Nouveauté

Leadership Forum, économie et durabilité en Suisse

À IMD, se tenait le 1er juillet 2015, la journée d’introduction du G21 Swisstainability Forum sur l’économie et la durabilité en Suisse. L’occasion de revenir sur les principaux enjeux économiques et écologiques qui régissent la politique suisse. Présentation introductive de l’événement.

Source Photo: Facebook

Comment économiser ? préserver la planète ? réduire les gâchis et les externalités négatives causées par l’homme ? Toutes des questions que souhaite relever la cinquième édition du forum du G21 cette année. L’être humain pense-t-il assez à sa planète, à son environnement, aux richesses que lui procure la Terre ? Face au capitalisme et à la course effrenée au bénéfice des entreprises, la question se pose à tous les niveaux. Au niveau macro, quelles solutions dépendent du pouvoir de l’État fort de sa domination légale-rationnelle comme le disait Max Weber ? au niveau méso, à quelles résolutions doivent s’engager les entreprises nationales ou multinationales ? et, enfin, au niveau micro, quelles habitudes sont à proscrire pour le commun des mortels et quels devoirs lui sont-ils conférés pour favoriser la protection des ressources non renouvelables ? Entre interrogations et prescriptions, le débat est enrichi sur le site d’IMD. Plusieurs témoignages et interventions sont au programme du rendez-vous de l’économie et de la durabilité en Suisse les 1er et 2 juillet 2015.

Le défi du futur : éthique, économie et environnement

Barbara Steudler, directrice de l’association NiceFuture qui instigue l’événement, souhaite mettre en avant les héros qui construisent l’économie de demain tout en promouvant la solidarité internationale et intergénérationnelle. L’objectif est simple : rendre concrète la transition écologique ainsi que le changement de civilisation, les nouvelles valeurs et les nouveaux paradigmes qui s’y rattachent. L’important est-il de donner vie aux modalités du vivants. Et dans ce rôle, la nouvelle édition de NiceFuture Magazine se veut être un pari de la transition écologique : quel Nice Future voulons-nous créer ensemble – de l’économie de partage à l’entrepreneuriat social ? Le futur a besoin d’une collaboration active et accrue entre tous les acteurs du monde de demain. En quittant le pessimisme et la résignation, le plus grand défi sera de construire un édifice symbolique commun qui favorisera la durabilité. À ce sujet, Dominique Turpin, Président de l’IMD, précise que l’événement se focalise sur plusieurs aspects de la durabilité mais assure qu’aucun problème ne trouvera solution tant qu’une mobilisation de tous les acteurs de la société actuelle ne se serrent pas les coudes. Conscience et actions, le défi est d’utiliser au mieux les ressources à disposition et faire en sorte que les consommateurs de demain puissent consommer de manière différente qu’aujourd’hui. L’innovation sera incrémentale mais fera face à de nouveaux paradigmes économiques tout en permettant de travailler dans la durée. Le cadre est donné.

La Terre et son état vus de l’espace

Claude Nicollier, astrophysicien et astronaute de l’Agence Spatiale Européenne a fait une apparition très remarquée dans la matinée de ce premier jour du Forum. Présent en conférence de presse deux jours plus tôt pour y présenter son spectacle-conférence, « The Moon Race Show » organisé par la société SWISSAPOLLO, Claude Nicollier – également premier astronaute suisse ayant survolé la Terre depuis l’espace – est parvenu à sensibiliser l’assistance grâce à son diaporama d’images de la planète bleue. En citant la maxime d’Antoine de Saint-Exupéry : « L’avion est une machine, sans doute, mais [aussi] un instrument d’analyse qui nous a permis de voir le vrai visage de la terre », l’invité avait d’ores et déjà donné le ton de son exposé : si on veut comprendre la Terre, il est nécessaire de comprendre son contexte, son environnement, son univers, les planètes Mars, Venus… Bref, le système solaire dans sa presque intégralité. La Terre est une planète modeste, une des 100 milliards d’étoiles qui composent la galaxie. Il s’agit, selon Nicollier, « d’un vaisseau spatial avec des milliards d’individus en tant qu’équipage ». Mais en amont, la planète Terre conquiert sa beauté dans le fait qu’elle est essentiellement une planète d’eau, de montagnes, de volcans, de déserts… mais aussi de nombreuses blessures causées par les hommes : déforestation et gaspillage de ressources. Car la déforestation de l’Amazonie, dit-il, est perceptible de par l’espace. Il s’agit, ici, d’un rappel lucide : prendre soin de la Terre ! Et trouver ensemble des réponses afin de répondre au mieux aux problèmes écologiques qui menacent la nature, notre Nature.

La forêt, source d’inspiration

Si la main des hommes torture la forêt amazonienne, cela nous rappelle la puissance régénératrice que peut nous procurer le végétal, les arbres, les plantes… ensemble, la forêt. Jean Rosset, conservateur des forêts au sein de la Direction Générale de l’Environnement (DGE) et Président de la Société Forestière Suisse, est là pour le rappeler. Un tiers du territoire suisse est recouvert par des forêts. Étudier la forêt, c’est aller à la rencontre de sa propre histoire et imaginer son propre futur. L’être humain a gardé un lien étroit avec la forêt tout au long de son histoire. Mais il y a abus, violence, dérèglement d’une Nature qui offre beaucoup mais bientôt plus assez. Il est impossible d’exploiter plus que ce que la Terre donne et offre à ses habitants. C’est pourquoi, il est devenu nécessaire de chercher des solutions viables à la problématique de l’exploitation abusive des ressources naturelles. Non plus tard qu’au XIVe siècle, des forestiers avaient déjà inventé le concept et le terme de durabilité. Aujourd’hui, le Forum du G21 donne une suite intéressante à cette notion et permet de réfléchir au futur des êtres humains, des terriens. En 2030, comme l’indique Jean Rosset, la forêt jouera un rôle indispensable dans la société. C’est pourquoi, l’homme doit aider la forêt de demain à relever ses défis car cette dernière offre des réalités concrètes et plusieurs personnes y trouvent beaucoup d’inspiration. Il est donc primordial de profiter de ce dont offre la forêt mais, en amont, encore faut-il pour ce faire, la respecter. Aucun projet ne peut être durable s’il ne respecte pas le sol et son environnement ; une perfection qui doit partir de l’intérieur.

Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s