Nouveauté

Vishal: « Sur M6, je voulais faire un passage remarqué »

Étoile montante de l'humour, Vishal racconte son expérience à "La France a un incroyable talent"

Interview, épisode 4. Après deux sessions de son événement "Level Up" et un one man show "100% corrompu", l'étoile montante de l'humour romand, Vishal, a fait un passage remarqué dans l'émission inter-continentale "La France a un incroyable talent" sur M6. Armé de ses mimes en musique, le Suisse d'origine indienne a su amuser les quatre jurés avant de voir rouge. Retour en interview sur cette expérience qui lui a forgé sa maîtrise scénique. Voir son passage dans l'émission.

Après "100% Corrompu", le premier one man show de Vishal Joneja, le jeune humoriste s'en est allé tenté l'aventure d'Incroyable Talent. Source: lidolausanne.ch

Tu découvert un univers totalement différent dans le petit écran…

Je n’ai pas tout à fait découvert cet univers; je le connaissais déjà un petit peu, notamment lors de mes passages à Rouge TV. Je dirais plutôt que j’ai découvert la télévision française qui est quelque peu différente de la télévision suisse. Mon passage y était beaucoup plus important car je suis passé à l’antenne devant 3,8 millions de personnes, ce qui faisait un peu peur. Le tournage était en septembre et je ne m’y attendais absolument pas mais je me suis quand même bien marré.

Ta sélection était en quelque sorte un peu hasardeuse; tu ne t’y attendais pas dans l’absolu…

En effet, c’est venu de loin. Quand j’ai commencé l’humour – il y a trois ans de cela – j’avais déjà tenté un passage dans l’émission. Les producteurs avaient trouvé ça intéressant mais pas assez mature. Deux ans plus tard, j’ai voulu retenter ma chance pour le plaisir – il y avait d’ailleurs des auditions au Lido Comedy & Club – et j’ai été le seul qui ait été rappelé de Lausanne. C’était génial alors que tout le monde avait fait une prestation incroyable. La production avait vraiment aimé ce que je faisais. Mais je connais le fonctionnement de la télévision française et j’ai commencé à réfléchir. Ils prennent de temps à autres des scènes et des passages de certains candidats dont ils savent qu’ils vont rater et ils les mélangent avec les candidats dont ils sont presque sûrs de leur réussite. Je me suis donc demandé dans quelle catégorie j’appartenais réellement; j’ai beaucoup hésité jusqu’au moment où ils m’ont rassuré qu’ils aimaient beaucoup ce que je faisais. Mais il persistait un problème car la télévision française et très formatée et j’ai donc dû adapter mon sketch pour eux. Ces transformations ont vraiment changé mon style et cela a payé par quatre buzz. Toutefois, le public et le jury a vraiment rigolé et c’est le plus important.

Tes mimes en musique ont donc dû être revisités avec l’apparition de nouvelles musiques et de nouveaux mimes. Ces modifications t’ont-elles au moins été bénéfiques ? En garderas-tu quelques passages ?

Les morceaux présentés sur M6 sont des tests que je ne pense pas conserver. Mais le temps réserve des surprises. Toujours est-il que le principal problème résidait dans la langue des musiques que j’ai dû adapter. Sur la télévision française, un des prérequis est l’utilisation de chansons françaises, inexistantes dans mon programme de base. J’avais tout de même des idées, notamment celle d’utiliser une chanson d’Hélène Ségara, une des jurées. Ce n’était pas forcément une très bonne idée mais je l’ai tout de même proposée sur le plateau de l’émission. J’ai pris ce risque. Au final, pendant toute la durée de mon passage et même avant, tout était matière à rire. Pour commencer, Alex Goude (ndlr, le présentateur de l’émission) m’a confondu avec Vikash Dhorasoo, merveilleux. Mais rien n’allait en s’arrangeant (rires) car la personne qui m’a précédé sur scène avait complètement raté sa prestation et en arrivant devant le public, j’ai compris que j’allais être buzzé. Mon passage sur le plateau a alors changé de sens dans ma tête; je voulais non plus parvenir à la qualification mais bien de réaliser un passage remarqué. Il fallait être surprenant. J’ai donc amusé l’assistance en disant des choses qui n’étaient pas prévues au départ dans l’optique d’avoir une meilleure présence. Et ça a marché mais malheureusement le montage a totalement aplati ma prestation lors de la diffusion sur le petit écran. Le résultat était tout de même intéressant et – plus important – c’était drôle !

Finalement, passer en face de grands professionnels tels Éric-Antoine, Gilbert Rozon ou encore – qui sont certes moins dans ton univers – Kamel Ouali et Hélène Ségara est une expérience qui forge l’esprit malgré le fait que tout soit un peu, voire très mis en scène.

Bien sûr mais dans mon cas, il est très compliqué de subir un buzz. Mon style étant des mimes en musique, toute la prestation se base sur un certain rythme. Or, suite à un buzz, le rythme est complètement anéanti. Tout est un système de rythme aussi bien dans mon sketch que dans l’émission; dès que le rythme est cassé, il est irrécupérable. Mais il faut néanmoins rester professionnel et ne pas s’arrêter. C’est le plus important. Je suis allé jusqu’au bout malgré le retentissement des buzz. Des personnes comme Gilbert Rozon jouent les méchants à l’écran mais ses propos n’avaient pas forcément beaucoup de sens en réalité. Il m’a d’ailleurs conseillé de ne pas arrêter hors antenne.

Est-ce que l’expérience de grande audience t’a fait grandir dans les petites salles dans lesquelles tu joues en ce moment ?

J’ai gagné beaucoup d’expérience au niveau de la scène. Je sais que ce que je fais marche devant un public de 800 personnes comme me l’a prouvé l’assistance de l’émission. Mais je sais que je ne suis pas fait pour la télévision française. Il faudra que je trouve d’autres perspectives ailleurs. Ce n’est pas non plus mon but mais j’ai énormément appris. Les gens ont rigolé, pour moi, c’est gagné !

Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s