Nouveauté

Servette triomphe lors du derby lémanique

Le Servette FC de Kevin Cooper s’est imposé in extremis face à Lausanne à Genève lors du tant attendu derby lémanique (2-1). Menés au score jusqu’à l’heure de jeu sur un splendide but de plus de 30 mètres de Christian Ianu (28e), les Grenats ont su renverser la tendance en seconde période sur deux têtes de Doumbia et Roux. Analyse. Par Yves Di Cristino.

© Oreste Di Cristino

© Oreste Di Cristino

Dans une Praille où siégeaient 6’090 spectateurs enthousiasmés, le FC Lausanne-Sport a été contraint de courber l’échine. En six matches, le LS a toujours été convaincant mais c’est face à Servette qu’il lâche, pour la première fois, la totalité de la mise en jeu. Ayant main mise sur ce premier derby du Léman jusqu’à la 54e minute grâce à un bijoux du Roumain Christina Ianu (7e but de la saison), les Vaudois ont ensuite perdu le fil de la rencontre pour finalement se retrouver dans la peau de spectateurs non payants le temps de deux coups francs bien bottés par le jeune Kevin Bua. Les têtes assénées par Ousmane Doumbia (54e) et Jocelyn Roux (92e) ont alors eu raison d’une défense attentiste alors que ce premier avait déjà manqué un pénalty deux minutes auparavant. Ainsi, le Lausanne-Sport aura payé les frais d’une seconde mi-temps relativement molle et peu convaincante.

Lausanne, le problème de la défense persiste

Privés d’Adriano De Pierro (blessé) et de Guillaume Katz (suspendu), la ligne défensive lausannoise n’aura pas été exemptée de critique. La charnière centrale — la même alignée jeudi face au FC Chiasso — guidée par Jetmir Krasniqi et Guillaume Rippert s’est révélée être peu convaincante face à des adversaires, pour la plupart agressifs et dotés d’un opportunisme de qualité. Manquant cruellement de lucidité sur les deux coups de pied arrêtés de Kevin Bua qui ont offert successivement l’égalisation puis la victoire aux Servettiens, Rippert et Krasniqi se sont fait surprendre aux plus mauvais moments de la rencontre fournissant ainsi, particulièrement et incontestablement, une prestation pleine de doutes ce lundi soir à la Praille.

Cependant, le LS a pu se rattacher aux soins d’un ange gardien aguerri et de deux milieux de terrain dignes de grands professionnels alors qu’ils sont issus récemment du centre de formation lausannois. Le valeureux Thomas Castella s’est fait l’auteur d’interventions ponctuelles et très propres. L’extrême défenseur des Lausannois aura, par deux reprises, opposé un véto de grande classe aux tirs de Johan Vonlanthen (40e) et d’Alexandre Pasche (90e), sans être de quelque manière responsable des buts adverses. Il a littéralement brillé alors que Fickentscher, rétabli de sa blessure, avait, quant à lui, été aligné avec les M-21 du club.

Mais les bonnes performances ne se réduisent pas à Castella. Actifs et plein d’entrain, Ming Yang Yang et Romain Dessarzin ont satisfait à merveille leur rôle au milieu de terrain. Arborant un maillot taille S — sinon XS — et du haut de son mètre 72, le jeune Suisse a été le maître de son secteur affectant avec brio et efficacité l’attaque de son équipe. Effectuant un pressing très haut et servant, malgré sa position un peu reculée, son coéquipier Ianu, Yang est devenu l’espoir numéro un du club de la capitale olympique, notamment depuis le départ de Salim Khelifi pour l’Allemagne. À l’aune de ses aînés, il a acquis une rigueur physique et technique plus ample qui a — ou aurait pu — porté ses fruits au Stade de Genève lors de ce derby. Quant à Dessarzin, force est de constater que sa polyvalence et sa vitesse de déplacement entre le secteur offensif et défensif ont contribué au dynamisme et à la fluidité du jeu lausannois. Et même s’il a été lessivé quelques minutes durant par une faute de main sanctionnée par un pénalty (90e), puis gracié par le raté de Doumbia des onze mètres, le très jeune milieux de terrain a su satisfaire son public et celui de sa ville.

Christian Ianu, un avant-centre Premium

7 goals en six rencontre, depuis fort longtemps le FC Lausanne-Sport n’avait pu se vanter d’un avant-centre aussi rentable. Inventifs, rapide, avant-gardiste, athlétique, agile et précis dans ses conclusions, bref, Christian Ianu est en train de faire naviguer le FC Lausanne-Sport à un rythme de croisière plus que prometteur. C’est encore lui qui a permis aux supporters lausannois de rêver à une victoire lors du premier derby lémanique de la saison. Auteur d’une frappe surprenante, puissante et trompeuse pour le portier servettien, Roland Müller, ledit Roumain a définitivement gravé de par sa personnalité et de son ambition l’esprit du club lausannois. La Pontaise est désormais sa maison, le LS sa famille. Il incarne le rôle du héros et se glisse dans la peau d’un Serial buteur comme jamais un attaquant n’avait réussi à le faire depuis l’ère Chapuisat. C’est ainsi que, dans la défaite, le meilleur a encore brillé.

Un Servette FC avachi mais victorieux

De l’autre flanc, le Servette FC s’est enlisé dans un match difficile. Sauvés in-extremis par un buteur hors-norme, lui-aussi (Jocelyn Roux), le SFC a cruellement manqué de caractère face à des Vaudois déterminés malgré leur coup de moue de seconde période. Longtemps partisans de longues passes en profondeur comme ils ont eu l’habitude de le faire depuis leur rencontre face à Bienne, les Grenats se sont très rarement rendus dangereux du côté du but lausannois, si bien que l’unique occasion perçue par ces derniers en première mi-temps est venue par un tir bien cadré de Vonlanthen à la 40e minute. Encore une fois peu convaincant dans ses mouvements, l’ancien attaquant de l’équipe nationale aura passé une heure dans une transparence la plus pure avant que Roux ne le remplace à la 69e minute.

Pourtant, les Genevois sont finalement parvenus à glaner « leurs » trois points grâce à deux coups de pieds arrêtés majestueusement tirés par le jeune Kevin Bua, lui, qui n’avait joué que 45 minutes avant ce grand défi lémanique. Performant sur son aile droite, où il a défendu tant bien que mal son territoire face à son ancien coéquipier, David Marazzi décidément plus imposant, Bua s’est révélé être un renfort de prestige de par sa vivacité et sa jeunesse, comme il avait parfaitement réussi à le faire la saison dernière, où il avait été aligné 21 fois avec son équipe (dont 15 titularisations). Une aubaine pour un SFC qui connaît un parcours en légères dents de scie depuis le début de la saison.

Publicités
About Yves Di Cristino (329 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Sociales et Politiques à l'Université de Lausanne.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s