Nouveauté

Neuchâtel Xamax s’offre le leader pour sa dernière à la Maladière

Vide d'esprit, le LS doit se requinquer avant la réception du Trophée samedi face à Winterthur

Le derby romand a été, une nouvelle fois, le théâtre d’un exaltant fair-play dont aussi bien le Président de Neuchâtel Xamax FCS, Christian Binggeli que le vice-Président du Lausanne-Sport, Christian Ballif ont donné le coup d’envoi devant 3’077 spectateurs afin de souhaiter la cordiale « bonne chance » aux Lausannois qui se plieront aux aléas et aux allégresses de la Super League dès juillet prochain. La rencontre, dominée de bout en bout par les hommes de Michel Decastel, a rapidement pris la faveur des Rouges et Noirs. Akolo (33e), Delley (51e) et Doudin (57e) ont offert le scalp du leader à leur équipe pour sa dernière date à domicile de la saison (visionner la galerie photo). Le but d’honneur a été inscrit par Zeqiri qui valide sa deuxième réalisation de l’exercice. Le récit de la rencontre.

Le duel était lancé entre Lausannois et Neuchâtelois; les seconds ayant pris l'ascendant sur les premiers. © Oreste DI Cristino

Le soleil s’est couché à la Maladière. Un soleil radieux, étincelant. À l’horizon, le ciel est clair et serein. Belle soirée pour une belle performance sportive. Hôte de son dernier match en Challenge League de la saison, le Stade a sans doute également eu l’occasion de célébrer son plus beau tifo. Vainqueur sans trembler du néo-promu en Super League (3-1), Neuchâtel Xamax FCS a fourni l’une de ses prestations les plus abouties sur sa pelouse cette année. De quoi envisager sereinement sa deuxième saison en Challenge League. Comptant sur ses habituels appuis offensifs, Marco Delley et Chadrac Akolo, l’entier de l’effectif neuchâtelois s’est démarqué ce mardi soir face à un FC Lausanne-Sport réduit mentalement et physiquement. Face à une équipe efficace et rapide en contre-attaque, à l’image du Congolais Akolo, les Lausannois se sont heurtés face à une défense de fer devant la cage du solide Laurent Walthert. Le LS a eu beaucoup de mal à se frayer un chemin vers les buts, notamment sur coups de pied arrêtés. Les présences de Cédric Zesiger et Mustafa Sejmenovic sont venues condamner le manque de hauteur des attaquants vaudois dans l’aire de réparation adverse, assuré généralement par le Nord-Coréen Kwang Ryong Pak, toujours absent pour des problèmes au genou. Ainsi, dérangés en défense par des occurrences agressives et récurrentes de la part du quatuor offensif Akolo-Delley-Doudin-Senger et mis en difficulté dans leur phase conclusive, les hommes de Fabio Celestini ont logiquement dû se rendre (une troisième fois cette saison) face à Neuchâtel Xamax FCS.

Scénario cauchemar pour Lausanne

Celestini retourne s’asseoir sur le banc de touche. Son Lausanne-Sport vient d’encaisser son troisième but de la rencontre ; l’équipe n’y était pas. Démarrée par une chevauchée de Marco Delley, l’action du but a mis le portier Thomas Castella à rude épreuve. Mis à contribution une première fois sur un tir du numéro 19 à l’entrée de la surface de la réparation, le portier lausannois a ensuite fait barrage à Dante Senger avant de capituler, pour la dernière fois de la soirée face à Charles-André Doudin (57e). Cette troisième réalisation de la part de l’effectif de Xamax est le coup de trop porté sur les épaules de Celestini qui finira le mach en retrait de sa zone réservée au bord du terrain. Non seulement Lausanne perd son troisième match face à Neuchâtel mais cette deuxième défaite de rang rend également compte de l’une des plus piètres productivités de ce FC Lausanne-Sport cette saison (malgré ses seize tirs, dont huit cadrés). Statistique toute aussi éloquente : les sept hors-jeu sifflés, dont cinq relevés pour la position irrégulière de Zeqiri, trop incommodé dans sa position malgré son but en toute fin de rencontre. D’ores et déjà qualifiés et licenciés pour la Super League, les Lausannois pâtissent à retrouver leurs esprits égarés dans les enjouements de la promotion ; le démontre une défense perméable, qui semble retomber dans ses vieux travers. Fautive sur l’ensemble des buts encaissés, la défense lausannoise – qui avait pris l’habitude de se stabiliser au milieu de terrain – a très rapidement été contrainte à faire bloc devant Thomas Castella. Une mission à laquelle les Lausannois ont failli, notamment par manque d’habitude mais aussi de commodité. Autant dire que l’agilité et la rapidité de Chadrac Akolo ainsi que le gabarit de l’avant-centre Dante Senger ont quelque peu perturbé le positionnement de Numa Lavanchy et des deux défenseurs centraux. Cette difficulté a été matérialisée d’emblée par le premier but neuchâtelois à la demi-heure de jeu (33e); Jérémy Manière, monté à hauteur du milieu de terrain, perd son duel aérien face à Chadrac Akolo, livré seul dans un sentier dégagé jusqu’à l’entrée des 16 mètres lausannois. Le Congolais parvient à se recentrer et adresse une passe à Doudin qui arme son pied. L’action collective est parfaite et trompe Elton Monteiro, lui aussi bien trop avancé au regard de l’action. L’avant-centre n’a pu qu’à conclure ; le ballon s’écrase dans les bras de Castella qui ne parvient pas à la bloquer, du pain béni pour Akolo qui peut aisément récupérer le ballon et l’envoyer dans les filets. Le récit témoigne limpidement de la passivité de l’arrière-garde lausannoise aux abois.

« Nous on est venus pour faire la fête, et on s’en fout du résultat », clament les supporters du LS, se rassurant comme possible.

Sans doute, la meilleure action neuchâteloise reste figée à la 51e minute, à l’occasion de la seconde réussite des hommes de Michel Decastel. Esseulé sur le flanc gauche, Mickaël Facchinetti voit s’ouvrir une faille dans le mur défensif vaudois. Confiant de son pied gauche, le numéro 77 réalise un tir de plus de 25 mètres qui surprend l’extrême défenseur lausannois ; ce dernier parvient toutefois à boxer le ballon devant soi qui trouvera nouveau preneur en la personne de Marco Delley qui cible le petit filet et réalise le break avec une facilité déconcertante. Pris sous le prisme de la précision de frappe et de la réactivité de Delley qui crucifie Castella de sang-froid, l’entière séquence pourrait résumer à elle seule les divergences de conditions entre Lausannois et Xamaxiens. Pourtant habitués à un pressing performant, les hommes de Fabio Celestini ont été contraints de rendre leurs armes à la Maladière. De quoi espérer remonter cette légère période déclive à l’occasion de la remise du trophée de Challenge League face au FC Winterthur ce samedi soir.

Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s