Nouveauté

Lausanne-Sport manque son retour à la compétition

Rigueur offensive et maladresse défensive constituent le piètre résumé d’un Lausanne-Sport qui a, encore une fois, été incapable de faire valoir son potentiel dans le débat physique imposé par le FC Bâle (1-3). Par Yves Di Cristino.

On se ferait un malin plaisir à juger l’handicap ontologique que traîne derrière lui le contingent du FC Lausanne-Sport. Car parler de rigueur offensive peut sembler incompréhensible à l’image de la faiblesse mais surtout du petit nombre d’occasions lausannoises. Pourtant, à l’instar de Yoric Ravet et Pascal Feindouno, le pare-choc de cette équipe ne semblait pas foncer droit dans le mur. Seulement, est-il possible de s’aventurer dans une rencontre et un second tour de championnat sans attaquants véritables ? Dans une formation, désormais (trop) connue, avec deux attaquants soutenus par la structure dense d’un milieu robuste, il semble être judicieux de jouir des qualités imposantes de Ravet et Feindouno pour colmater le trouble offensif dont souffre l’équipe de Marco Simone. Mais est-ce suffisant ?

Le 3-5-2 ressemblait ironiquement à un 3-7-0. L’attaque s’est littéralement confondue avec un milieu offensivement performant, reconnaissons-le. Performant par l’envie, par la motivation et par l’engouement fournis sur le terrain. Trois synonymes qui sont extensibles jusqu’à en reconnaître l’idée bien fondée des entraîneurs, celle de fournir à cette équipe vaudoise une solidité à l’avant. Avec l’apport de Mickaël Facchinetti et Abdel Chakhsi sur les ailes, mais également par le soutien de Damien Plessis dans l’axe, le pressing tenait son rôle face à une charnière défensive bâloise plus affaiblie qu’à son habitude avec la présence « malhabile » de Fabian Frei en défense centrale. De plus, privé de Streller (suspendu), Ivanov, Stocker, Schär et Diaz (blessés), ce FC Bâle ne se présentait pas sous les meilleures auspices face à une équipe lausannoise qui ne devrait, normalement, plus rien avoir à perdre dans ce championnat.

Mais alors comment expliquer l’absence de Matar Coly sur la feuille de match ? Pourquoi n’est-il même pas remplaçant ? Par les dires de Marco Simone, qui tient précieusement à garder une osmose — y en a-t-il une pour l’instant ? — et une force dans le groupe, le Sénégalais n’aurait pas mérité sa place au sein de cet effectif cet après-midi face à Bâle à cause d’un mauvais comportement. Choix du technicien italien. Autant dire que si Lausanne doit en plus compter avec les états d’âme rebelles de ses joueurs, on ne s’en sort plus. Heureusement, tout de même, que le renfort offensif soit déjà en route. Vukusic, 22 ans, devrait arriver à Lausanne dans la soirée si l’on se fie à la bonne mine du directeur technique emblématique de ce LS.

Alors ce Lausanne-Sport sera-t-il capable de maintenir un suspense qui n’a jamais éclos ? De relever la barre qui n’a jamais pointé plus haut que leur nez ? D’échapper à la triste réalité qui est sur le point de signer l’acte final de la relégation ? On dit…

Publicités
About Yves Di Cristino (371 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Politiques à l'Université de Lausanne. Prépare un mémoire en histoire internationale focalisé sur les relations de Guerre Froide et de post-Guerre Froide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s