Nouveauté

Jarry: « J’avais envie de me mettre en danger »

Jarry a enflammé la scène du Lido Comedy & Club ce vendredi soir. Mélangeant son humeur festive à son humour fantasque, ses rêves de danse à ceux du chant, l' "Atypique" a réalisé son vœux le plus précieux: celui de devenir artiste. Rencontre avec l'homosexuel le plus hilarant et sensible de sa génération. Atypique.

jarry-un-spectacle-atypique-et-hilarantSur un air de Starmania, Jarry concluait son spectacle de la plus éloquente des manières… Les cordes vocales nouées sur les belles paroles de Claude Dubois, les cheveux ébouriffés, la cravate desserrée, résumaient à eux seuls le plein spectacle de l’artiste dont l’immense sensibilité n’a pu qu’agrémenter son talent indiscutable. Homosexualité, chômage, vie sociale moderne,… Tels constituent le crédo d’un jeune enfant fantastiquement fantasque plongé dans une réalité qu’il ne reniera aucunement. Son sac « Barbie« , solidement accroché sur son dos, est le témoin par excellence de sa personnalité. Ce môme grandit sur les planches et se fait bercer par les projecteurs enflammés suivant un rythme effréné qui n’est que le reflet de son incommensurable dynamisme. Arborant ses yeux de « Princesse » tout au long du spectacle, Jarry attend que son Prince vienne. Et ce Prince, c’est l’emploi… ou alors s’agit-il d’un vrai Prince Charmant ? N’en reste que Jarry restera à jamais un enfant mature dans son immaturité théâtralement et inlassablement bien mise en scène, un être ordinaire dans sa différence qu’il sait désormais dévoiler sans vergogne, un enfant talentueux qui sait se montrer à la fois timide et extraverti et qui sait danser, chanter et surtout interpréter les paroles du « Blues du Businessman » sans ironie de fond. Sur un air de Starmania, Jarry voulait devenir artiste. Le scénario a prouvé qu’il a été reçu avec mention. La mention: Atypiquement bon!

La rencontre

Jarry, merci d’avoir accepté de répondre à mes questions après ce show atypique! Tout est atypique chez vous. Votre sketch, votre personnalité et même votre mouvance…

En fait, « atypique » est un mot qui veut tout dire et rien dire et souvent je suis contre le fait de définir des choses parce que je pense qu’aujourd’hui, on crée plein de nouvelles choses. J’essaie de m’amuser dans une sorte de pot pourri, dans lequel sont mélangées plein de choses et j’essaie, par ailleurs, d’amuser les gens. Si on reste une heure et demie ensemble, on va ainsi pouvoir bien rigoler et même s’aimer un petit peu.

Une rentrée plutôt explosive et qui cartonne !

Ouais, j’ai fait de la danse pendant 17 ans ! Pour moi, dans un spectacle, l’entrée et la sortie ce sont les deux choses le plus importantes. J’avais vraiment envie de danser dans ce spectacle car le corps communique des messages que les mots sont incapables de transmettre. J’avais de faire un show même si mon corps n’est pas celui d’un danseur.

Vous bougez beaucoup sur scène, certes. mais vous chantez beaucoup aussi. Finir sur une musique de Starmania signifie quelque chose pour vous ?

Pour tout dire, j’avais envie de me mettre en danger. Je maîtrise la danse et le théâtre et par ailleurs, je me considère plus comme un comédien plutôt qu’un humoriste. Le chant, par contre, est une branche où je me mets vraiment en danger parce que quand on chante, on ne peut pas tricher sur la nature de ses émotions. Et là, j’avais pas envie de tricher et je voulais quitter le plateau en me mettant en danger. Je ne suis pas chanteur et je ne le serai pas plus tard. je n’ai pas envie de prendre des cours de chants. J’ai juste envie de communiquer aux gens la partie la plus intime de moi parce que le chant c’est fragile. Et je le suis un petit peu également.

Vous communiquez beaucoup avec le public. Vous tenez un spectacle très interactif en leur proposant, en outre, des thèmes relatifs à la société d’aujourd’hui (chômage, homosexualité, etc…)

Oui. Surtout l’homosexualité. Je tiens à préciser que ce n’est pas un spectacle homosexuel. C’est juste que mon personnage l’est. Je suis né comme ça malheureusement — j’aurai quand même préféré être hétéro, ça aurait été plus facile car moins regardé, moins jugé. Sur scène, j’avais donc le choix soit de le cacher au plus profond de moi, soit de le dévoiler avec fierté et c’est ce que j’ai fait. Au niveau du pôle emploi, j’ai toujours voulu dédramatiser les choses. Un conseiller m’avait vraiment dit que l’on faisait, en moyenne, sept métiers dans notre carrière et j’ai testé ces métiers pendant trois jours. Et j’ai rencontré beaucoup de personnes que je n’aurais jamais pu rencontrer sinon. Et à chaque fois ça a cassé un bon nombre clichés relatifs à ces travaux ou à ces personnes. Et c’est pour quoi je « lutte » aujourd’hui: casser les représentations. On m’a toujours jugé sur mon apparence un peu efféminée mais je suis autre chose que ça. Et je veux faire comprendre aux gens, le temps qu’on perd à tout de suite être dans le jugement et le préjugé à propos de quelqu’un et souvent on passe à côté de quelque chose d’important. Et ce à quoi je veux parvenir en jouant mon spectacle. Sinon, j’aime l’interactivité. J’aime rencontrer de nouvelles personnes, leur parler, les toucher parce que c’est aussi un spectacle sensoriel.

Que pensez vous de ce qualificatif : Fantastiquement fantasque …? En hommage aux paroles du « Canard Enchaîné »: Un hurluberlu éberlué.

Je trouve ça génial parce que tout est superlatif. Quand j’ai commencé ce métier, il y a deux ans, je n’avais pas cette culture-là et je suis très touché par les journalistes parce qu’à chaque fois, il en ressort des super papiers. Et je trouve super que vous véhiculiez certains messages et incitiez les gens à venir car il n’y a aucune vulgarité et c’est vraiment un spectacle tout public. Personnellement, je viens d’une famille de vignerons et j’avais vraiment envie que ma famille vienne voir ce spectacle tout en étant fier du travail accompli. Car je n’avais pas envie de faire autre chose en dehors du show. Je déteste tout ce qui est dans le communautaire. Je suis tout et rien. Je suis de toutes les religions, toutes nationalités.

Votre spectacle est alors plus une comédie ou un stand-up ?

Je dis souvent que c’est un seul-en-scène humoristique. J’ai besoin de faire rire parce qu’on a tous besoin de rire en ce moment, où tout est ragot, tout est rapportage, tout est trahison… Et c’est compliqué l’Europe de nos jours. J’ai donc envie de rigoler de ça et j’ai surtout envie de mettre en lumière la force qui va nous faire réunir tous ensembles. C’est le plus important.

Le sport et le spectacle sont les vecteurs clefs pour faire passer ce genre de messages. Même la politique — celle de François Hollande soit-elle — ne parvient pas à faire mieux…

Ouais. Après je peux aussi partir sur une île et cultiver un égoïsme qui me ferait rester auto-centré sur moi-même mais je me dis que je fais partie d’un ensemble qui s’appelle l’Europe et qui est composé de plein de gens différents. Donc je dois m’éviter de véhiculer d’autres messages que: « nous sommes tous les mêmes » !

Publicités
About Yves Di Cristino (310 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en sciences sociales et politiques à l'Université de Lausanne.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s