Nouveauté

Jokenation francophone : la fin du plébiscite médiatique des Français à Montreux ?

Le multiculturalisme de la Suisse est convié

A l'occasion de la soirée de gala francophone de Jokenation, cinq talents francophones ont joués avec cinq ambassadeurs pour les épauler devant un public sous le charme. Une soirée de gala qui porte la marque du nouveau label inauguré par Grégoire Furrer pour souligner que le festival innove et reste une marque de qualité de la « communauté internationale d'humoristes » à étoffer.

Alors que la 26e festival touche à sa fin, le Jokenation ayant trié plus de 1’000 candidats prétendant à l’auditorium Stravinski, marquera la nouveauté de cette édition. Avec ce label, la programmation du festival a eu l’ambition de contrer l’effet « humour made in France » et réaffirme les valeurs du festival: encore plus à internationaliser le festival avec plus de soirées thématiques et d’humoristes étrangers, quitte à changer de langue ! Sans manquer d’audace, Grégoire Furrer a introduit les galas Jokenation (francophone et anglophone) qui ont pour but de rassembler les talents de tous les pays. De plus, un stand-up en italien avec Francesco de Carlo a été programmé et aussi incroyable que cela paraisse un spectacle en russe avec l’ex-résident du Montreux Comedy Club Igor Meerson ! Le multiculturalisme de la Suisse est convié, et les humoristes ont l’occasion d’échanger sur ce qu’attendent les publics du monde entier.

Révéler des jeunes talents auprès des médias

Pour autant, il n’y a pas de négligence des Romands ! À l’affiche lors de plusieurs soirées, ils peuvent rassurer le public suisse que les Français ne sont ni les plus talentueux, ni les plus privilégiés lors des soirées de gala (lire l’interview d’Alexandre Kominek). Lors du gala francophone de samedi soir animé par le québecois Rachid Badouri, les Romands Thomas Wiesel et Alexandre Kominek n’ont pas déçus. Dominateurs sur des sujets humoristiques classiques grâce à de bons angles d’attaque – tels que la vie de couple juvénile par Alexandre Kominek ou la politisation des attentats de Paris par les candidats aux primaires américaines de Thomas Wiesel – les révélations suisses sont sorties du lot de la soirée et peuvent imaginer jouer à l’avenir à Paris. Par ses rires, le public montreusien a jugé que les missions d’accompagner, de révéler et d’encourager ont été accomplies. En outre, les références de chaque pays ont été la clé du succès de la soirée, et sur lesquels le Nigérien Mamane ou Rachid Badouri se sont appuyés. « L’humour n’a pas de frontières, et le rire est communicatif » annonçait le générique de présentation de la soirée et, pouvons nous ajouter, la successful story à l’international d’un jeune talent devient alors possible. En outre, même si tous les humoristes sont en concurrence dans les théâtres et médias de la capitale française, ils gagnent toujours plus d’attention et les Romands confortent leur place à Genève. Par exemple, la RTS produit déjà plusieurs web-séries humoristiques et One FM offre une chronique d’actualité décalée tous les vendredis à Thomas Wiesel. Loin d’être en-dessous du niveau de leurs voisins français, les « petits frères romands » démontrent qu’« il n’y a d’autres frontières que celles que l’on se met nous-mêmes » comme nous le disait dernièrement Thomas Wiesel.

Publicités
About Patrick Aimé (78 Articles)
Journaliste passionné, spécialisé dans le rugby et l'humour.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s