Nouveauté

Neuchâtel Xamax FCS prend l’avantage face au FC Vaduz (3-1)

Raphaël Nuzzolo, Geoffrey Tréand et Mike Gomes renversent le FC Vaduz à la Maladière

Devant 3'867 spectateurs, Neuchâtel Xamax FCS s'est défait du FC Vaduz dans un match à l'importance relevée (3-1). Prenant le temps d'élever leur jeu, les hommes de Michel Decastel ont frappé en premier par Raphaël Nuzzolo (18e) avant de concrétiser véritablement leur assise par Geoffrey Tréand (67e) et Mike Gomes (76e). Mohamed Coulibaly avait temporairement égalisé peu avant la mi-temps pour les Liechtensteinois (33e). Mais outre le résultat, c'est le mélange de l'expérience et de la jeunesse qui, une fois de plus, permet à Neuchâtel Xamax de l'emporter dans une rencontre d'envergure. Voir également la galerie photo du match en 100 images.

Mohamed Coulibaly (à gauche) et Janick Kamber au contraste. Le Xamaxien en sortira vainqueur. © Oreste Di Cristino / leMultimedia.info

👉🏼 Voir l'interview en direct du Stade de la Maladière avec Steve Lawson.
👉🏼 Voir l'interview en direct du Stade de la Maladière avec Geoffrey Tréand.

Il est parfois besoin d’un peu de patience et d’une bonne dose d’inventivité pour parvenir à détendre une situation fermée, interdite et quelque peu engorgée par des défenseurs inspirés. Un vent de créativité que requérait sans doute Roland Vrabec à ses joueurs tout au long de la seconde fraction de jeu. Déplorant souvent le manque d’organisation défensive de ses joueurs, l’entraîneur du FC Vaduz référait avant tout, crispé, à la large place qu’occupèrent les Xamaxiens à l’entrée de leur propre aire de réparation; une agressivité manquée de Vaduz, une incapacité à garder le ballon devenant chronique dès l’heure de jeu, alors même que Geoffrey Tréand lâchait un tir lobé qui surprit tout le monde – y compris l’extrême défenseur liechtensteinois Peter Jehle – pour finalement reprendre l’avantage au score pour Neuchâtel Xamax FCS (67e). Les armes, les hommes de Roland Vrabec ne les ont eu qu’éphémèrement, le temps de retrouver quelques couleurs en première mi-temps, lorsque Mohamed Coulibaly (33e) répondait d’une tête précise à l’ouverture du score de Raphaël Nuzzolo (18e). Puis, la mi-temps est venue remettre de l’ordre dans un match décomposé où l’ensemble des deux formations brassaient là leurs incomplétudes les plus récurrentes; Vaduz par son manque de concrétisation, Xamax par son déficit de cohérence en attaque, où la blessure à l’entraînement de Gaëtan Karlen la veille mit Astor Kilezi sur la route des buts. Ce fut finalement par les deux anciens pensionnaires de Super League que les deux premières réalisations furent signées, avant que Mike Gomes ne valide l’ensemble de la performance d’un tir décidé à la 76e minute (3-1) sur les développements d’un corner.

« Ce match m’a beaucoup rappelé la Super League »

Geoffrey Tréand, milieu offensif de Neuchâtel Xamax FCS

Au retour des vestiaires, le plus important fut alors la réaction, la remise en doute d’un système trop léger et peu incisif. D’un 4-1-4-1 où Raphaël Nuzzolo et Geoffrey Tréand dominaient les ailes en soutien à la pointe Kilezi, Michel Decastel prit le pli d’une formation plus agressive et plus décisive dès la 45e minute, en insérant le transfuge du FC Le Mont-sur-Lausanne Steve Lawson en soutien d’un milieu de terrain à cinq et donnant vie à une paire de “buteurs” aguerris. Et la suite fut meilleure pour Neuchâtel Xamax, plus libéré dans la zone de vérité, à l’heure où les premières effluves de l’élite envahirent le stade de la Maladière. « Au vue des joueurs et de la performance du FC Vaduz aujourd’hui, cela m’a beaucoup rappelé la Super League. C’est ce qui nous ramène à parler d’un match très important », concédait Geoffrey Tréand en interview au terme de la rencontre. Un parfum de Super League qui laisse prétendre, déjà, toute l’immensité du défi de Neuchâtel Xamax FCS cette saison. Et autant dire que les hommes de Michel Decastel sont en bonne voie pour y parvenir, eux qui auront la tâche lourde au prochain match à domicile – le 18 août – face au FC Schaffhouse, prétendant et adversaire quasi direct pour la montée dans la catégorie supérieure. « À la maison, cette saison, nous n’aurons d’autres obligations que de gagner », prévient Tréand.

Steve Lawson, de la CFA aux rêves de Super League

Que l’on comprenne, son entrée fut aussi nécessaire, à défaut d’être expérimentale, que surprenante. Steve Lawson a longtemps été pensionnaire de troisième puis cinquième division française avec Vannes, Saint-Colomban Locminé puis la deuxième équipe d’Évian Thonon Gaillard, tenant d’une longue tradition en Ligue 1 avant la culbute en CFA, faute de finances saines. Quoi qu’il en reste, c’est au Mont que le Français a fait ses premières gammes en Challenge League, 17 matches, sans but, qui l’ont amené à perfectionner son style et sa superbe. Transfuge de l’été à la Maladière aux côtés des réputés Janick Kamber et Geoffrey Tréand, le jeune tricolore a eu ses premières minutes de jeu en rouge et noir en amical face au Benfica Lisbonne à Grenchen lors du deuxième match de Uhrencup (perdu 2-0). Il a ensuite travaillé avant de rendre une copie pleine lors de son entrée en jeu à la pause dimanche après-midi face au FC Vaduz, à deux jours seulement de son vingt-troisième anniversaire. « Il n’y a eu que du plaisir pour moi parce que je rentre à la mi-temps dans une situation de jeu difficile, à égalité 1-1 et l’on parvient à remporter le match à la fin, d’autant plus face à une équipe qui vient de descendre de la Super League, donc une prétendante à la promotion. J’en suis ravi, dans un super stade, un super club. J’espère que cela va continuer comme cela », lâche le jeune prodige en interview de fin de match à la Maladière. Une performance qui n’est pas tombé dans l’œil d’un aveugle, saluée également par un habitué des grandes rencontres: « Il a fait une super entrée en jeu (45e) et c’est à souligner. Cela démontre que les joueurs qui arrivent sont très bien intégrés et c’est très important – aiguillonne Geoffrey Tréand avant de poursuivre – On montera à 25 le nombre de joueurs dans le contingent et pour que le club reste en bonne santé, il sera important de que tout le monde puisse avoir son rôle à jouer et puisse donner de sa personne. Et voir Steve entrer comme il l’a fait, c’est même fort je dirais. » Mêlant technique de feu et grande vivacité d’esprit, nul doute que le natif de Mantes-La-Jolie dans les Yvelines, près de Paris ne laisse naître de grands espoirs au sein d’une formation et d’un club à l’appétence certaine dans son dessein de rejoindre l’élite en 2018, soit six ans après l’avoir brutalement quittée.

« Si je rentre sur le terrain, c’est avant tout pour prendre du plaisir »

Steve Lawson, ailier droit de Neuchâtel Xamax FCS

Il fait partie de la jeunesse que Michel Descastel aime prendre sous son aile, même si à d’autres entrées que celles de Pedro Teixeira, Liridon Mulaj (qui est également apparu face à Vaduz en fin de rencontre, 79e) ou Dilan Qela qui restent le fruit de la Fondation Gilbert Facchinetti. Mais là n’est pas le sujet; pur produit du club ou non, Neuchâtel Xamax FCS tient avant tout à la transmission d’un certain idéal qui joue avec les envies de victoires mais aussi d’un certain plaisir de jeu. Un certain hédonisme présent au sein du club qui n’est pas étranger à la bonne santé d’un groupe qui s’unit dans une seule émotion commune. Et pour cela, quoi de mieux que l’innocence des plus jeunes ? « Si je rentre sur le terrain, c’est avant tout pour prendre du plaisir. À partir de là, je sais ce dont je suis capable sur le terrain et je suis très content que les supporters aient également apprécié ma prestation », témoigne Steve Lawson, dont l’entrain a permis à Xamax, dimanche, de passer la vitesse supérieure face aux Liechtensteinois.

Un premier grand test à domicile

Un premier grand rendez-vous – qui fait suite à la victoire initiale face au FC Aarau lors de la première journée (2-1) – qui fut pourtant noircie la veille par la blessure à l’entraînement du buteur Gaëtan Karlen, dont l’indisponibilité est évaluée à deux semaines selon un interne du club. « Gaëtan est un joueur important pour nous – concède Geoffrey Tréand avant de poursuivre – Mais Astor [Kilezi] l’a remplacé [ndlr, dimanche face à Vaduz] avant que le coach ne décide de changer de tactique à la mi-temps. On était sans doute plus à l’aise ensuite mais les difficultés n’ont rien à voir avec des problèmes de joueurs. La force d’une équipe s’évalue également par sa faculté à faire face aux coups durs – la blessure de Gaëtan n’était absolument pas prévue. Cet après-midi, nous avons pourtant su réagir et nous avons démontré pouvoir faire face à une ou plusieurs absences. » Un message fort qui prend son sens dans une performance sur le terrain qui n’est pas – ou peu – à critiquer, malgré le manque d’un véritable “buteur” en pointe de l’attaque: « C’est vrai que Raphaël Nuzzolo et moi-même n’allons pas jouer comme Gaëtan [Karlen] ou comme Astor [Kilezi]; nous sommes moins un point d’appui. Néanmoins, il y avait beaucoup d’espace grâce aussi au 3-5-2 disposé par Vaduz donc nous en avons profité. Nous nous sommes créés beaucoup d’occasions en deuxième mi-temps. Mais il ne faut surtout pas oublier que défensivement, nous avons fait un super match également, car marquer des buts c’est bien mais pour gagner, il faut aussi ne pas en encaisser. C’était l’alchimie parfaite après la pause », continue l’ancien joueur d’Aarau, Saint-Gall, Servette et Sion.

« Nous avions pour objectif de nous distinguer face à un calibre du championnat »

Steve Lawson, ailier droit de Neuchâtel Xamax FCS

Face à Vaduz, rien n’était pourtant gagné d’office. Dans la première fraction, les hommes de Roland Vrabec prirent un léger avantage dans une domination qui s’équilibrait somme toute assez bien entre les deux gros cadors du championnat actuel. Une tête de Marco Mathys alertait en premier l’arrière-garde neuchâteloise, quand bien même la balle plongeait dans les bras de Laurent Walthert (12e). Trois minutes plus tard, c’était un tir des vingt mètres de Mohamed Coulibaly qui transperçait la défense de Xamax sans pour autant que la conclusion ne soit cadrée (15e). C’est pourtant dans la foulée que l’offensive xamaxienne prit l’envergure voulue grâce à une triangulation conclue par Raphaël Nuzzolo qui battait Peter Jehle pour la première fois de l’après-midi (18e). Et malgré une vaine égalisation, le FC Vaduz finit par s’affaisser, au grand regret de leur entraîneur à la voix fulminante, presque menaçante, jusqu’à l’aphonie complète en fin de rencontre alors que les hommes de Michel Decastel enlevaient de nouvelles opportunités d’alourdir la marque par Doudin (57e) et Nuzzolo (72e et 75e). « Les premiers matches en championnat sont tous des tests, d’autant plus quand on joue face aux gros calibres du championnats – concède Steve Lawson avant de continuer – Nous avions un objectif aujourd’hui, celui de nous distinguer et je pense que le contrat est rempli. Nous avons démontré, auprès des supporters, auprès du club, que nous avions de grandes ambitions et que nous sommes capables de les assouvir. Nous avons prouvé n’avoir peur de personne et nous attendrons toutes les équipes à domicile. » Un sentiment partagé également par Geoffrey Tréand qui témoigne volontiers d’une détermination certaine: « Surtout à la maison, l’on ne doit laisser aucun point en route. C’est le mot d’ordre du staff et nous le suivons sans problème. Nous sommes complètement d’accord sur un fait: nous devons tout gagner à domicile. L’on peut grappiller des points également à l’extérieur mais à la maison, il faut gagner. » Dans les faits, sur le plan comptable, les sept réalisations – deux face au FC Aarau (2-1), deux à Chiasso (2-0) et trois face au FC Vaduz (3-1) – en trois rencontres rappellent le niveau élevé statué par Neuchâtel Xamax FCS en ce début de saison: « Et en plus on gagne les matches derrière! On ne peut pas espérer plus. Si l’on gagne par un but d’écart, c’est très bien mais dès l’instant où l’on parvient à en marquer plusieurs, c’est un bonus extraordinaire », conclut le transfuge Lawson.

Les faits de match:
Neuchâtel Xamax FCS v FC Vaduz, 3-1 (1-1)

Composition de Neuchâtel Xamax FCS:
Laurent Walthert ©, Janick Kamber, Igor Djuric, Mustafa Sejmenovic, Mike Gomes, Max Veloso, Thibault Corbaz, Geoffrey Tréand (79e Liridon Mulaj), Charles-André Doudin (87e Pietro Di Nardo), Raphaël Nuzzolo et Astor Kilezi (45e Steve Lawson).

Composition du FC Vaduz:
Peter Jehle, Thomas Konrad, Aldin Turkes (81e Franz Burgmeier), Mohamed Coulibaly, Tomislav Puljic, Marco Mathys (76e Milan Gajic), Axel Borgmann, Robin Kamber (65e Diego Ciccone/93e), Philipp Muntwiler ©, Mario Bühler et Enrico Schirinzi.

Buts: 18e Nuzzolo (1-0); 33e Coulibaly (1-1); 67e Tréand (2-1); 76e Gomes (3-1).
Notes: Stade de la Maladière, Neuchâtel. 3'867 spectateurs.
93e Expulsion de Diego Ciccone.
Neuchâtel Xamax sans Gaëtan Karlen, Frederico Da Costa, Dilan Qela (blessés), Léo Farine, Sonny Escolano, Safet Alic, Arbenit Xhemajli et Frédéric Nimani (non convoqués). Vaduz sans Marvin Pfründer, Moreno Costanzo, Yones Felfel, Daniel Kaufmann, Maurice Brunner (blessés), Armando Majer, Justin Ospelt et Gubari Sherko (non convoqués).
Publicités
About Yves Di Cristino (341 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Sociales et Politiques à l'Université de Lausanne.

1 Trackback / Pingback

  1. Neuchâtel Xamax FCS v FC Vaduz en 100 images – leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s