Nouveauté

Servette domine le derby lémanique

Mis à mal par un Servette FC conquérant, le FC Lausanne-Sport s'est lourdement incliné sur sa pelouse lors du second derby lémanique de la saison (3-1). Emporté par un ex-lausannois, Jocelyn Roux, les grenats peuvent désormais nourrir l'espoir de décrocher le "titre" de champion à l'intersaison. Retour sur un derby à sens unique. Par Yves Di Cristino

ls_sfc2-001

Crédit Photo: Oreste Di Cristino

Un Servette qui gagne, un Lausanne-Sport qui perd. Ce scénario avait déjà été proposé au prologue du championnat. Victoire semblait-il « soft » des Grenats (2-1) à la suite de laquelle le LS souffrait de regrets impétueux après avoir brillamment ouvert le score par une prouesse de Ianu. À la clef, cette fois-ci un Servette qui jubile, un Lausanne qui s’effondre et se raidit au vu du démoralisant résultat. Triste, insuffisant, déroutant. Qualificatifs marqués pour un moral lausannoise au seuil du démantèlement. Jamais les hommes de Marco Simone n’auront démontré un quelconque signe de vitalité dans le duel l’ayant opposé au « puissant » Servette FC.

Un combat physique

Si le Lausanne-Sport a passablement manqué de réalisme, il a surtout démontré être en retard au niveau physique. À l’image d’un Guillaume Rippert, la plupart du temps incapable à tenir son rang face aux jeunes Kevin Bua et Karim Gazzetta, le trio défensif — un classique dans la formation de l’italien Marco Simone — a souffert face aux incursions parfaitement menées par l’attaque servettienne. À la pointe de la flèche ennemie, Jocelyn Roux, auteur d’un match sans bavures ce lundi soir à la Pontaise. Réputé brillant de la tête, l’ancien lausannois s’est cependant illustré lors d’un magistral coup-franc à la 13e minute venu se loger sous la barre transversale du portier Castella. Non pas que le coup-franc en lui-même démontre de la difficulté athlétique du LS, mais c’est en revanche la manière par laquelle Johan Vonlanthen a subi la faute tactique du jeune Krasniqi, amenant le 1-0 servettien qui est au cœur de l’analyse ici. Au reflet de sa prestation, le jeune défenseur suisse de Lausanne a une nouvelle fois comblé ses retards par des interventions de (presque) dernier recours. Ainsi, constamment dépassée, la charnière défensive lausannoise a lourdement manqué de rigueur physique. Pourtant séduisant dans ses relances, le capitaine Guillaume Katz, défenseur central de ce fameux 3-5-2, est passé à côté de son jeu aérien. Souvent seul et tout autant dangereux, Roux — et surtout Pasche à la 53e pour le 2-0 — ont beaucoup bénéficié de place au moment de frapper du chef en direction de la cage vaudoise. Cette défaite n’est-elle, ainsi, pas porteuse de leçons pour le coach lausannois ? Le temps du 3-5-2 n’est-il pas révolu — tenant compte, en outre, de la qualité physique réduite des deux latéraux Rippert-Krasniqi ? Et pourquoi ne pas avoir fait jouer De Pierro ? Toutes des questions qui mériteraient réponses au terme de ce nouveau naufrage.

Une attaque lausannoise inefficace

La pénurie de joueurs athlétiques n’est pas uniquement adressée au secteur défensif. Au-delà du but de l’honneur de Romain Dessarzin à la 90e, à aucun moment, le LS n’a réussi à décrocher une parade de la part de Roland Müller. Trop souvent pêchés en situation de hors-jeu, Cristian Ianu et Kévin Dupuis ont joué la transparence ce lundi soir au sein de la défense Grenat. Engagé pour sa technique, Chris Malonga a une nouvelle fois déçu. Sorti à la 67e pour Ming Yang Yang, jamais le congolais ne sera parvenu à faire vibrer les rangs et le banc lausannois. Ainsi, pour Christopher Mfuyi et Anthony Sauthier, la tâche pouvait sembler passablement aisée à l’occasion de ce derby lémanique. « Je n’irais pas jusqu’à dire que notre tâche était tranquille. Le LS a un système de jeu qui nous oblige à garder notre concentration et à rester attentif du début jusqu’à la fin. Au début, on avait un petit peu d’appréhension, c’est quand même un derby ! Mais après on a réussi à rester concentrés et toute l’équipe était “dedans” dès le coup d’envoi et on arrive à finir avec cette victoire qui représente beaucoup pour nous. » Et une réaction sur [s]a talonnade devenue passe décisive pour Vonlanthen ? « Et bien j’ai encore un coup de génie (rires). J’arrive à appeler Alexandre [Pasche]. Je lui demande de me passer le ballon et derrière, j’avais déjà vu Johan qui arrivait. La talonnade passe avec un peu de chance et il arrive à la marquer. Ce but et ce résultat au final confirme notre bonne lancée. Ce serait génial de pouvoir finir ce premier tour en tête du classement »

Après ce succès, le Servette FC (29 points) n’est plus qu’à deux unités du leader, le FC Wohlen (31 points)… De quoi nourrir de grands espoirs pour Kevin Cooper et ses joueurs. En revanche, considérant le mauvais coaching de Marco Simone — trois changements inopérants (Dessarzin, Yang et Romano) — et l’avalanche de buts encaissés, à Lausanne, le seul souvenir susceptible de marquer les esprits des 4’800 spectateurs présents sera la fumée des fumigènes rouges ardents provenant de la tribune visiteurs.

Écouter l’interview à Christopher Mfuyi au terme de la recontre:

Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s