Nouveauté

Le FC Lausanne-Sport éliminé de la Coupe de Suisse

Poussifs, les lausannois ont concédé leur deuxième défaite de rang à la Pontaise. Non sans espoir de voir se rapprocher toujours plus le Graal après leur défaite en Finale en 2006 au Parc Saint-Jacques, le LS a finalement quitté prématurément le tournoi, battu par un FC Thoune bien en place (1-0). Le récit de la rencontre. Par Yves Di Cristino

LS-Thun-75

Crédit Photo: Oreste Di Cristino

Francesco Gabriele tente et retente, mais son Lausanne-Sport n’y arrive décidément plus. Engageant force et volonté chez ses hommes, il n’est finalement pas parvenu à se débarrasser d’un puissant FC Thoune, troisième de son championnat de Super League. Pourtant, rien ne laissait transparaître le rang de l’équipe de l’Oberland bernois, concédant décidément de nombreux espaces à ses adversaires et ne se procurant que très peu d’occasions de but. Toutefois, face à une défense encore trop fébrile de la part des bleus et blancs, ce FC Thoune a réussi à inscrire le but de la victoire.

Force et Vitesse comme armes du LS

En 4-3-3, — transposable en 4-2-3-1 suivant les séquences de jeu — le FC Lausanne-Sport a démontré, une nouvelle fois, un jeu attractif mais peu percutant dans son ensemble. Se démarquant dans un jeu collectif et effectuant le pressing haut, les hommes de Francesco Gabriele ont voulu démontrer avoir une équipe très mobile, toujours au profit du secteur offensif. La force du collectif — dans son sens le plus pur ; c’est à dire attaquer et défendre à 11 — et la vitesse — qualité trop bien connue de nombre de ses joueurs : Chakhsi, Marazzi, Ianu, Malonga, etc… — ont animé ce Lausanne-Sport toute la première mi-temps. Daniele Romano a d’ailleurs été le vecteur directeur de l’offensive lausannoise. Très actif dans son compartiment et agissant en électron libre au sein de la formation adverse, Romano — en prêt par le FC Aarau — a illustré de par son engagement et sa rigueur physique, la rapidité offensive de son équipe. Initialement placé sur son aile droite, le natif de Muri (Argovie) a ensuite interchangé sa position avec David Marazzi, d’où il a pu développer son jeu technique et donner le rythme au secteur de l’attaque, mené non sans difficultés par l’axe central Malonga-Ianu, qui continue à engager quelques doutes quant à leur validité et leur rentabilité. Les prochains matches détermineront si l’avant-centre et son meneur de jeu pourront fructifier majoritairement leur cohabitation à l’avant de cette équipe vaudoise.

Pourtant bien engagé dans son match, le FC Lausanne-Sport a connu une légère baisse de régime en deuxième période. Francesco Gabriele n’en est d’ailleurs pas étranger. La sortie de De Pierro et l’entrée simultanée de Jordi Delclos était stratégique. Un peu trop. Théoriquement, la sortie d’un défenseur colmatée par l’entrée d’un milieu offensif en dit long sur le jeu souhaité par Gabriele. Il s’inscrit même dans la logique du « Force-Vitesse » relaté peu avant. Cependant, en reléguant Guillaume Rippert en défenseur central et David Marazzi en latéral gauche, l’équipe a, certes, gagné en intensité mais perdu en qualité défensive. Dans son élan de vouloir créer le surnombre en attaque — avec Delclos en numéro 10 — le sélectionneur lausannois a, au final, occulté son secteur défensif car, malgré la polyvalence et la rapidité de jeu de Marazzi, ce dernier — dépassé par Nelson Ferreira et Andrija Kaludjerovic — a de loin moins convaincu dans son rôle de latéral que dans celui de milieu offensif. Multipliant les erreurs et subissant de plus en plus les contre-attaques du FC Thoune, la charnière défensive a contribué, en grande partie, à la mise en place de l’équipe d’Urs Fischer, toujours plus pressante. Les espaces se créent et il n’en pas demandé plus à Christian Schneuwly d’en profiter et d’inscrire le 1-0 sur une nouvelle faiblesse de la défense à la 71e minute. Le match finissait là, malgré 15 dernières minutes de bousculades dans l’aire de réparation de Guillaume Faivre, peu inquiété ce vendredi soir.

Fickentscher ou Castella ?

Revenu de blessure et dépassé par son vice, Thomas Castella, lors des matches de championnat, ce seizième de finale de la Coupe de Suisse aura au moins permis de rouvrir le débat des gardiens au sein de ce FC Lausanne-Sport. Effectuant deux splendides arrêts-réflexes, d’abord sur Thomas Reinmann (40e) puis sur Alexander Gonzalez (75e), retrouvé seul devant lui à la suite d’une perte de balle de Rippert, Kevin Fickentscher a démontré avoir encore les ressources pour concourir à son possible retour en tant que titulaire de cette équipe lausannoise. Que ce match engage des enseignements à Francesco Gabriele…

À lire également sur sharkfoot.fr
Publicités
About Yves Di Cristino (358 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s