Nouveauté

Le FC Lausanne-Sport termine l’année en apothéose

Requinqués après la déroute tessinoise, le LS n'a mis qu'une dizaine de minutes avant de prendre le large face à une FC Bienne en perte totale de ses moyens (4-2). Le LS conclut ainsi son premier tour de la plus belle des manières, même si les doutes concernant une possible promotion en Super League sont loin d'être amenuisés. Analyse. Par Yves Di Cristino

© Oreste Di Cristino

© Oreste Di Cristino

L’irrégularité est de mise au sein de ce Lausanne-Sport. Lourdement défait à Chiasso (1-4) en début de semaine, les hommes de Marco Simone ont pris la mesure d’un FC Bienne diminué ce samedi soir à la Pontaise. Malgré un parcours en dent-de-scie en cette fin de premier tour, le LS peut néanmoins nourrir, encore et toujours, l’espoir d’atteindre le podium de cette Brack.ch Challenge League. Mais en a-t-il réellement la capacité ou même l’envie ?

LS en forme ou Bienne à la dérive ?

À qui imputer cette victoire du FC Lausanne-Sport ? À la magie des hommes de Marco Simone ou à la triste prestation biennoise ? Il n’est pas seulement question de rendre compte le jeu attrayant des lausannois et le manque de compétitivité du FC Bienne. Ici, il s’agirait plutôt de définir quel énoncé se trouverait être la variable dépendante et laquelle indépendante. Autrement dit, quelle a été la condition sine qua non du succès lausannois ce samedi soir à la Pontaise ? Est-ce parce que Bienne se trouvait être peu en forme que le LS a dominé les débats ce soir ? Ou, au contraire, est-ce Lausanne, qui par son bon jeu a rendu celui du FC Bienne inopérant ? Difficile à dire, surtout après la double déroute majeure encaissée face à Servette et à Chiasso. Pour tenter de cerner un peu mieux la rencontre de la 18e journée de Challenge League du côté des Plaines-du-Loup, il serait intéressant de faire une analyse de cas, principalement du côté de Lausanne.

En tête d’affiche, ce soir, Chris Malonga s’est illustré en inscrivant deux buts fondamentaux qui ont à chaque fois redonné l’avantage au LS (le premier à 0-0 à la 1e minute et le second à 1-1 à la 9e). Il est cependant notable, que les buts de Malonga n’ont pas toujours permis à son équipe de l’emporter. Ce cas de figure a même été très rarement observé. Tout comme, il a été très rare que le Congolais signe un doublé dans le courant de cette saison. Malonga a, pour l’occasion, tout simplement retrouvé sa position de meneur de jeu. Il s’est imposé en maître dans l’attaque lausannoise et est devenu l’acteur principal de l’hégémonie vaudoise sur le terrain en première période.

Autre point éminemment positif de la formation lausannoise: Daniele Romano. L’ancien attaquant du FC Aarau a mis à mal, à lui tout seul, la défense biennoise. De par la fulgurance présente dans ses mouvements, il a marqué de son empreinte, ce succès ô combien important pour le LS. Secondé par un solide Mohamed Maouche, le milieu de terrain lausannois a adopté une posture très offensive pour venir bousculer la charnière défensive de la lanterne rouge. En considérant ces trois acteurs primordiaux du contingent lausannois, il n’est pas sans dire que l’équipe a les capacités d’entraver l’irrégularité de ses résultats. Mais comme toujours, il y a un sérieux point faible, faisant l’objet d’un chantier à jamais terminé pour les dirigeants du club de la capitale olympique: la défense.

Fragilité défensive

Si les Janick Kamber et Luis Pimenta (deux anciens lausannois) n’ont réussi que très rarement à fracturer la défense – pourtant fébrile – du LS, cela ne signifie pas pour autant que cette dernière a été exempt de tout reproche. Si Abdelouahed Chakhsi est revenu à son poste de prédilection – celui de latéral droit – laissant sur le bas côté, Guillaume Katz – qui pour une raison inconnue s’en est allé joué les top players chez les M21 du club – ce n’est pas pour autant que le trio défensif s’en est sorti de la meilleure des manières face aux hommes de Jean-Michel Aeby. Tristes et désolantes ont été les prestations de Guillaume Rippert, en manque de repères, et Adriano De Pierro, transparent pendant la majeur partie de la rencontre. À l’image de toute la seconde mi-temps, ils ont été en manque total de rythme, donnant accès aux deux réalisations du FC Bienne au tout début (2e) et en fin de rencontre (92e). Au final, 28 points et une cinquième place assurée en fin de premier tour: le LS est donc dans une position moyenne, lui conférant une tranquillité d’esprit et laissant une porte ouverte vers de nouveaux espoirs pour le second tour de championnat.

Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s