Nouveauté

Le Montreux Comedy Festival annonce la programmation de sa 27e édition

Un festival qui veut promouvoir toute son originalité

Le Montreux Comedy Festival a annoncé mardi après-midi la programmation de sa 27e édition qui aura lieu du 1er au 5 décembre à l'Auditorium Stravinski. Au programme également, des spectacles exclusifs et inédits à Vevey. Le point sur les galas qui composeront la nouvelle volée du deuxième plus grand festival d'humour au monde. 

Le trio de la direction du Montreux Comedy Festival en conférence de presse. De gauche à droite: Chloée Coqterre, directrice exécutive, Jean-Luc Barbezat, conseiller artistique et Grégoire Furrer, Président et Fondateur du Festival. © Oreste Di Cristino

Le rendez-vous est pris en décembre; sous l’enseigne du “Rire de tout” – et une politique de communication qui troque le rose avec le jaune, car à vrai dire « le jaune est la couleur de la ville », selon le Président Grégoire Furrer –, le Montreux Comedy Festival prépare sa nouvelle édition (la vingt-septième) avec, au programme, de nombreuses nouveautés. À commencer par les divers galas qui seront au nombre de cinq (et non plus quatre) planifiés en dates du 1er au 5 décembre prochain. Aussi, chacune des soirées sera présentée par une personnalité inédite qui n’a jamais modéré de gala à Montreux. Ce sera le cas notamment de Mathieu Madénian, attendu lundi soir 5 décembre pour la réception de clôture à l’Auditorium Stravinski qui s’annonce, comme de coutume, tel un véritable gala choral: « La dernière soirée réunira comme toujours différents univers, qui composent le mix de nos envies », confirme le numéro un du festival en conférence de presse mardi après-midi au Funky Claude’s Bar. Une sorte de patchwork qui sera par ailleurs diffusé, en direct, sur la quatrième chaîne du service public français. Et pour les organisateurs, l’occasion sera d’autant plus grande pour jouer, une fois de plus, avec le talent des divers artistes: « Il s’agira d’une soirée très stressante et très intense pour toute l’organisation mais nous ne perdons aucune opportunité d’être original », affirme Jean-Luc Barbezat, introduit à la direction du festival depuis la fin mai. Original, très certainement. Voilà pourquoi, au-delà du méridional Mathieu Madénian, ancien chroniqueur à succès de l’émission “Vivement dimanche” de Michel Drucker sur France 2, le festival a réinvité le géant Éric Antoine. Le magicien, qui ne perd plus aucune édition de l’événement montreusien, est devenu l’artiste incontournable duquel Grégoire Furrer se passionne bien volontiers: « La date était déjà fixée depuis l’année dernière et c’est lui qui a insisté pour revenir se produire au 2M2C – raconte le fondateur du festival avant de poursuivre – mais Éric ne manquera pas de présenter un numéro innovant ». Parmi les autres vedettes qui partageront l’affiche en ce dernier soir des festivités, l’on retrouve aussi bien les Français Tom Villa et Kévin Razy mais aussi la sensation belge Alex Vizorek, entre autres. « Kévin est un des nombreux youtubeurs qui a réussi son passage à la scène. Quant à Alex, c’est un phénomène grandissant, notamment à la radio, sur France Inter. Il présentera une revue de presse suisse », annonce le fondateur du festival. Une façon toute particulière pour « rire de tout ».

Une édition déclinée sur les réseaux sociaux

« Nous somme heureux de présenter une campagne 2016 sous l’enseigne du “Rire de tout” – débute Grégoire Furrer avant de poursuivre – Le monde est parfois compliqué, parfois si inintelligible qu’il est bon de pouvoir parler de tout, sans bien sûr entrer dans une rhétorique offensante ou blessante ». Aussi, l’objectif premier de la volée 2016 du festival est avant tout de remettre au centre des attentions, l’humain. « Il apparaissait important pour nous de recentrer l’événement sur le public avec un seul but qui est celui de convaincre les Montreusiens de revenir voir les spectacles », annonce Jean-Luc Barbezat. Et pour ce faire, l’organisation n’a pas manqué de se renouveler, tant au niveau interne que par les réseaux sociaux. Au sein de l’équipe dirigeante, l’on note avant tout la nomination, au-delà du metteur en scène Barbezat, la Québécoise Chloée Coqterre, chargée des plans opérationnels. C’est par ailleurs par cette dernière qu’est née toute la disposition hyperconnectée du festival, notamment par la mise en opération de leur “Studio Web” qui se voudra être un véritable espace dédié aux nouveautés du net : « Tout le contenu web proposé lors des précédentes éditions de l’événement n’étaient disponibles qu’après la fin des festivités. Cette saison, nous avons tenté de matérialiser un espace web par lequel il sera possible de redigitaliser le festival avec animations et création de contenus pendant les festivités. Ce sera un endroit où toute forme d’expression sera permise », explique Chloée Coqterre en conférence de presse. « Nous démarrons un travail de longue haleine – complète Barbezat avant de poursuivre – Notre rêve serait de constituer un véritable village du rire. Nous n’y en sommes encore pas mais nous posons la première pierre cette année en investissant le rez-de-chaussée du 2M2C ». Et, semble-t-il, le public semble déjà partager la promesse du festival bien même avant que ne soient communiqués les premiers noms. Et c’est là, déjà une réussite.

Artus, Vérino et Wiesel aux commandes de leur propre gala

Le Montreux Comedy Festival 2016 misera sur la jeunesse. C’est en tout cas, ce qu’a annoncé Grégoire Furrer à la presse mardi après-midi. « En tant que programmateur, nous sommes parfois un peu paresseux et il nous arrive de rappeler les mêmes. Mais à cet égard, l’on retrouvera Artus qui est un artiste en qui l’on croit vraiment ». L’ancien pensionnaire de l’émission “On n’demande qu’à en rire” modèrera la première soirée au programme le 1er décembre à l’Auditorium Stravinski. Un divertissement – intitulé “humour vers le futur” – qui sera notamment et justement mis en scène par Charles Hudon, ancien directeur artistique d’Ondar et proche collaborateur de Laurent Ruquier. « C’est un Artus dédoublé que l’on rencontrera sur scène et dans un scénario de fin du monde passablement bien rôdé », annonce Grégoire Furrer. Une occasion pour l’humoriste français de faire ce qu’il sait faire de mieux: se mouvoir dans différents costumes qu’il affectionne tout particulièrement. Attendus également le Suisse Yann Lambiel en ouverture de soirée et, peut-être – l’information n’a pas encore été officialisée par l’organisation du festival – Christophe Dechavanne dans un happening inédit. C’est en revanche un tout autre décor qui est prévu pour la seconde soirée du festival, modérée pour sa part par Thomas Wiesel. « Thomas est sans doute devenu l’artiste numéro un en Suisse – débute Jean-Luc Barbezat qui mettra personnellement en scène le gala – L’idée est de continuer dans la lignée des Comedy Clubs en Suisse romande et, à ce titre, Wiesel invitera ses nombreux amis autant Suisses, Français que Canadiens ». On y retrouvera, parmi les artistes confirmés, Yoann Provenzano, Nathanaël Rochat mais aussi Kyan Khojandi.

« Le tabou n’existera pas »,
Chloée Coqterre, directrice exécutive du MCF

On y admirera aussi le Canadien Mike Ward, cet artiste sans-gêne et talentueux, farouche défenseur de la liberté d’expression sur scène. « Mike a provoqué un énorme tapage médiatique par son charisme extraordinaire. C’est une véritable star au Québec. Il a d’ailleurs gagné l’Olivier de l’année, récompensant le meilleur humoriste au Canada », soutient sa compatriote Chloée Coqterre. Ainsi, la rencontre de Mike Ward et Thomas Wiesel lors d’un gala à Montréal est une fort belle aubaine pour un public montreusien qui savourera les retrouvailles des deux artistes sur les planches du Stravinski. C’est dans le même esprit de camaraderie que le même Stravinski sera l’hôte samedi 3 décembre de deux grands enfants du festival montreusien. Aux commandes, Vérino et ses amis, mis en scène par une ancienne stagiaire de l’événement, Aude Galliou. « Le tabou n’existera pas en cette soirée », exprime cette dernière, invitée à la conférence de presse. Le Nancéien tournera même, en direct, le plus grand épisode de sa série “Dis donc Internet” (diffusée sur YouTube) sur les planches de la plus grande salle du 2M2C. En outre, regroupant une belle panoplie d’humoristes venant de l’ensemble de la Francophonie, ou presque, le titre de la soirée était sagement… choisi: Immigration choisie. Et pour ce voyage, embarqueront aussi bien le génie du PowerPoint Pierre Croce que Monsieur Poulpe, Sébastian Marx ou encore Nathanaël Rochat. Blanche Gardin apportera, quant à elle, la touche féminine de la soirée.

Séduire la communauté anglophone, promouvoir la Riviera

Mais le Montreux Comedy Festival, c’est également des scènes internationales et des offres anglophones incontournables. Lançant la première édition du Jokenation en anglais lors de leur vingt-sixième édition en 2015, Grégoire Furrer et son équipe dirigeante ont renouvelé, dans un format légèrement altéré, leur soirée dédiée à l’humour dans la langue de Shakespeare. « Nous tenons énormément à cette soirée dimanche soir. Il y a beaucoup de succès d’estime de la part du public. Nous voulons nous faire un nom dans les médias et la communauté anglophone », rappelle le président-fondateur du festival, lequel rappelle, non sans admiration, le parcours de Gad Elmaleh: « Je l’ai rencontré dans un Comedy Club à New York et il était stressé de passer face à un public qui ne le connaissait pas. Je trouve cette approche magnifique pour un artiste accompli de vouloir parfois repartir à zéro. Et avec Gad, je pense, que nous sommes de la même veine. Mais tout reste encore à faire », conclut-t-il. Un esprit que partage absolument, en outre, Chloée Coqterre: « Nous aurons beaucoup d’amis ce soir-là avec le retour de Mike Ward, bien évidemment ». Mais au-delà du Canadien, la soirée anglophone au Stravinski accueillera également Yuriko Kotani qui se veut être la toute première stand-upeuse japonaise. La jeune femme a d’ailleurs appris son expression scénique en Angleterre, dans un environnement qu’elle affectionne tout particulièrement malgré la diversité culturelle. Autant de rencontres exclusives et inédites au Stravinski qui composent « cet esprit de famille que nous voulons faire grandir », espère Grégoire Furrer.

« Une avalanche de billetterie pour Jérémy Ferrari »,
Grégoire Furrer, Président-Fondateur du MCF

Mais l’esprit de famille passe tout autant par la promotion de la région au sein de laquelle sied paisiblement Montreux; voilà pourquoi le numéro un de l’humour à Montreux tient à promouvoir tout autant son partenariat avec les théâtres de la ville de Vevey. Aussi, le lieu est parfaitement choisi pour promouvoir la rentrée de scène de Jérémy Ferrari, véritable exclusivité que réserve le MCF le 3 et 4 décembre au Théâtre Le Reflet avec un spectacle inédit qui exhibe toujours plus le cynisme habituel du personnage. “Vends 2 pièces à Beyrouth » se présente alors comme la nouvelle œuvre provocatrice de l’Ardennais qui semble mâcher de moins en moins ses mots. « Nous avons connu une avalanche de billetterie suite à sa prise de position contre Manuel Valls dans l’émission de Laurent Ruquier (ndlr, “On n’est pas couché”, diffusé tous les samedis soirs sur France 2) », témoigne le Président du festival. Mais Ferrari n’est pas la seule étape veveysanne du parcours; Max Bird est également attendu du côté du Théâtre de Poche de la Grenette. Le Parisien, révélation du net lui aussi, a séduit par sa capacité et sa facile adaptation à se projeter de l’écran aux planches. « Il a créé un univers très intéressant sur internet et je suis heureux de pouvoir le faire venir à Vevey. C’est là notre coup de cœur du Festival d’Avignon. Et par la même occasion, je suis satisfait de maintenir la très bonne relation que nous avons avec la Riviera », conclut Grégoire Furrer au Funky Claude’s Bar.

Advertisements
About Yves Di Cristino (293 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en sciences sociales et politiques à l'Université de Lausanne.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Max Bird « Quand Grégoire Furrer vous invite à Montreux, ça fait vraiment plaisir » – leMultimedia.info
  2. Jérémy Ferrari, son combat contre les extrémismes – leMultimedia.info

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s