Nouveauté

Toujours pas de victoire à domicile pour Lausanne en 2017

« Nous avons un avantage, il ne faut pas le perde », Benjamin Kololli (LS)

Les difficultés continuent à la Pontaise pour le FC Lausanne-Sport, défait 1-0 par le FC Saint-Gall. Les hommes de Fabio Celestini avaient néanmoins dominé l'ensemble de la rencontre avant de céder contre toute attente sur un tir audacieux d'Albian Ajeti, ancien du FC Bâle. L'emprise de sauvetage reste intact mais le temps court et la pression surprend les plus fervents supporters du club de la capitale olympique. Désormais, la dernière ligne droite est lancée et c'est bel et bien dans un duel face au FC Vaduz que le LS devra se confronter. Visionner également notre galerie photo de 100 images.

Gabriel Torres (à droite) a donné de sa personne pour porter le LS sur les devants de la scène mais cela n'a pas suffit. © Oreste Di Cristino / leMultimedia.info

Il fallait du courage, de la détermination, de l’envie. Tout ce qui n’avait pas fait le match face à Vaduz (1-3). Face à Saint-Gall, Lausanne avait pourtant ressorti son heaume de combat, aiguisé son glaive et haussé le menton dans ce que l’on se complaisait à nommer le “match de la peur”. Mais la rengaine a continué. À domicile, le LS n’a plus gagné depuis une éternité. En effet, le dernier résultat plein remonte au 2 octobre 2016 face au FC Lugano (4-1). Depuis, onze rencontres à la Pontaise pour seulement trois points remportés. Une curiosité à laquelle Fabio Celestini ne trouve plus aucune explication: « Je n’ai plus d’idée; certains de nos Lausannois jouent peut-être avec plus de pression face à leurs proches et jouent sans doute plus libérés à l’extérieur mais cela reste inexplicable. L’on n’arrive pas à emballer “à la maison”. C’est dommage car nous avons un bon terrain pourtant. » Toutefois, une réalité se présente comme irréfragable pour le maître à bord du LS: « Nous sommes conscients que nous devrons lutter jusqu’à la dernière journée pour garantir notre maintien. » Avec quatre points (seulement) de plus que le second candidat à la relégation en Challenge League – le FC Vaduz –, le FC Lausanne-Sport se risque face à l’imprévisible. Encore si faiblement concrets face au but, malgré un visage créatif, les hommes de Fabio Celestini semblent laisser agir un destin si peu devinable. Prévaut alors le suspense, à la fois si désirable mais aussi peu lénifiant pour les principaux acteurs qui agissent dans l’entourage de l’équipe de la capitale olympique – encore une Romande qui court pour sa survie. Et une fois n’est pas coutume, la course livrera son aboutissement très certainement lors de la dernière ronde de championnat, le 2 juin prochain, avec un duel à distance entre Berne (Young Boys-Lausanne-Sport) et le Liechtenstein (Vaduz-Thoune). Mais d’ici là, c’est tout faux pas que les deux formations concurrentes devront esquiver avec un objectif commun: recueillir le plus de points possibles d’ici à la fin de la saison. « Nous avons un avantage, il ne faut pas le perde. Nous devons donc maintenir notre route et faire jouer notre avance – lâche Benjamin Kololli en fin de match, avant de poursuivre – Nous sommes apparemment meilleurs à l’extérieur, donc ce sera sans doute l’occasion la semaine prochaine d’aller prendre les trois points à Zürich contre Grasshopper. Il nous faut continuer à aller vers l’avant sans pression. »

« C’est l’histoire du club que nous jouons »

En zone mixte, au terme d’un match qui réserva (à nouveau) déception et tristesse face au FC Saint-Gall, les joueurs lausannois prirent conscience de l’enjeu que représente l’exercice, comme le rappelle Alexandre Pasche, auteur d’une très belle performance face aux “Brodeurs”: « Si l’on a pas l’esprit et l’agressivité nécessaire lors de moments pareils, il faut changer de sport. En ces moments, c’est l’histoire du club, c’est le nom du Lausanne-Sport que l’on joue sur le terrain. Il nous faut absolument mettre l’envie nécessaire sur la pelouse. » Ainsi, la mise est lourde, au-delà d’une simple carrière au sein de l’élite du football en Suisse, c’est le cœur d’un projet romand qui est en jeu à quelques années d’un renouveau pressenti dans le futur stade de la Tuilière. Ainsi, la responsabilité est ressentie auprès des consciences de plusieurs des joueurs de l’effectif lausannois. Et même davantage pour les natifs de la capitale vaudoise, à l’image de Nicolas Gétaz, figure emblématique de la défense du LS, de retour de blessure: « Notre métier nous implique de faire des résultats à tous les matches. Donc il est de notre devoir de gérer la situation actuelle, nous avons besoin de points pour nous mettre à l’abri le plus tôt possible. »

« Nous sommes les néo-promus et personne ne s’attendait à nous voir plus haut »,
Alexandre Pasche

Être sans vergogne des résultats obtenus, c’est bien ce que l’on retire de la fin de match face au FC Saint-Gall à la Pontaise ce dimanche après-midi. Aussi car Lausanne a indubitablement dominé cette rencontre de bas de classement. Mais les hommes de Fabio Celestini ont à nouveau échoué, par déveine, à l’endroit même où l’on attendait stricte levée. Malgré un jeu créatif et passablement menaçant, nourri de plusieurs occasions dangereuses tout au long de la partie, le LS a succombé à la froideur de l’ancien rempart du FC Bâle, Albian Ajeti (66e). Pourtant, dès les premières minutes du match, les Lausannois ont su mettre à mal la défense adverse avec Gabriel Torres (15e et 29e), Jordan Lotomba (18e), Benjamin Kololli (43e), Andrea Maccoppi (53e et 64e), Nassim Ben Khalifa (54e) ou encore Marcus Diniz au seuil des six mètres en fin de rencontre (84e). Une prospérité qui laisse place à la gravité du résultat par lequel Lausanne souffre encore de ses incertitudes, mais aussi de ses incomplétudes. « Nous avons eu un grand nombre d’occasions – beaucoup plus que Saint-Gall. Nous étions solides défensivement mais nous avons manqué de réalisme et de chance aussi. Comme c’est le monde professionnel, nous sommes punis de notre mauvais rendement », lâche Benjamin Kololli. Néanmoins, beaucoup ressortent satisfaits de l’agressivité démontrée sur le terrain, comme Nicolas Gétaz: « Nous avons fait preuve de caractère cet après-midi et nous avons montré de l’envie et de l’agressivité. Quand nous sommes comme cela, nous avons le droit de perdre. C’est invitant pour la suite car nous avons à nouveau prouvé que nous avons les capacités de l’emporter. Si l’on continue comme cela, il y aura de belles choses à la fin. » Il est notamment suivi dans ses propos par son coéquipier, Alexandre Pasche: « Nous sommes les néo-promus et personne ne s’attendait à nous voir plus haut. Donc il n’y a aucune honte à ressentir; nous montrons un football que peu de néo-promus ont démontré depuis longtemps mais il nous manque encore certaines ressources que nous irons chercher lors des prochaines rencontres. » Parmi ces ressources manquantes, se trouve notamment une indéfectible croyance en leurs réelles capacités, comme l’ancien capitaine lausannois l’affirme: « Nous devons plus y croire, avoir un meilleur état d’esprit. Nous avons la qualité et j’ai confiance en mes partenaires. Nous parviendrons à sortir vainqueurs de ce duel. »

Venir à bout du FC Vaduz

En réalité, le LS n’est pas si loin de son objectif mais il doit désormais mieux gérer ses moments clefs, ses rencontres déterminantes. L’affrontement face au nouveau Saint-Gall de Giorgio Contini de ce dimanche après-midi en constituait une grande mais Lausanne s’est perdu au fil des minutes dans une mauvaise impasse. « Nous perdons à nouveau, aujourd’hui, contre un concurrent direct. Nous avions à nouveau l’opportunité de distancer Vaduz et nous n’avons pas su le faire malgré une nette domination. Mais nous devons apprendre à être plus tranchants et à concrétiser nos occasions. Cela est nécessaire si l’on veut se sortir de l’impasse », affirme Alexandre Pasche. Quoi qu’il en soit, les hommes de Fabio Celestini retrouvent l’envie; ils doivent maintenant retrouver le juste chemin du succès à domicile en Super League.

Les faits de match
FC Lausanne-Sport v FC Saint-Gall, 0-1 (0-0)

Composition du FC Lausanne-Sport:
Thomas Castella, Elton Monteiro, Benjamin Kololli, Samuele Campo (64e Musa Araz), Marcus Diniz, Alexandre Pasche, Andrea Maccoppi © (75e Kwang-Ryong Pak), Jordan Lotomba, Nassim Ben Khalifa, Taye Taiwo (75e Nicolas Gétaz) et Gabriel Torres.

Composition du FC Saint-Gall:
Daniel Lopar ©, Alain Wiss (65e Gianluca Gaudino), Yannis Tafer, Sejad Salihovic, Roy Gelmi, Andreas Wittwer, Karim Haggui, Marco Aratore, Albian Ajeti (78e Danijel Aleksic), Silvan Hefti (42e Mario Mutsch) et Tranquillo Barnetta.

Buts: 66e Ajeti (0-1).
Notes: Lausanne sans Carlos Blanco, Paolo Frascatore, Olivier Custodio, Francesco Margiotta (blessés), Dany Da Silva, Kevin Méndez, Juan Esnaider, Ming Yang Yang, Maxime Dominguez et Xavier Thomas (non convoqués).
Publicités
About Yves Di Cristino (300 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en sciences sociales et politiques à l'Université de Lausanne.

1 Trackback / Pingback

  1. Lausanne-Sport v FC Saint-Gall en images – leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s