Nouveauté

L’Équipe de Suisse conquiert la Groupama Aréna

« La favorite reste le Portugal, ça ne change pas », Yann Sommer, gardien de la Suisse

De la Groupama Aréna, Budapest (Hongrie)

Après une semaine d’incertitude quant au onze titulaire face à la Hongrie, Vladimir Petkovic en aura bluffé plus d’un en titularisant Nico Elvedi au centre de la défense aux côtés de Fabien Schär. Le jeune joueur du Borussia Möchengladbach, s’est révélé être un remplaçant de taille en parvenant avec brio à faire oublier Johan Djourou blessé.

L'Équipe de Suisse célèbre l'ouverture du score à la Groupama Aréna de Budapest. Rebondissements suivront. © Oreste Di Cristino

Persistant dans ses décisions, le sélectionneur suisse aura une nouvelle fois confié l’attaque à Haris Seferovic, imprécis tout au long de la rencontre mais qui aura tout de même accompli le travail en ouvrant le score en deuxième mi-temps et ainsi contribué à la victoire de l’équipe de Suisse. L’objectif de Vladimir Petkovic n’étant autre que la victoire, comme il l’a encore affirmé la veille en conférence de presse, c’est Valentin Stocker qui finira par confirmer ses attentes en fêtant son retour, cinq ans après en équipe nationale, avec un but à la 89e minute et offrant ainsi la victoire aux siens. Avec cette victoire, la Nati s’affirme toujours plus dans ce groupe B en prenant une sérieuse option dans la course à la première place. Leader avec six points devant les Iles Féroé, quatre points et le Portugal troisième avec trois points, la Suisse se doit donc de battre Andorre, lundi prochain, afin de conclure ce mois d’octobre par un sans faute et continuer sur sa lancée. Ainsi, à la Groupama Aréna de Budapest, malgré la pression et l’enjeu de la rencontre, la Suisse a tapé du poing sur la table. Imprécise et titubante en attaque, sur le plan défensif elle a été plutôt efficace, hormis le manque de concentration sur les deux buts hongrois. Cependant, Vladimir Petkovic peut être fier du travail accompli par Nico Elvedi. Avec Fabien Schär, le binôme en défense centrale a répondu présent et donné raison à la décision de leur entraîneur de les titulariser au détriment de Tim Klose ou encore de Léo Lacroix. Propre dans ses interventions, le numéro 4 helvétique aura notamment su saisir sa chance à Budapest, chance qui elle aussi, aura pour une fois souri à l’équipe nationale au terme d’une rencontre passionnante. En zone mixte, son coéquipier en Bundesliga, Yann Sommer en a également profité pour faire l’éloge de son apport défensif ce soir : « Il est super, il est très jeune et très calme même sous pression, j’adore jouer avec lui. Il a beaucoup de qualités et j’espère pour lui qu’il fasse une belle carrière ». Il est vrai qu’en première mi-temps, il a su d’emblée se montrer à la hauteur des circonstances en apportant la sécurité nécessaire et en se montrant toujours sûr de lui balle au pied. C’est entre autres grâce à lui si la Suisse est parvenue à faire le jeu et à neutraliser les percées hongroises pourtant nombreuses en première mi-temps et tout au long du match.

Quand le plus dur semble être fait…

Mais après une première partie plutôt équilibrée des deux côtés, la Suisse se devait de passer à la vitesse supérieure si elle voulait creuser l’écart dans ce groupe, alors que le Portugal menait déjà 3-0 à la mi-temps. C’est donc ce qu’elle va faire par le biais de Seferovic, pourtant désemparé et impuissant jusque là, mais qui va tout de même ouvrir le score à la 51e après un tir de Shaqiri. La Suisse mène en ce début de seconde période, mais pas pour longtemps, puisque la Hongrie égalise dans la foulée par l’intermédiaire d’Adám Szalai. Si la Suisse semblait avoir fait le plus dur en ouvrant le score, l’ancien joueur formé au Real Madrid en aura profité pour éveiller certains frissons comme lors de l’Euro 2016 en égalisant et ainsi refroidir les supporters suisses venu en nombre assister à la rencontre. Mais il aura fallu peu de temps pour attendre une réaction suisse. L’espace d’un instant, c’est Ricardo Rodriguez qui va endosser le rôle d’attaquant en reprenant d’une volée millimétrée le centre magnifiquement placé de Valon Behrami. Plutôt pas mal pour un premier but sous les couleurs de l’équipe nationale pour le latéral gauche de Wolfsburg. Mais il faut également souligner le soutien exceptionnel apporté par Valon Behrami au binôme Schär-Elvedi. Si Behrami s’est vu obligé d’être largement plus défensif qu’à l’accoutumée, c’est notamment à cause des percées hongroises. Déséquilibrantes, rapides et efficaces, ces dernières se sont vues finalement déjouées de façon brillante par ce « trio » défensif et c’est notamment grâce à eux si la Suisse n’a pas encaissé plus de buts ce soir. Cependant, c’est encore une fois Szalai, infatigable, qui va à nouveau égaliser dans la foulée de la tête pour la Hongrie à la 71e minute. Un manque de concentration que la Suisse paie cash et qu’elle se devra de corriger si elle veut éviter les frayeurs de dernière minute, comme en témoigne les propos du gardien suisse après le match : « On encaisse des buts dans la foulée après avoir marqué également deux fois, on se doit donc d’être plus attentif et concentré dorénavant. En effet, à la fin on a eu de la chance mais ce qui est le plus important c’est la victoire et les trois points […] On ne sous-estime jamais nos adversaires, car c’est toujours compliqué au final comme on l’a vu aujourd’hui. Lundi on sera encore plus concentré et on espère gagner ». Suite à cette nouvelle égalisation Vladimir Petkovic, déterminé d’affronter Andorre en ayant préalablement décroché la victoire, s’empresse de remplacer Seferovic par Derdiyok, auteur d’un bon début de saison avec son club Galatasaray. Mais c’est l’entrée de Valentin Stocker, en fin de match, qui se révèlera être le véritable tournant de cette rencontre. Avec son but, il aura éclipsé d’une traite la formidable prestation d’Adám Szalai, homme du match jusqu’ici. Une bonne touche exécutée par le capitaine suisse, Stephan Lichsteiner, puis reprise de la tête successivement par Derdiyok et Dzemaili qui termine dans les pieds de Stocker pour certifier la victoire suisse sur l’équipe de Bernd Storck et ainsi affronter plus sereinement Andorre lundi soir.

« Die Schweiz ist eine Topmannschaft » selon Bernd Storck

Avec cette victoire, la Suisse a montré qu’elle était capable de réaliser de bonnes prestations et a su contenter son entraîneur : « On a fait un très bon match. Même avec la pression on a montré notre qualité, on y a toujours cru même après les égalisations hongroises. Notre erreur, c’est d’avoir permis aux Magyars de revenir dans le match. Mais on y a toujours cru et c’est pour cela aussi qu’on a gagné car on a rien lâché jusqu’à la fin. Je suis très content d’avoir gagné les deux premiers matchs, mais il faut garder les pieds sur terre. On a encore rien fait et le prochain adversaire reste dangereux. Après ce match, on peut relâcher un peu la pression et affronter Andorre dans les meilleures conditions ». Quant à Valentin Stocker et son retour en équipe nationale, le sectionneur a été clair : « Tous les joueurs qui rentrent donnent toujours le maximum et c’est égal quand ils rentrent, l’essentiel c’est qu’ils fassent le travail comme Stocker l’a si bien fait et je suis content de lui mais surtout de l’équipe pour ce qu’elle a démontré ce soir ». La Suisse se montre donc être une équipe bien organisée et ce, même si l’absence de Granit Xhaka s’est fait ressentir par moment au milieu de terrain comme a tenu à le souligner Breel Embolo : « Les petites équipes sont souvent les plus dures mais d’avoir battu la Hongrie et le Portugal, ça aide. On a beaucoup à faire encore, Xhaka nous a notamment manqué au milieu, mais on est tous fier de cette victoire ». En ce qui concerne la suite de la compétition, Yann Sommer a été clair, le Portugal reste le grand favori afin de décrocher la tête de ce groupe B, même si la Suisse promet de ne pas leur faciliter la tâche . « La favorite reste le Portugal, ça ne change pas, mais aujourd’hui on est premier et contre Andorre il faudra confirmer notre lancée, sinon ça n’aura servi à rien de gagner à Budapest ce soir ». Avec ses trois points, la Suisse fait donc une bonne opération, même si la chance – il faut l’admettre – y est quand même pour quelque chose. Rappelons tout de même que face à Andorre, Valon Behrami sera suspendu suite à son carton jaune ce soir, et qu’Andorre sera également privée de deux joueurs à caractère défensif suite aux expulsions de Jordi Rubio et Marc Rebés contre le Portugal où elle s’est incliné 6-0. Il ne reste donc plus qu’à attendre le coup d’envoi lundi, à l’Estadi Nacional, pour que la Suisse fasse valoir son résultat obtenu ce soir à la Groupama Aréna.

Les “Rougets” ne défendront pas leurs couleurs en Pologne

La mauvaise nouvelle est tombée plus tôt dans la soirée; les espoirs de l’Équipe de Suisse se sont inclinés 2-1 à Drammen en Norvège pour leur dernière rencontre de qualification pour l’Euro 2017 en Pologne. Les M21 entraînés par Heinz Moser – avec les Lausannois Musa Araz (titulaire) et Samuele Campo (entré à la 76e à la place de Michael Frey) – ne sont pas parvenus à rendre grâce à leur délicate position de barragistes à l’aube de leur match décisif. Portée par Mohamed Elyounoussi, prodige du FC Bâle, auteur d’une passe décisive pour Gayas Zahid (44e), puis bourreau des Helvètes à la 79e, la Norvège accède ainsi à la seconde place du groupe 9, pouvant encore espérer décrocher une des quatre places pour les barrages. Le but suisse a été inscrit par l’ancien milieu du FC Sion, Edimilson Fernandes (66e), mais il n’a pas été suffisant pour prolonger les espoirs d’une Nati déjà très mal embarquée suite au nul (0-0) rageant à Sarajevo le 6 septembre dernier. La dernière participation à la plus haute compétition européenne remonte en 2011 alors que les “Rougets” étaient encore portés par la génération de Xherdan Shaqiri et Granit Xhaka, aujourd’hui indiscutables titulaires dans la catégorie supérieure. L’Angleterre s’est, quant à elle, automatiquement qualifiée pour les phases finales, validant une nouvelle et timide victoire au Kazakhstan (0-1). ydc

LES FAITS DE MATCH

Composition de l'Équipe de Suisse:
Yann Sommer, Stephan Lichtsteiner, Nico Elvedi, Breel Embolo, Haris Seferovic (72' Eren Derdiyok), Valon Behrami, Ricardo Rodriguez, Blerim Dzemaili, Admir Mehmedi (88' Valentin Stocker), Fabian Schär et Xherdan Shaqiri (81' Gelson Fernandes).

Composition de l'Équipe de Hongrie:
Péter Gulácsi, Adám Lang, Tamás Kádár, Attila Fiola, Balázs Dzsudzsák, Adám Nagy, Adám Szalai (87' Nemanja Nikolics), Zoltán Gera, László Kleinheisler (76' Krisztián Németh), Zoltán Stieber et Richárd Guzmics.

Buts: 51' Seferovic (0-1); 53' Szalai (1-1); 67' Rodriguez (1-2); 71' Szalai (2-2); 89' Stocker (2-3).
Publicités
About Mikael Mourelle Garcia (10 Articles)
Rédacteur pour la section "football"

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Hongrie v Suisse, la victoire de la Nati à Budapest en images – leMultimedia.info
  2. Équipe de Suisse: Steven Zuber dans les 23, pas d’autres nouveautés – leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s