Nouveauté

Pierre-Emmanuel Barré, portrait d’un humoriste « no limit »

« Après cinq ans de chroniques politiques, j’aimerais bien proposer à la rentrée de l’humour sous forme vidéo »

Du Festival Off d'Avignon, Avignon (France)

L’humoriste star de 33 ans remplit sa salle de 200 places au Festival off d’Avignon où il joue du 7 au 17 juillet. Au summum de sa notoriété, voici le portrait de l’artiste.

Pierre-Emmanuel Barré, dit “PEB”. Crédit photo: Eric Canto / www.pebarre.com

« Si ma mémoire est bonne, c’est mon huitième festival d’Avignon. Je suis content d’être là car j’aime beaucoup ce festival. Mais il fait beau et j’ai envie de profiter du Sud en buvant du rosé », déclare Pierre-Emmanuel Barré, lui-même en terrasse lors de l’interview.

Un humour à la limite de la limite

Au moment où sa carrière est une consécration, « PEB » comme on le surnomme est en tournée dans toute la France. À Avignon, il fait escale le temps de onze représentations de son nouveau spectacle. Or bien qu’inondé de promotion de 1’500 autres spectacles, le public avignonnais se précipite pour voir Pierre-Emmanuel qui a une salle bien remplie.

Dans la tradition du stand-up, l’art de raconter des histoires avec un micro dans la main avec peu de personnages et de mise en scène, Pierre-Emmanuel régale le public par des blagues horribles qui plaisent aux foules les plus ouvertes d’esprit. Dès l’entame de son spectacle, le spécialiste de l’humour méchant commence sur une vanne sans demi-mesure : « Quel est le point commun entre un téléphone et un clitoris ? Quand tu les arraches, les femmes hurlent ! » On l’aura compris, les plus sensibles s’abstiendront d’aller le voir car il est « no limit ». L’État Islamique (EI) est aussi au programme avec des commentaires comme : « C’est pas pour faire l’apologie du terrorisme, mais sur un bilan purement comptable, Daesh a trouvé du travail a plus de jeunes français que le gouvernement. » Alors il fait semblant d’appeler le chef de l’EI pour rejoindre ses rangs et savoir si, « en cas de mort en martyr, est-il possible d’échanger ses soixante-douze vierges contre une grosse salope ? »

Extrait du nouveau spectacle de Pierre-Emmanuel Barré

De la provocation qui ne reste que de l’humour selon l’intéressé. « Les gens savent que ce que tu dis, tu ne le pense pas forcément. […] Dans le show, je parle de violer le petit Lucas, mais tout le monde se doute que je ne l’ai pas fait. On utilise ces ressorts un peu dégueulasses parce que c’est marrant, c’est tout », dit-il. Et il est vrai qu’à la représentation du 11 juillet, le public qui a fait le déplacement a été conquis par l’artiste et certains spectateurs lui ont même accordé une standing ovation.

Le parcours de Pierre-Emmanuel

Né en 1984 à Quimperlé, Pierre-Emmanuel Barré est un déconneur qui laisse tomber ses études en biologie pour le Cours Florent, la Mecque de l’enseignement théâtral. En dépit de quelques pièces dans lesquelles il a joué à la sortie de sa formation, notamment Richard III de Shakespeare, c’est la galère du chômage. « Je me suis même retrouvé déguisé en moine dans des bars pour vendre des bières Grimbergen et gagner de quoi vivre », se souvient-il. Puis il prend les devants et écrit avec Bruno Hausler Full Metal Molière en 2009, une pièce burlesque dans laquelle ils incarnent deux acteurs ratés infligeant au public une version pathétique du Malade Imaginaire. La pièce connaît du succès et tournait encore en 2017 mais ce qui a fait de Pierre-Emmanuel un grand nom, c’est son humour. « Je trouve que c’est plus agréable à jouer, dit-il. On se rend compte tout de suite avec la réaction du public si ça marche ou pas. » Dans ses chroniques chez Canal+ puis France Inter, il a trouvé sa recette pour faire rire : l’art de dire des insanités tout en transmettant un message de société ayant un minimum de fond.

Une chronique de « PEB » sur France Inter

Avec Arsen, son co-auteur, ils travaillent de paire pour écrire une quantité impressionnante de blagues depuis leur rencontre à Canal+. « C’est plus sympa de travailler à deux et on peut vérifier l’un avec l’autre si la blague est marrante, explique Barré. On a aucun ego sur ce qu’on fait donc on se dit si on trouve nulle une blague, et quand c’est le cas on la retire. Et puis quand un humoriste travaille dans une émission quotidienne, il y a toujours une semaine dans l’année où il a une gastro. Dans ce cas-là, on a besoin d’un coup de main. »

Au sommet de sa notoriété, il a démissionné de France Inter

Pierre-Emmanuel était attendu par les auditeurs tous les jours sur France Inter jusqu’à un récent incident : une chronique qui défendait l’abstentionnisme au moment du duel Macron-Le Pen, lui est interdite d’antenne. Ce qui ne l’a pas empêché de filmer lui-même la chronique, qui fait immédiatement le buzz et culmine à plus de huit millions de vues sur Facebook. Dans la foulée, il démissionne pour censure mais assure qu’auparavant il ne l’avait jamais été et qu’il reste encore en bons termes avec toute l’équipe France Inter. « J’aime beaucoup cette radio et j’aurais volontiers fini l’année mais tant pis. J’y retournerai peut-être un jour, commente-t-il. […] De toute façon, il faut changer de format, sinon le public et moi nous lassons. Après cinq ans de chroniques politiques, j’aimerais bien proposer à la rentrée de l’humour sous forme vidéo. Un peu comme ce que je faisais sur Canal+. »

L’humoriste dit « no limit » a une conscience citoyenne mais veut rester plus drôle qu’engagé. « J’ai essayé une chronique sur l’affaire Théo [ndlr, ce jeune de 22 ans qui a été agressé par la police à Aulnay-sous-Bois] mais j’ai rien trouvé d’assez drôle donc j’ai préféré faire l’impasse », dit-il. « Apporter du fond, ce n’est pas obligatoire car la base du métier c’est de faire rire. Mais lorsqu’on a des millions d’auditeurs sur France Inter, c’est bien de prendre l’attention des gens pour leur dire quelque chose d’intéressant. Ce qui est bien entendu une notion subjective, conclut-il»

Les moments importants de la carrière de Pierre-Emmanuel Barré:

Né en 1984 à Quimperlé.

Radio : chroniqueur sur France Inter dans On va tous y passer (2012 à 2014) et La Bande Originale (2014 à 2017);

Télévision : chroniqueur sur Canal+ dans La Nouvelle Édition (2013 à 2015);

Spectacle : Tournée à partir de septembre en France + la salle de l'Européen à Paris du 4 octobre au 20 décembre.
Publicités
About Patrick Aimé (82 Articles)
Journaliste passionné, spécialisé dans le rugby et l'humour.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s