Nouveauté

Lausanne: Une relégation encore évitable ?

La lanterne rouge de Super League souffre d’un terrible complexe d’infériorité dans son exercice. Avec seulement sept points au compteur lors du premier tour de championnat, les hommes de l’Italien Marco Simone passeront le second acte le couteau sous la gorge. Retour sur les raisons hypothétiques du malaise lausannois. Par Yves Di Cristino

La saison 2013/2014 n’est pas si différente de la précédente. Le tableau reste plus ou moins le même avec un favori, le FC Bâle, poursuivi par un peloton d’équipes « moyennes », et enfin un cancre. Dans cette dernière classe, le Servette FC, dauphin du FC Vaduz en Challenge League, a refourgué le fanion à son rival du Léman. Cependant, avec seulement deux victoires et un nul en dix-huit rencontres, le Lausanne-Sport se démarque encore davantage dans son agonie que les « Grenat » d’hier. Au même stade de la compétition, Servette détenait quatre unités de plus au compteur (11 points contre 7) que les Lausannois à l’intersaison, composant ainsi le triste record pour Lausanne d’être la pire équipe de l’ère Super League. Cependant une théorie peut être envisagée selon laquelle les destinées parallèles des deux clubs du Léman soient liées. Et si le LS devait sa perte de moyens à la relégation de son rival servettien ?

Vivre sans Servette

La mise à la porte des « Grenat » de l’élite suisse a sincèrement pu laisser le FC Lausanne-Sport les bras ballants. Depuis la reprise du championnat, aux attentes plus qu’astronomiques pour le club de la capitale olympique finalement gâchées par une osmose peu concluante au sein de l’équipe, les Lausannois perdent de plus en plus la motivation et par conséquent leurs capacités pour limiter les dégâts du naufrage. Quel rapport avec Servette ? Le voici.

Lausanne serait-il en manque d’un rival au sein du championnat ? Les rencontres face au Servette FC, qu’il soit puissant ou faible, représentent depuis toujours les événements clefs du tournoi auquel les deux équipes participent. Que l’affrontement ait lieu en Super ou en Challenge League, en Coupe de Suisse — ou même d’Europe même si la probabilité est plus qu’extrêmement faible pour ces prochaines années — celui-ci a une valeur incommensurable. À savoir qu’aux temps (récents) où les deux rivaux disputaient le même championnat, chaque derby représentait pour Lausanne un test où les pensionnaires de la Pontaise se comparaient à leurs homologues du bout du lac. Mais plus encore. Cet acte comparatif était sans doute la plus grande source de motivation à laquelle Lausanne pouvait prétendre jusqu’à quatre fois dans une saison. Cependant, si les protégés du Président Alain Joseph souffrent autant d’une pénurie de points et de succès, c’est également à cause des choix et décisions malhabiles opérés en début de saison.

Un sérieux manque d’organisation

À peine quelques semaines après le brillant succès face au Servette FC à domicile (3-0) et la confirmation du maintien en Super League, le FC Lausanne-Sport inaugurait déjà à Lucerne (défaite 2-0) sa nouvelle équipe. Contingent et schémas de jeu totalement bouleversés pour un retour censé être fracassant — finalement jugé très hasardeux — et les Lausannois plongèrent la tête la première dans la nouvelle aventure qui les attendait. Quelques surprenantes décisions se sont pourtant largement révélées peu concluantes. Parmi celles-ci, le départ d’Anthony Favre pour le FC Wil, la libération de deux avants-centres, Matt Moussilou et Jocelyn Roux — nouvelle recrue du Servette FC avec qui il excelle — certainement pas plus mauvais que les actuels, ainsi que la disparition instantanée, au sein du contingent lausannois, de deux milieux de terrain, à savoir Nicolas Marazzi et Malaury Martin, piliers du sauvetage de mai 2013, même si du point de vue de la motivation, M. Martin n’avait, dès son arrivée à Lausanne, pas voulu s’exprimer sur son futur avec le club de la capitale olympique. Soit tous ces changements administratifs, auxquels on ajoute la succession d’Alain Joseph à Jean-François Collet à la présidence du club. Avec autant de remue-ménage, il n’est pas difficile d’imaginer à quel point le FC Lausanne-Sport manque énormément de temps d’adaptation. De plus, si nous considérons les courtes « vacances » estivales et les brefs entraînements laissés à disposition en Suisse entre mai et juillet, il est — avec beaucoup de recul — normal que Lausanne peine autant à retrouver un esprit de groupe. Aux hommes de Messieurs Simone et Atamaniuk d’utiliser la trêve hivernale à bon escient.

Quatre départs ont, en outre, été annoncés dernièrement. Michel Avanzini, Ohad Kadusi ainsi que Joshua Cruyff ont abandonné le navire lausannois. Quant à Bashkim Sukaj, pilier de l’équipe espoir (M21), il a été prêté au Mont-sur-Lausanne pour le reste de la saison. Cependant, le FC Lausanne-Sport a également recruté. Damien Plessis, 25 ans, est arrivé à Lausanne avec un bon bagage d’énergie et de jeune expérience et s’est immédiatement intégré dans le contingent de Marco Simone, en stage d’oxygénation à Leysin. Le jeune homme formé à l’Olympique Lyonnais a signé jusqu’au terme de la saison en cours. Parti en 2007 à Liverpool, ce milieu de terrain défensif a ensuite transité au Panathinaïkos, Doncaster Rovers puis à Arles-Avignon en Ligue 2 avant de venir défendre son talent au Lausanne-Sport.

Avec cette nouvelle recrue et non des moindres, les protégés du Président Joseph devraient avoir les moyens de renverser la vapeur du premier tour et pouvoir se lancer à la poursuite du FC Sion. L’équipe titulaire peut, fort heureusement, encore bénéficier de son meneur de jeu de qualité, Pascal Feindouno, et d’un prometteur Signori Antonio, gardien titulaire par intérim après la blessure de Kevin Fickentscher. À vos crampons…

Publicités
About Yves Di Cristino (341 Articles)
Rédacteur en chef, membre actif de l'Association Suisse des Journalistes Indépendants (CH-Media) et de l'Association vaudoise de la presse sportive (AVPS). Étudiant en Master de Sciences Sociales et Politiques à l'Université de Lausanne.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s