Nouveauté

Lausanne se relève à Tourbillon

Après un retour manqué dimanche dernier face à Bâle (1-3), Lausanne parvient finalement à engranger la dizaine de points en battant 2-1 le FC Sion au Stade de Tourbillon. Les Vaudois ne comptent désormais plus que sept points d’écart avec les Sédunois au classement. Par Yves Di Cristino

« Je n’ai jamais connu de première mi-temps plus pénible que celle que nous avons jouée. » déclare Marco Simone en conférence de presse. « Malgré le geste technique [de Yoric Ravet], le but a été, pour nous, une incroyable chance. » Le FC Sion a manqué à plusieurs reprises de prendre l’avantage, mais même si l’attaque lausannoise ne s’est que très peu illustrée lors des premières 45 minutes de jeu, le mouvement tactique des attaquants reste, quant à lui, porteur d’espoir.

Une attaque à peaufiner

Encore une fois, la ligne offensive lausannoise n’a été composée que par des milieux de terrains reconvertis en avants-centres — malgré la qualification d’Ante Vukusic, resté sur le banc de touche tout le match durant, et la levée de punition de Matar Coly, entré peu après l’heure de jeu. Mais force est de constater que la complicité qu’échangent Pascal Feindouno et Yoric Ravet semble largement prometteuse pour le reste de la saison. De plus, avec le soutien offensif opéré par Yannis Tafer, le système offensif lausannois peut, avec un surplus d’entraînement, devenir très alléchant d’ici aux prochains matches.

Le mouvement vers l’avant, quasi constant, de Tafer, permet de temps à autres à Feindouno de retrouver son rôle de meneur de jeu. Un rôle qui, on le sait, rapporte et convient énormément à cette équipe. Il ne serait dès lors pas étonnant que l’on s’approche de plus en plus aux résultats auxquels voulait arriver M. Simone — avec un milieu offensif capable, quand le moment est opportun, de se métamorphoser en avant-centre. La première période nous a donné un avant-goût assez complexe mais pas inintéressant.

C’est en seconde période que nous serions plus portés à reconnaître l’identité d’un LS conquérant et compact défensivement avec l’apport — peut-être encore fragile mais primordial — de Damien Plessis devant la charnière défensive à l’aune d’un Signori Antonio, brillant gardien intérimaire de cette formation lausannoise.

Le chemin est encore long

Devant son public (5’200 spectateurs), le FC Sion a failli à sa tâche, mais non sans manière. La plus grosse occasion du match fut pour Pa Modou qui, à deux mètres du but, trouva le poteau à la 22e minute, alors que la cage adverse était vide. À l’image de cette action, les Sédunois auraient dû empocher des unités à la fin de cette rencontre, mais le manque de réussite leur a été fatal. Si l’on ajoute le tir sur la barre transversale de Vullnet Basha (58e) et l’expulsion d’Ovidiu Herea (75e), il semble clair que les faits du match ont constitué une aubaine pour ce FC Lausanne-Sport, qui ne s’est, malgré lui, pas frotté face à un FC Sion au summum de ses capacités et de sa puissance. Cependant, même si le périple est encore long, le sauvetage reste toujours possible.

Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s