurs encore présents au club. Nous retrouver lundi dernier face à 6’500 personnes à la Praille et renverser le derby dans des conditions incroyables méritait que l’on profite de l’occasion. Ce que nous avons fait. Mais dès mardi, nous nous sommes remis au travail car gagner à Genève pour ensuite glisser sur la peau de banane vendredi soir face à Winterthur pour le dernier match du premier tour aurait été inconcevable. » Ce à quoi ajoute Michel Decastel: « Il est clair que cette victoire face à Winterthur fait également partie des plus importantes de la saison car aller gagner à Servette pour perdre des points derrière un vendredi soir n’était pas viable. Être premiers à la trêve est un avantage considérable, si nous étions derrière Servette nous aurions eu encore une fois du mal à nous dépatouiller lors du second tour. Cette fois, c’est différent. »

« Une moyenne de 2 points par match ? C’est insuffisant »

Michel Decastel, entraîneur de Neuchâtel Xamax FCS

« Depuis le début de la saison, nous avions imaginé qu’avec un ratio de deux points par match, cela nous suffirait pour être premiers. Or ce n’est pas le cas. Nous sommes dans une position où gagner à l’extérieur est devenu un impératif. Car si nous nous étions tenus de marquer deux points par match, nous aurions été derrière Servette [ndlr, théoriquement à 36 points alors que Servette en a déjà inscrit 35 avec une rencontre en moins] » À cela seul réside le témoignage d’une saison extrêmement relevée où survoler les débats – à la manière d’un Neuchâtel Xamax (15 victoires en 18 rencontres, pour une seule défaite) – n’est pas même garantie de promotion. À quelques égards, tant mieux pour le suspense final. Mais toujours est-il que jamais rien n’est acquis par avance, à cette heure plus que jamais.

Le FC Winterthur s’enfonce

Destins opposés; le FC Winterthur croule à l’avant-dernière place du classement (12 points), en attendant le match du FC Wil à Schaffhouse lundi soir. N’en reste-t-il que les Zürichois vivent l’une des saisons les plus éprouvantes de ces dernières années. Une année 2017 en manque de relief, alors que les hommes d’Umberto Romano viennent de subir leur dixième défaite de l’exercice actuel. « Nous sommes dans une situation complexe depuis un certain temps – confirme Guillaume Katz avant de continuer – Mais il nous est difficile d’enchaîner les bonnes performances de semaine en semaine. Nous allons faire une grosse préparation et espérons aussi bénéficier de quelques renforts cet hiver pour remonter les manches au second tour. »

Voir également: Notre interview à Guillaume Katz au Stade de la Maladière

Pourtant, la victoire fut lente à se dessiner pour Neuchâtel Xamax FCS. « Ce n’était peut-être pas la meilleure performance de Neuchâtel Xamax de la cuvée 2017 mais elle nous a permis de gagner les trois points. Nous pouvons partir en vacances avec le devoir accompli », consent Laurent Walthert. À décharge – des deux formations pourtant – les conditions de jeu furent à la limite du praticable sous une épaisse neige: « Cela reste une victoire qui fait du bien au vue des conditions difficiles qui ont été celles du terrain. L’ouverture du score rapide de Winterthur a été compliquée à gérer mais nous avons su parfaitement réagir en passant l’épaule dès la première mi-temps. Nous avons fait en fonction – avec la neige – et avons donné comme d’habitude le meilleur de nous-même », rappelle à nouveau le portier neuchâtelois. Au final, ce sont deux blitz de Mulaj et Nuzzolo – grâce à une déviation au départ de la frappe – qui auront eu raison de la partie. Mais Xamax aurait pu – dû – clore les débats plus tôt; d’abord sur une reprise de volée sur le poteau de Samir Ramizi à un quart d’heure du terme (76e) mais surtout sur deux frappes en duel face au gardien de Steve Lawson (80e, déviée par Matthias Minder) et Max Veloso peu avant les arrêts de jeu (87e, hors cadre). Un manque de lucidité qui leur a coûté de souffrir jusqu’au bout des longues minutes additionnelles (7). « Nous avons pas mal souffert et nos adversaires nous ont passablement mis en difficulté notamment sur la fin de match avec beaucoup de longs ballons et une présence physique dans les 16 mètres – consent Laurent Walthert avant de conclure – Ils ont joué leur va-tout, ce qui est normal. Mais nous avons répondu, comme on a pu. Nous avons plié sans rompre notre résistance et, de temps en temps, cela fait du bien. »

16

« Ce qu’il a fait ce premier tour, est tout simplement exceptionnel. » L’entraîneur Michel Decastel n’a plus de superlatif pour commenter les performances de son nouvel attaquant “de pointe”. Auteur de sa quinzième réalisation sur pénalty lundi soir au Stade de Genève, Raphaël Nuzzolo a réitéré à une seizième reprise ce vendredi face à Winterthur, ouvrant les voies du succès aux siens. Avec 16 réalisations en 18 rencontres, l’ancien attaquant des BSC Young Boys a vraisemblablement réussi sa reconversion en Challenge League. Par ailleurs, il n’est pas loin de retrouver l’élite avec ses anciennes couleurs: le rouge et noir de 2012. Laurent Walthert confirme: « Dans tout succès collectif, il est toujours des individualités qui émergent plus que d’autres. Personnellement, cela ne me surprend pas. “Nuzz” est revenu au club avec une énorme motivation et c’était sans doute normal qu’il ait besoin d’un petit temps d’adaptation lors des premiers mois. Il est passé d’un monde – au très haut niveau – où il côtoyait les scènes européennes et le titre de Super League avec Young Boys à celui de la Challenge League. Il a su parfaitement se réadapter au niveau inférieur dans des stades sans doute moins glamours mais l’amour du maillot et le vestiaire rempli de copains lui ont permis de se distinguer de la meilleure des manières. » Une forme qu’il réserve pour la reprise en février 2018 ? Certainement. « Pourvu que cela continue car nous en avons tous besoin », aiguillonne son capitaine.

Les faits de match:
Neuchâtel Xamax FCS v FC Winterthur, 2-1 (2-1)

Composition de Neuchâtel Xamax FCS:
Laurent Walthert ©, Mustafa Sejmenovic, Igor Djuric, Janick Kamber (54e Steve Lawson), Mike Gomes, Max Veloso, Pietro Di Nardo, Charles-André Doudin, Samir Ramizi (85e Thibault Corbaz), Liridon Mulaj (69e Gaëtan Karlen) et Raphaël Nuzzolo. Entraîneur: Michel Decastel.

Composition du FC Winterthur:
Matthias Minder, Jordi López, Guillaume Katz, Denis Markaj (77e Dario  Ulrich), Tobias Schättin, Tiziano Lanza (85e Luka Sliskovic), Robin Huser, Luca Radice ©, Kwadwo Duah, Kofi Schulz (63e Manuel Sutter) et De Oliveira Silvio Carlos. Entraîneur: Umberto Romano.

Buts: 6e Huser (0-1); 12e Mulaj (1-1); 24e Nuzzolo (2-1).
Notes: Stade de la Maladière, Neuchâtel. 2'180 spectateurs.
Neuchâtel Xamax sans Dilan Qela, Geoffrey Tréand (blessés), Safet Alic, Frédéric Nimani, Sonny Escolano, Federico Nicastro et Frederico Da Costa (non-convoqués). Winterthur sans Kreso Ljubicic, Karim Gazzetta, Julian Roth (blessés), Leandro Di Gregorio et Genc Krasniqi (non-convoqués).
Arbitre: Lionel Tschudi.
About Yves Di Cristino (440 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Titulaire de la carte AIPS. Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

2 Comments on Champion d’hiver, Neuchâtel Xamax termine avec une victoire (2-1)

  1. Merci pour cet article très complet. Mais la bourde défensive qui a amené le but de Winti n’est pas de Sejmenovic mais de David Kamber

1 Trackback / Pingback

  1. La dernière de Neuchâtel Xamax FCS de l’année 2017 en images – leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.