Nouveauté

Le FC Lausanne-Sport retrouve son souffle face à Lucerne

Le FC Lausanne-Sport a glané trois précieux points dans les minutes conclusives du match l’opposant au FC Lucerne (1-0). Les vaudois reviennent ainsi à six points de la barre de relégation. Le seul but du match a été inscrit par Ante Vukusic. Par Yves Di Cristino

Il aura fallu 87 minutes pour voir enfin de l’action dans une Pontaise pleine de (seulement) 2450 spectateurs. Sous un semblant de chute de neige et par un froid hivernal, le match entre lausannois et lucernois manquait cruellement de vivacité. Après une période extrêmement creuse pour les hommes de Marco Simone — où aucun dialogue entre attaque et défense ne s’est laissé entrevoir — la réaction lausannoise ne s’est pas faite attendre au retour des vestiaires. « Comme Marco Simone l’a dit à la mi-temps, qu’on gagne ou qu’on perde, on sera toujours derniers du championnat, mais il fallait au moins sortir de cette partie la tête haute. » lâche Henri Atamaniuk en conférence de presse d’après-match avant de continuer : « Je ne saurai même pas expliquer la léthargie dans laquelle toute l’équipe était plongée dans les premières 45 minutes de jeu. Mais force est de constater que Lausanne a démontré un excellent football. » L’hégémonie des lausannois — modérée mais maîtrisée ainsi soit-elle selon l’entraîneur de ceux-ci — a eu raison de lucernois plongés dans une mollesse sans précédant. Face à leurs homologues de Suisse centrale, apathiques et non productifs, il aurait été une nouvelle fois dommage que Feindouno et consort aient galvaudé deux nouveaux points après les leurres des deux derniers matches face à Grasshopper et Thoune. « Après toutes les péripéties que nous avons vécues et la jeunesse de notre équipe, plus rien ne peut nous étonner. Compte tenu de tous nos problèmes, on est en tous cas heureux d’avoir retiré le fruit de nos deux pertes de points (ndlr, à Thoune et au Letzigrung). On est surtout heureux aujourd’hui de la réaction entreprise par nos joueurs. » explique Atamaniuk.

L’entraîneur lausannois n’omet pas qu’il puisse y avoir une pression très importante qui pèse sur les épaules de ses hommes. Mais il ne peut que relativiser après le soulagement offert par la tête bien cadrée Vukusic. « Il y a un grand encouragement dans le travail entreprit. Quand on a 23-24 joueurs à l’entraînement et relativement peu de blessures (ndlr, Fickentscher, Gabri, Castella, Feltscher et Ozcan) avant le sprint final, ça encourage ! Nous sommes vraiment de plus en plus confiant pour entreprendre notre sauvetage. »

Yannis Tafer : « Le plus dur était de maintenir le résultat »

De la chute vertigineuse à un parcours en dent de scie, le FC Lausanne-Sport démontre de match en match être fait pour la Super League. Cependant, les points comptent et les buts aussi. Mais le plus dur était-il de marquer ? « Non, on a marqué des buts lors de nos derniers matches. Le plus dur était surtout de le conserver. On est restés concentrés jusqu’à la fin et on n’a pas reproduit les erreurs des matches précédents. On revient à six points de Sion et c’est le plus important, surtout quand on sait qu’on a perdu trois points dans le temps additionnel des deux dernières rencontres. » réplique Yannis Tafer, passeur décisif pour Vukusic.

Offensive dans son jeu, la formation lausannoise n’a pourtant pas été si productive qu’elle l’aurait voulu. Le but est advenu sur la seule balle cadrée du match. « Il faut un peu de réussite de temps en temps. » répond Mickaël Facchinetti. La répartie du numéro trois lausannois insinue au moins que le FC Lausanne-Sport puisse avoir été chanceux cet après-midi. C’est de bonne augure, surtout quand on sait que chance et LS ne sont que très rarement associés l’un à l’autre.

Dans une formation, variant du désormais typique 3-5-2, avec Tafer et Ravet au soutien du duo Vukusic-Dessarzin, au 4-2-3-1 avec l’abaissement de Chakhsi en tant que latéral droit après la sortie sur blessure de Yaya Banana et l’entrée de Feindouno, technique et performant comme à l’accoutumée, les lausannois n’ont que très rarement été mis en danger. Cependant, force est de constater que la défense a été parfois douteuse par les mouvements de balle peu fructueux de Jérôme Sonnerat et l’incertitude communiquée par un Joäo Barroca, frivole sur ses relances. Cap désormais sur le FC Zürich, où le FC Lausanne a déjà (l’obligation ?) de confirmer son résultat prometteur de ce dimanche après-midi. « On y va en étant ambitieux. On sait que ce sera difficile parce que c’est une équipe en forme et malgré qu’on soit à l’extérieur, il faudra donner tout notre possible pour glaner en tout cas des points, trois dans l’idéal ». conclut le français Yannis Tafer.

Publicités
About Yves Di Cristino (332 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Sociales et Politiques à l'Université de Lausanne.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s