Nouveauté

Neuchâtel Xamax surclasse le FC Chiasso à la Maladière (3-0)

« Il nous tarde pourtant de retrouver de la sérénité au sein de l'équipe », Alberto Regazzoni, capitaine du FC Chiasso

Détroussé de ses qualité techniques et tactiques, le FC Chiasso a subi l'autorité de Neuchâtel Xamax FCS au Stade de la Maladière lors de la 28e journée de Challenge League. Face à 2'822 spectateurs présents au stade lors de ce lundi pascal, les hommes de Michel Decastel ont tenu leur rang face à la lanterne rouge du championnat. Pour Giuseppe Scienza, en revanche, le retour s'annonce plus tendu.

Neuchâtel Xamax FCS a dominé le FC Chiasso sur un doublé de Raphaël Nuzzolo (3e et 34e), à droite, et Gaëtan Karlen (65e), tout à gauche. © Oreste Di Cristino / leMultimedia.info

Nul doute, le FC Chiasso se profile toujours plus comme le prétendant numéro un à a culbute en Première Ligue Promotion. Les hommes de Giuseppe Scienza, ancien brillant footballer italien de Castel di Sangro, Cesena ou encore Torino, vivent là une période particulièrement pénible après avoir pourtant fait un début de saison plutôt satisfaisant. Au terme de la rencontre à la Maladière, il semble même que la sérénité se soit perdue au sein de l’institution tessinoise: « Il nous tarde pourtant de la retrouver, au moins entre nous parce qu’il y a beaucoup en jeu, notre carrière et celle du club – explique le capitaine Alberto Regazzoni avant de poursuivre – Nous devrons essayer de faire le maximum de points lors de nos huit prochains matches. Notre bonne passe d’il y a un moins [ndlr, huit points en cinq matches] semble s’être atténuée et désormais il nous faudra travailler toujours plus et les résultats reviendront très certainement. » L’ancien joueur de l’Équipe de Suisse (trois sélections entre 2006 et 2007) compte pourtant prendre sa retraite en fin de saison, raison de plus de lutter à l’envi contre la rétrocession en troisième division suisse: « C’est ma troisième année à Chiasso et je ne regrette pas d’être revenu chez moi [ndlr, après être notamment passé par Young Boys, Saint-Gall et Sion]. Nous nous sommes toujours sauvés et nous le ferons également cette année, même si tout n’a pas été facile. Ce serait une vraie farce de terminer ma carrière sur une fausse note. » D’autant plus, qu’entrent en ligne de compte d’autres facteurs extra-sportifs à l’image de la situation financière périlleuse que traverse le FC Wil, courant ainsi le risque d’une pénalisation lourde de points au classement qui contraindrait toujours plus le club à la sortie du circuit professionnel. Mais pour Giuseppe Scienza, inutile de parler du pire; les démonstrations sont faites sur le terrain, principalement. Lire aussi sous peu son interview au terme du match contre Neuchâtel Xamax FCS.

Des erreurs individuelles (de trop) pour Chiasso

« Il n’est pas besoin de mettre l’erreur sur [Alessio] Bellante qui est un très bon gardien mais il est vrai que ce genre d’erreurs peuvent arriver à tout le monde », débute Alberto Regazzoni, questionné sur les nombreuses erreurs individuelles commises par les joueurs de Chiasso tout au long de la partie. Car il est vrai qu’à parler bourdes, l’on pense en premier lieu au portier tessinois qui offre sur un plateau d’argent le doublé à Nuzzolo à la 34e minute. Mais là n’est pas tout; Samuel Delli Carri totalement dépassé par le numéro 14 xamaxien sur le premier but, ou encore Marijan Urtic qui a glissé sur le ballon lors de la troisième réussite neuchâteloise signée Gaëtan Karlen illustrent tous deux le désarroi défensif auquel s’est prêté le FC Chiasso tout au long de la rencontre au Stade de la Maladière. Une forme de soulagement tout autant que de satisfaction pour Raphaël Nuzzolo, auteur de ses 13e et 14e buts sous les couleurs rouges et noires cette saison: « Nous souhaitions marquer dans les quinze première minutes, c’était très important. Jouer contre la lanterne rouge est toujours délicat car nous savions qu’ils joueraient bas pour tenir le plus longtemps possible le nul pour nous contrer ensuite. Ainsi, ce fut une très bonne entame de match, nous avons pu faire tourner le ballon et inscrire même le 2-0 avant la pause, ce qui nous a permis de gérer la fin du match sereinement. Et même si nous aurions pu marquer deux ou trois buts de plus, je pense que dans l’ensemble, c’était un match sérieux et aussi une très bonne préparation en vue du match contre Zürich, qui sera une rencontre très importante pour nous. »

« Neuchâtel est l’endroit où il est plus difficile de prendre trois points »

Alberto Regazzoni, capitaine du FC Chiasso

« Chiasso est toujours une équipe difficile à affronter, mais surtout à l’extérieur, dans leur Riva IV – reprend Raphaël Nuzzolo – Mais c’est vrai qu’à la maison, nous avons quand même des bases assez solides sur notre terrain synthétique. » Une considération que partage même le capitaine chiassese Alberto Regazzoni : « Nous avons commis trop d’erreurs individuelles qui nous ont condamnés. Aussi, le synthétique de Neuchâtel est le terrain le plus difficile pour venir chercher les trois points. » Le tout complété à nouveau par Nuzzolo: « On a des joueurs nettement plus techniques qu’eux. Néanmoins, il faut rester concentrés et réussir à ouvrir la marque. Souvent, ensuite, les espaces s’ouvrent et c’est ce qui s’est passé aujourd’hui. Le plan de la rencontre était parfait. » À ce titre, il pouvait apparaître stupéfiant, à certains égards, de voir la défense xamaxienne – Mustafa Sejmenovic, Kiliann Witschi – prendre quartier au rond central du terrain. Preuve à la fois d’une surprenante supériorité remarquable des Rouges et Noirs sur leurs vis-à-vis, tout autant que la souffrance irréductible de l’arrière-garde tessinoise pénalisée par une différence de niveau considérable.

« Ce n’était pas un match très difficile à gagner »

Michel Decastel, entraîneur de Neuchâtel Xamax FCS

Aussi, était-il un cas de figure où tout fonctionnait, autant de longs ballons utiles que de constructions de jeu intelligentes – profitant d’espaces alarmants pour la formation de Giuseppe Scienza – qui démarquent l’impressionnante facilité de jeu des Xamaxiens. « Nous avons mené une très belle première mi-temps avec une bonne circulation du ballon malgré quelques occasions ratées – débute l’entraîneur de Neuchâtel Xamax FCS, Michel Decastel avant de poursuivre – Ce fut assez facile. En deuxième mi-temps, à leur retour en 4-4-2, c’était pourtant un peu plus compliqué parce qu’il fallait trouver plus d’espace, même si, dans l’absolu, ce n’était pas un match très difficile à gagner. » En outre, si l’on compte même le poteau trouvé par Gaëtan Karlen (13e) et les nombreux ratés en duel face au gardien du FC Chiasso – Teixeira (64e), Veloso (68e) et Doudin (73e) – le résultat apparaît subitement aussi logique que clément. Pour le club tessinois, l’heure est bien grave: « C’est notre deuxième lourde défaire d’affilée [ndlr, après le 5-0 subi dans la Lipo Park de Schaffhouse]. Pour nous, désormais, il s’agira de faire le plus de points possibles contre le FC Wil chez nous parce que, même si la situation n’est pas désespérée, elle n’est pour sûr pas facile », commente Alberto Regazzoni.

Roulez jeunesse !

Pour le dernier quart d’heure – résultat l’autorisant – Michel Decastel procède à deux changements aussi singuliers que caractéristiques de l’identité du club xamaxien. Avec l’entrée simultanée de Frédéric Nimani et Dilan Qela (pour Charles-André Doudin et Pietro Di Nardo), l’entraîneur rouge et noir réveille à nouveau le dialogue entre l’expérience et la jeunesse au sein de l’effectif neuchâtelois. Autant d’énergie qui complète la rencontre par ce qui fait la force du club; la plénitude intergénérationnelle. Une plénitude d’autant plus appliquée avec la deuxième entrée de la saison de Liridon Mulaj (18 ans) avec la première équipe. Ayant déjà pratiqué ses premières secondes face à Winterthur le 1er octobre dernier (victoire de Neuchâtel Xamax FCS, 4-1), le titulaire avec les M18 a à nouveau, à l’occasion de ce week-end pascal, pu goûter aux plaisirs de la Challenge League. Évoluant pour la dernière année avec les M18, Liridon souhaite néanmoins poursuivre sa route avec les Rouges et Noirs et ce, malgré la rude concurrence: « Il y en a partout et toujours », concède-t-il avec beaucoup de lucidité. « C’est un joueur du club qui a plein de qualités. Comme il n’avait pas de match avec les M18, c’était la bonne occasion pour qu’il démontre ses qualités au public. Il est très bon en un contre un et il est surtout rapide », lui loue également Michel Decastel.

Lundi, Neuchâtel Xamax FCS – FC Zürich (19h45)

Le championnat n’aura sans doute plus grande surprise à délivrer pour le haut du classement. Le FC Zürich d’Uli Forte semble rouler directement vers sa promotion éclair en Super League, une saison après l’avoir quittée. Pourtant mis durement à mal par le FC Aarau ce dimanche au Letzigrund, les Zürichois s’en sont à nouveau sortis grâce à un pénalty de Roberto Rodriguez à la 93e minute de jeu (3-2). Encore et toujours, le FC Zürich ne concède que très peu depuis le début de la saison, malgré une défaite au Stade de Genève le 6 février dernier (2-1). Mais rien n’y fait pour Neuchâtel Xamax FCS; quelque deux mois après le nul (1-1) arraché à Zürich, les hommes de Michel Decastel souhaiteront faire bonne figure lundi 24 avril prochain à la réception des leaders à la Maladière. « Nous souhaitons simplement jouer nos chances contre Zürich à la maison et faire les comptes en fin de saison. Nous voulons absolument défendre notre deuxième place et essayer de grappiller des points jusqu’à la fin », lâche Raphaël Nuzzolo, suivi dans ses propos par son entraîneur, plus pragmatique: « Il faudrait au moins réussir à battre Zürich une fois. » L’épreuve ne semble pas impossible.

Les faits de match
Neuchâtel Xamax FCS v FC Chiasso, 3-0 (2-0)

Composition de Neuchâtel Xamax FCS:
Laurent Walthert ©, Pietro Di Nardo (76e Dilan Qela), Kiliann Witschi, Charles-André Doudin (76e Frédéric Nimani), Gaëtan Karlen, Max Veloso, Raphaël Nuzzolo, Matheus Leoni, Mustafa Sejmenovic, Mike Gomes et Pedro Teixeira (83e Liridon Mulaj).

Composition du FC Chiasso:
Alessio Bellante, Michele Monighetti, Carte Mhando Said, Giuseppe Palma (46e Stefane Rauti), Ilija Ivic, Eris Abedini (46e Andrea Padula), Alberto Regazzoni ©, Marijan Urtic, Younes Bnou Marzouk, Mattia Cinquini et Samuel Delli Carri (74e Alban Selmanaj).

Buts: 3e et 34e Nuzzolo (2-0) et 65e Karlen (3-0).

Notes: Neuchâtel Xamax FCS sans Valmir Sallaj, Léo Farine, Thibault Corbaz, Agonit Sallaj, Igor Djuric (blessés), Samir Ramizi (suspendu) et Azad Odabasi (non convoqué). Chiasso sans Veljko Simic, Mattia Buongiorno, Thomas Fraga Fekete, Beg Ferati, Luigi Di Lauro, Nicola Nilovic (blessés), Andrea Guatelli, Simone Belometti, Deniz Mujic (suspendus), Saverio Manfreda et Fabian Lokaj (non convoqués).
Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Giuseppe Scienza (FC Chiasso): « Assommés d’entrée de match » – leMultimedia.info
  2. Neuchâtel Xamax FCS v FC Chiasso en images – leMultimedia.info
  3. Neuchâtel Xamax FCS partage l’enjeu avec le FC Zürich (1-1) – leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s