Nouveauté

Choix et flegme gagnants pour le FC Lausanne-Sport

Sur une réussite de Pasche (58e), le LS se fiabilise

Favori ou non de la compétition, la question ne fait plus aucun curieux. Face au FC Schaffhouse, les hommes de Fabio Celestini ont su conserver l'avantage offert par leur numéro 14, Alexandre Pasche (58e) et ont cueilli, à domicile, leur deuxième victoire de rang. Auteurs d'une prestation solide et encourageante, leur succès est également dû à la bravoure de leur gardien. Focus.

Fabio Celestini a une nouvelle fois trouvé la combinaison gagnante en championnat. © Oreste Di Cristino

Nous connaissions la main invisible d’Adam Smith ou encore la « main de Dieu » de Maradona en 1986… Et bien maintenant, il y a la main de Dany Da Silva. Le gardien, classe 1993, désormais titulaire du FC Lausanne-Sport en l’absence (sur blessure) de Thomas Castella n’a cessé d’acquérir confiance et mérite lors des dernières sorties de son équipe. Entré avec panache sur la pelouse de la Pontaise ce jeudi soir, le jeune Suisse a même été décisif dans la victoire des siens face à Schaffhouse (1-0): « Ça a été un gros match pour tous les joueurs. On a bien travaillé ensemble, il y a un bon état d’esprit et une bonne cohésion dans le groupe. Tout cela se ressent sur le terrain ». Auteur d’une parade « miracle » et salvatrice en toute fin de rencontre, Dany sait néanmoins garder le sens collectif en interview: « Dans ce genre de situation, on n’a pas le choix. Tout ce que je fais, je le fais pour le groupe, pour mes coéquipiers. Quand l’attaquant n’arrive pas à marquer, c’est au gardien de prendre ses responsabilités. C’est ce que j’ai fait tout au long du match », conclut-il.

Pandiani, un quadragénaire dans le vent

À Lausanne, il n’est même plus question d’âge, mais d’honneur et d’élégance. Walter Pandiani ne calcule plus face à sa grande expérience. Positionnement stratégique, fulgurances pernicieuses et stature confirmée, l’Uruguayen a gardé toute sa vertu footballistique. Placé en pointe de l’attaque lausannoise, Pandiani a su jouer les trouble-fête aux moments les plus opportuns et s’est démarqué d’entrée de jeu en ajustant un coup de tête sur le bois de la cage de Kostadinovic (16e minute). Grâce à cette apparition réussie, l’ancien joueur de l’Espanyol Barcelone, Osasuna ou encore Villareal a validé un des choix tactiques de son entraîneur Fabio Celestini. Autrement dit, avec la recrue Pandiani, le contingent lausannois ne souffre d’aucun déficit offensif. Les solutions au front sont nombreuses, quitte à faire des choix et savoir se priver de très bons éléments de temps à autres. Gardé sur le banc à cette occasion, Quentin Kwamé n’a même pas eu à endosser ses crampons. Toutefois, le polymorphisme du FC Lausanne-Sport augure beaucoup de succès dans la suite des évènements; à commencer ce week-end avec le premier tour de la Coupe de Suisse face au FC Ticino. Ce sera, pour l’effectif vaudois, l’occasion unique de se ressourcer sur le plan moral et physique même si, comme l’annonce Dany Da Silva, l’important restera de « passer le tour ».

Un système de jeu alternatif

Sur la feuille de match, Walter Pandiani supplée Quentin Rushenguziminega; il est normal que Fabio Celestini veuille jouer (et tester) la carte Pandiani face à une équipe qui présente de grandes qualités techniques et défensives. Mais outre la mise en jeu du doyen du groupe, le coach lausannois a également opté pour un système de jeu plus innovant mais à géométrie variable. Dans un 4-5-1 dynamique, le FC Lausanne-Sport a su équilibrer ses forces tant offensives que défensives pour contre-attaquer un FC Schaffhouse compact. L’Uruguayen est en pointe de l’attaque, soutenu par Hélios Sessolo et le désormais pilier, Romain Dessarzin. Le schéma ne semble souffrir d’aucune faiblesse; il y a présence d’un milieu fort et créateur. Le ballon tourne avec aisance et précision, le pressing est rudement mené au milieu de terrain et la défense gère d’une main de maître les rares incursions des deux attaquants phares de l’équipe schaffhousoise, Tadic et Ianu. Pourtant connu des lieux pour avoir signé 13 réussites (en 17 rencontres) avec le LS la saison dernière, le Roumain n’a, cette fois-ci, trouvé ni les ressources, ni les occasions pour exprimer toute sa bravoure. Le résultat est limpide: en première période, le FC Schaffhouse ne cache pas son désarroi en admettant avoir peu sollicité l’intervention de Da Silva, comme le confirmera d’ailleurs Bertrand Ndzomo en zone mixte (lire l’interview) à la fin de la rencontre. Une tendance qui se consolidera, non sans plus de difficulté, pour le Lausanne-Sport durant le second acte et qui validera leur court succès local devant 3’120 spectateurs satisfaits. Au final, vigilants à souhait, les Lausannois engrangent la seconde place du classement de la Brack.ch Challenge League (9 points) derrière le FC Chiasso (11).

Publicités
About Yves Di Cristino (310 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en sciences sociales et politiques à l'Université de Lausanne.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s